The Holy See
back up
Search
riga

BENOÎT XVI

ANGELUS

Place Saint-Pierre
IV Dimanche de l'Avent, 17 décembre 2006

 

 

Chers frères et soeurs,

En ce troisième Dimanche de l'Avent, la liturgie nous invite à la joie de l'esprit. Elle le fait avec la célèbre antienne qui reprend une exhortation de l'Apôtre Paul:  "Gaudete in Domino", "Soyez toujours dans la joie du Seigneur... Le Seigneur est proche" (cf. Ph 4, 4.5). La première lecture biblique de la Messe est elle aussi une invitation à la joie. Le prophète Sophonie, à la fin du VII siècle avant Jésus Christ, s'adresse à la ville de Jérusalem et à sa population en disant:  "Pousse des cris de joie, fille de Sion! Eclate en ovations, Israël! Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem!... le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut" (So 3, 14.17). Dieu lui-même est représenté avec des sentiments analogues. Le prophète dit:  "Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour; il dansera pour toi avec des cris de joie comme aux jours de fête" (So 3, 17-18a). Cette promesse s'est pleinement réalisée dans le mystère de Noël que nous célébrerons dans une semaine, et qui nous demande de nous renouveler dans l'"aujourd'hui" de notre vie et de l'histoire.

La joie que la liturgie réveille dans les coeurs des chrétiens n'est pas réservée à nous seuls:  elle est une annonce prophétique destinée à l'humanité tout entière, en particulier aux plus pauvres, dans ce cas aux plus pauvres de joie! Pensons à nos frères et soeurs qui, spécialement au Moyen-Orient, dans certaines régions d'Afrique et dans d'autres parties du monde vivent le drame de la guerre:  quelle joie peuvent-ils vivre? Comment sera leur Noël? Pensons aux nombreux malades et personnes seules qui, en plus d'être éprouvés dans leur corps, le sont également dans leur âme, car il n'est pas rare qu'ils se sentent abandonnés:  comment partager la joie avec eux, sans manquer de respect pour leur souffrance? Mais pensons également à ceux - spécialement les jeunes - qui ont perdu le sens de la vraie joie, et la cherchent en vain là où il est impossible de la trouver:  dans la course désespérée vers l'affirmation de soi et le succès, dans les faux divertissements, dans la société de consommation, dans les moments d'ébriété, dans les paradis artificiels de la drogue et de toute forme d'aliénation. Nous ne pouvons pas ne pas confronter la liturgie d'aujourd'hui et son "Soyez dans la joie!" avec ces réalités dramatiques. Comme au temps du prophète Sophonie, c'est précisément à ceux qui sont dans l'épreuve, aux "blessés de la vie et orphelins de la joie" que s'adresse de manière privilégiée la Parole du Seigneur. L'invitation à la joie n'est ni un message aliénant, ni un palliatif stérile mais, au contraire, une prophétie de salut, un appel à un rachat qui part du renouvellement intérieur.

Pour transformer le monde, Dieu a choisi une humble jeune fille d'un village de Galilée, Marie de Nazareth, et l'a interpellée par cette salutation:  "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi". Le secret du véritable Noël réside dans ces paroles. Dieu le répète  à  l'Eglise, à chacun de nous:  soyez dans la joie, le Seigneur est proche! Avec l'aide de Marie, faisons le don de nous-mêmes, avec humilité et courage, afin que le monde accueille le Christ, qui est la source de la vraie joie.


Au terme de l'Angelus

Mes pensées se tournent aujourd'hui vers les centaines de milliers de réfugiés irakiens en Syrie, contraints à abandonner leur pays en raison de la situation dramatique que l'on vit là-bas. La Caritas de Syrie s'engage déjà totalement en leur faveur; je m'adresse toutefois à la sensibilité des particuliers, des organisations internationales et des gouvernements, afin que d'autres efforts soient entrepris pour répondre à leurs nécessités les plus urgentes. J'élève ma prière vers le Seigneur, afin qu'il apporte le réconfort à ces frères et soeurs et donne un coeur généreux à de nombreuses personnes.

Bienvenue à vous, chers pèlerins francophones réunis ce matin pour la prière de l'Angelus. Puissiez-vous marcher dans la joie à la rencontre du Seigneur qui vient, vous laissant renouveler par l'amour de Dieu, pour répondre toujours plus généreusement aux besoins de vos frères. Avec ma Bénédiction apostolique pour vous tous.

Je souhaite à tous un bon dimanche et une fructueuse préparation au saint Noël. Bon dimanche de l'Avent. Bon dimanche "Gaudete". Tous mes voeux et au revoir.

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

 

top