The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
DU PAPE BENOÎT XVI
EN AUTRICHE
À L'OCCASION DU 850 ANNIVERSAIRE
DE LA FONDATION DU SANCTUAIRE DE MARIAZELL

BENOÎT XVI

ANGELUS

Esplanade de la Cathédrale Saint-Etienne, Vienne
Dimanche  9 septembre 2007

 

 

Chers frères et sœurs,

Célébrer ce matin avec vous tous le Jour du Seigneur d'une manière aussi digne dans la magnifique cathédrale Saint-Etienne a été pour moi une expérience particulièrement belle. Le rite eucharistique accompli avec la dignité qui  lui  est  due nous aide à prendre conscience de l'immense grandeur du don que Dieu nous fait dans la Messe. Précisément ainsi nous nous rapprochons mutuellement et nous faisons l'expérience de la joie de Dieu. Je suis donc reconnaissant à ceux qui, à travers leur contribution active à la préparation et au déroulement de la Liturgie, ou également à travers leur participation recueillie aux saints Mystères, ont créé une atmosphère dans laquelle la présence de Dieu devient vraiment perceptible. Merci de tout cœur et "Vergelt's Gott" à tous!

Dans l'homélie, j'ai cherché à dire quelque chose sur le sens du Dimanche et sur le passage évangélique d'aujourd'hui, et je pense que cela nous a conduits à découvrir que l'amour de Dieu, qui "s'est perdu lui-même" pour nous, en se remettant à nous, nous donne la liberté intérieure de "perdre" notre vie, pour trouver de cette manière la vraie vie. La participation à cet amour a également donné à Marie la force de prononcer son "oui" sans réserve. Face à l'amour respectueux et délicat de Dieu, qui pour la réalisation de son projet de salut attend la libre collaboration de sa créature, la Vierge a pu laisser de côté toute hésitation et, en vue de ce projet grand et incroyable, se remettre elle-même avec confiance entre ses mains. Pleinement disponible, totalement ouverte au plus profond de sa personne et libérée d'elle-même, elle a donné à Dieu la possibilité de la combler par son Amour, avec l'Esprit Saint. Ainsi, Marie, la femme simple, a pu recevoir en elle-même le Fils de Dieu et donner au monde le Sauveur qui s'était donné à Elle.

A nous aussi, dans la célébration eucharistique, le Fils de Dieu a été donné aujourd'hui. Celui qui a fait la communion porte à présent en lui de manière particulière le Seigneur ressuscité. Chers frères et sœurs, de même que Marie le porta en son sein - un petit être humain sans défense, totalement dépendant de l'amour de sa mère -, Jésus Christ, sous l'espèce du pain, s'est confié à nous. Aimons ce Jésus qui se donne ainsi totalement entre nos mains! Aimons-Le comme Marie L'a aimé! Apportons-Le aux hommes comme Marie l'a apporté à Elisabeth, suscitant la réjouissance et la joie! La Vierge a donné un corps humain au Verbe de Dieu, pour qu'il puisse entrer dans le monde. Donnons, nous aussi, notre corps au Seigneur, rendons notre corps toujours plus un instrument de l'amour de Dieu, un temple de l'Esprit Saint! Apportons le Dimanche avec son Don immense dans le monde!

Nous demandons à Marie de nous enseigner à devenir, comme Elle, libres de nous-mêmes, pour trouver dans la disponibilité à l'égard de Dieu notre véritable liberté, la vraie vie et la joie authentique et durable.

Je voudrais à présent prononcer la prière à la Mère de Dieu, que je voulais en réalité prononcer à la Mariensaüle. Mais là-bas, comme nous le savons, il y a ensuite eu une interruption de courant, qui a rendu cela impossible. C'est pourquoi je voudrais à présent reprendre cette prière à la Vierge: 

Sainte Marie, Mère Immaculée de Notre Seigneur Jésus Christ, en toi Dieu nous a donné le modèle de l'Eglise et de la juste manière de réaliser notre humanité. Je te confie l'Autriche et ses habitants:  aide-nous tous à suivre ton exemple et à orienter notre vie totalement vers Dieu! Fais que, en regardant le Christ, nous devenions toujours plus semblables à Lui:  de véritables fils de Dieu! Alors nous aussi, comblés de toute bénédiction spirituelle, nous pourrons répondre toujours mieux à sa volonté et devenir ainsi des instruments de paix pour l'Autriche, pour l'Europe et pour le monde. Amen!

Chers amis, chantons à présent tous ensemble "l'Ange du Seigneur" à la manière  autrichienne: 

Der  Engel  des Herrn...

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana

 

top