The Holy See
back up
Search
riga

BENOÎT XVI

ANGELUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 1er juillet 2007

 

Chers frères et sœurs,

Les lectures bibliques de la Messe de ce dimanche nous invitent à méditer sur un thème fascinant que l'on peut résumer ainsi:  la liberté et l'imitation du Christ. L'évangéliste Luc raconte que "comme s'accomplissait le temps où il devait être enlevé... il prit résolument le chemin de Jérusalem" (Lc 9, 51). Dans l'expression "résolument", nous pouvons entrevoir la liberté du Christ. Il sait en effet que la mort sur la croix l'attend à Jérusalem mais, par obéissance à la volonté de son Père, il se donne lui-même par amour. C'est à travers son obéissance au Père que Jésus réalise sa propre liberté comme choix conscient motivé par l'amour. Qui est plus libre que Lui, qui est le Tout-puissant? Cependant, il n'a pas vécu sa liberté comme la faculté d'agir à sa guise ou comme une domination. Il l'a vécue comme un service. Il a ainsi "rempli" de contenu la liberté, qui autrement resterait une possibilité "vide" de faire ou de ne pas faire quelque chose. Comme la vie même de l'homme, la liberté trouve son sens dans l'amour. Qui est en effet le plus libre? Celui qui garde pour lui toutes les possibilités de peur de les perdre, ou celui qui se donne "résolument" dans le service et se retrouve ainsi plein de vie en raison de l'amour qu'il a donné et reçu?

Ecrivant aux chrétiens de Galatie, aujourd'hui en territoire turc, l'Apôtre Paul déclare:  "Vous en effet, mes frères, vous avez été appelés à la liberté; seulement que cette liberté ne se tourne pas en prétexte pour la chair; mais par la charité mettez-vous au service les uns des autres" (Ga 5, 13). Vivre selon la chair signifie suivre la tendance égoïste de la nature humaine. Vivre selon l'Esprit signifie en revanche se laisser guider dans ses intentions et ses actions par l'amour de Dieu, que le Christ nous a donné. La liberté chrétienne est donc loin d'être arbitraire; elle signifie marcher à la suite du Christ dans le don de soi jusqu'au sacrifice de la Croix. Cela peut sembler paradoxal, mais le Seigneur a vécu l'apogée de sa liberté sur la croix, comme sommet de l'amour. Lorsqu'on lui criait, alors qu'il était sur le Calvaire:  "Si tu es le Fils de Dieu, descends de la Croix!", il démontra sa liberté de Fils précisément en restant sur l'échafaud pour accomplir jusqu'au bout la volonté miséricordieuse du Père. Cette expérience a été partagée par de nombreux autres témoins de la vérité; des hommes et des femmes qui ont prouvé leur capacité de rester libres même dans une cellule de prison et sous la menace de la torture. "La vérité vous rendra libres". Celui qui appartient à la vérité ne sera jamais esclave d'aucun pouvoir, mais saura toujours se faire librement le serviteur de ses frères.

Tournons-nous vers la Très Sainte Vierge Marie. Humble servante du Seigneur, la Vierge est le modèle de la personne spirituelle, pleinement libre parce qu'immaculée, exempte du péché et très sainte, consacrée au service de Dieu et du prochain. Qu'elle nous aide, à travers sa sollicitude maternelle, à suivre Jésus, pour connaître la vérité et vivre la liberté dans l'amour.


A l'issue de l'Angelus

Je vous salue, chers pèlerins francophones, venus vous associer à la prière de l'Angelus. Dans l'Evangile, Jésus envoie devant lui des messagers pour préparer sa venue. Aujourd'hui encore, nous sommes ses messagers. Puissions-nous, en vivant sous la conduite de l'Esprit Saint et en nous mettant au service les uns des autres, témoigner de la présence du Christ au milieu des hommes et préparer la venue de son règne. Avec ma Bénédiction apostolique.

Je souhaite à tous un bon dimanche, un paisible mois de juillet et de bonnes vacances à tous. Bon dimanche.


Appel pour la Colombie

De Colombie nous parvient la triste nouvelle du cruel assassinat de onze députés régionaux du département du "Valle del Cauca", depuis plus de cinq ans entre les mains des Forces armées révolutionnaires de Colombie. Tout en priant à leur intention, je m'unis à la profonde douleur de leurs familles et de la bien-aimée nation colombienne, une nouvelle fois endeuillée par la haine fratricide. Je renouvelle mon appel pressant afin que les enlèvements cessent immédiatement et que ceux qui sont encore victimes de ces formes de violence inadmissibles soient rendus à l'affection des leurs.

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana

   

top