The Holy See
back up
Search
riga

BENOÎT XVI

ANGELUS

Castel Gandolfo
Dimanche 4 septembre 2005

 

Chers frères et soeurs!

L'Année de l'Eucharistie approche désormais de sa phase finale. Elle se conclura au mois d'octobre prochain par la célébration de l'Assemblée ordinaire du Synode des Evêques au Vatican, qui aura pour thème:  "L'Eucharistie, source et sommet de la vie et de la mission de l'Eglise". Cette année spéciale consacrée au Mystère eucharistique a été voulue par le bien-aimé Pape Jean-Paul II pour susciter à nouveau au sein du peuple chrétien la foi, l'émerveillement et l'amour envers ce grand Sacrement, qui constitue le trésor véritable de l'Eglise. Avec quelle dévotion il célébrait la Messe, coeur de chacune de ses journées! Et combien de temps il passait dans une prière silencieuse et d'adoration devant le Tabernacle! Au cours des derniers mois, la maladie l'a toujours plus assimilé au Christ souffrant. Il est frappant de penser que, à l'heure de sa mort, il ait uni sa vie à celle du Christ dans la Messe qui était célébrée à côté de son lit. Son existence terrestre s'est conclue en l'octave de Pâque, précisément au coeur de cette Année eucharistique, dans laquelle s'est réalisé le passage de son grand Pontificat au mien. C'est donc avec joie que, dès le début de ce service que le Seigneur m'a demandé, je réaffirme le caractère central du Sacrement de la présence réelle du Christ dans la vie de l'Eglise et dans celle de chaque chrétien.

En vue de l'Assemblée synodale d'octobre, les Evêques qui y participeront étudient actuellement l'"Instrumentum laboris" préparé à cet effet. Je demande toutefois que la communauté ecclésiale tout entière se sente concernée par cette phase de préparation immédiate et y participe  à  travers  la  prière  et la réflexion, en valorisant chaque occasion, événement et rencontre. Au cours de la récente Journée mondiale de la Jeunesse également, les références au mystère de l'Eucharistie ont été très nombreuses. Je repense par exemple à la Veillée suggestive du samedi soir, 20 août, à Marienfeld, dont le point culminant a été l'adoration eucharistique:  un choix courageux, qui a fait converger les regards et les coeurs des jeunes sur Jésus présent dans le Très Saint Sacrement. Je me souviens, en outre, qu'au cours de ces Journées mémorables, dans certaines églises de Cologne, de Bonn et de Düsseldorf, s'est tenue une adoration permanente, jour et nuit, avec la participation de nombreux jeunes, qui ont pu ainsi découvrir ensemble la beauté de la prière contemplative!

Je suis certain que, grâce à l'engagement des Pasteurs et des fidèles, la participation à l'Eucharistie sera toujours plus assidue et fervente dans chaque communauté. Aujourd'hui, je voudrais en particulier exhorter à sanctifier avec joie le "jour du Seigneur", le Dimanche, jour sacré pour les chrétiens. Je suis heureux, dans ce contexte, de rappeler la figure de saint Grégoire le Grand, dont nous avons célébré hier la mémoire liturgique. Ce grand Pape apporta une contribution de portée historique à la promotion de la liturgie sous ses divers aspects et, en particulier, à la célébration appropriée de l'Eucharistie. Que son intercession, avec celle de la Très Sainte Vierge Marie, nous aide à vivre en plénitude chaque dimanche la joie de la Pâque et de la rencontre avec le Seigneur ressuscité.


Après l'Angelus

Ces jours-ci, nous sommes tous attristés par le désastre provoqué par un ouragan aux Etats-Unis d'Amérique, en particulier à la Nouvelle-Orléans. Je désire assurer chacun de ma prière pour les défunts et leurs familles, pour les blessés et les sans-abris, pour les malades, les enfants, les personnes âgées; je bénis tous ceux qui sont engagés dans les difficiles opérations de secours et de reconstruction. J'ai chargé le Président du Conseil pontifical Cor Unum, Mgr Paul Josef Cordes, d'apporter aux populations frappées par l'ouragan le témoignage de ma solidarité.

Ma pensée va également aux Irakiens qui, mercredi dernier, ont vu périr, victimes d'un mouvement de panique incontrôlable, des centaines de leurs concitoyens - dont la plupart étaient des personnes âgées, des femmes et des enfants - réunis à Bagdad pour une commémoration religieuse. Puisse le Tout-Puissant toucher le coeur de chacun, afin que s'instaure enfin dans ce pays tourmenté un climat de réconciliation et de confiance réciproque.

S'adressant aux pèlerins de langue française, le Saint-Père a dit: 

Je suis heureux de saluer les pèlerins de langue française présents aujourd'hui, et en particulier les représentants de la commune de Châteauneuf-du-Pape ainsi que ceux de la commune de Castel Gandolfo qui fêtent cette année leurs dix ans de jumelage. À cette occasion, je soulignerais volontiers l'importance de ces liens d'échanges, de connaissance et d'enrichissement mutuels, tissés au fil des années entre tant de communes à travers l'Europe et le monde et qui contribuent à la rencontre entre les hommes. Que le Seigneur vous donne à tous d'être des artisans de fraternité, de réconciliation et de paix!

Après avoir salué les pèlerins de langue allemande, espagnole et polonaise, le Saint-Père a conclu, s'adressant aux pèlerins de langue italienne: 

Je suis heureux d'accueillir les participants au cours de formation permanente pour missionnaires promu par l'Université pontificale salésienne, ainsi que les jeunes du Mouvement des Focolari.

Je souhaite à tous un bon dimanche.
 

© Copyright 2005 - Libreria Editrice Vaticana

     

top