The Holy See
back up
Search
riga

SOLENNITÉ DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU
XLI JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

BENOÎT XVI

ANGELUS

Place Saint-Pierre
Mardi, 1er janvier 2008

 

 

Chers frères et sœurs!

Nous avons commencé une nouvelle année et je souhaite qu'elle soit pour tous sereine et fructueuse. Je la confie à la protection céleste de la Vierge, que la liturgie nous fait invoquer aujourd'hui sous son titre le plus ancien et le plus important, celui de Mère de Dieu. Par son "oui" à l'Ange, le jour de l'Annonciation, la Vierge a conçu dans son sein, par l'œuvre de l'Esprit Saint, le Verbe éternel, et lui a donné le jour dans la nuit de Noël. A Bethléem, dans la plénitude des temps, Jésus est né de Marie:  le Fils de Dieu s'est fait homme pour notre salut et la Vierge est devenue la vraie Mère de Dieu. Ce don immense que Marie a reçu n'est pas réservé qu'à Elle, mais il nous est destiné à tous. Dans sa virginité féconde, en effet, Dieu a donné "aux hommes les biens du salut éternel... parce que par son intermédiaire nous avons reçu l'auteur de la vie" (cf. Prière de la collecte). Ainsi, Marie, après avoir donné une chair mortelle au Fils unique de Dieu, est devenue mère des croyants et de toute l'humanité.

Et c'est précisément au nom de Marie, mère de Dieu et des hommes, qu'est célébré depuis 40 ans, le premier jour de l'année, la Journée mondiale de Paix. Le thème que j'ai choisi pour la circonstance d'aujourd'hui est :  "Famille humaine, communauté de paix". Le même amour qui construit et conserve unie la famille, cellule vitale de la société, favorise l'instauration entre les peuples de la terre de ces rapports de solidarité et de collaboration qui sont propres aux membres de l'unique famille humaine. Le Concile Vatican II le rappelle lors qu'il affirme que "tous les peuples forment une seule communauté; ils ont une seule origine... ils ont aussi une seule fin dernière, Dieu" (Déclaration Nostra aetate, n. 1). Il existe donc un lien étroit entre famille, société  et paix. "Celui qui, même inconsciemment, entrave l'institution familiale - ai-je observé dans le Message pour cette Journée de la Paix - rend fragile la paix dans la communauté tout entière, nationale et internationale, parce qu'il affaiblit ce qui, de fait, est la principale "agence" de paix" (n. 5). Et en outre, "nous ne vivons pas les uns à côté des autres par hasard; nous parcourons tous un même chemin comme hommes et donc comme frères et sœurs" (n. 6). Il est alors véritablement important que chacun assume ses propres responsabilités devant Dieu et reconnaisse en Lui la source originelle de sa propre existence et de celle d'autrui. De cette conscience naît un engagement à faire de l'humanité une vraie communauté de paix, soutenue par une "loi commune, qui permette à la liberté d'être vraiment elle-même... et qui protège  le  faible  des abus du plus fort" (n. 11).

Que Marie, Mère de Dieu, soutienne l'Eglise dans son oeuvre inlassable au service de la paix, et aide la communauté des peuples, qui célèbre en 2008 le 60 anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, à parcourir un chemin de solidarité authentique et de paix stable.


Au terme de l'Angelus

Je remercie cordialement tous ceux qui m'ont fait parvenir l'expression de leurs voeux pour la nouvelle année. Je suis  en  particulier reconnaissant à Monsieur le Président de la République italienne, qui l'a fait hier soir dans son message télévisé à la nation. Je réponds bien volontiers à ses voeux, en formulant à mon tour, tous mes meilleurs voeux pour sa haute mission et pour la concorde et la prospérité du bien-aimé peuple italien.

A l'occasion de la Journée mondiale de la Paix, d'innombrables initiatives sont organisées par les communautés ecclésiales sur tous les continents. Que ma gratitude parvienne à tous les organisateurs et participants, avec l'encouragement à être toujours et partout des témoins de paix et de réconciliation. Je salue en particulier ceux qui ont donné le jour à la manifestation intitulée "Paix sur toutes les terres", organisée par la Communauté de Sant'Egidio à Rome et dans beaucoup d'autres villes du monde.

A vous tous, chers pèlerins francophones, j'adresse mes salutations cordiales. Que la Vierge Marie soit votre guide chaque jour et que, comme elle, vous soyez disponibles à l'oeuvre de l'Esprit Saint en vous. Priant pour que, tout au long des jours,  le  Seigneur  vous  accorde, ainsi qu'à vos familles, la paix et l'espérance, je vous souhaite une heureuse et sainte année. Avec ma Bénédiction apostolique.

Bonne année!

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

     

top