The Holy See
back up
Search
riga

BENOÎT XVI

ANGELUS

Palais pontifical de Castel Gandolfo
Dimanche 22 août 2010

(Vidéo)

 

Chers frères et sœurs!

Huit jours après la solennité de l'Assomption de Marie au ciel, la liturgie nous invite à vénérer la bienheureuse Vierge Marie sous le titre de «Reine». Nous contemplons la Mère du Christ couronnée par son Fils, c'est-à-dire associée à sa royauté universelle, comme la représentent de nombreuses mosaïques et peintures. Cette année encore, cette fête a lieu un dimanche, bénéficiant ainsi d’une plus grande lumière de la Parole de Dieu et de la célébration de la Pâque hebdomadaire. En particulier, l'icône de la Vierge Marie Reine trouve une comparaison significative dans l'Evangile d'aujourd'hui quand Jésus affirme: «Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et il y a des premiers qui seront derniers» (Lc 13, 30). C'est une expression propre au Christ, rapportée plusieurs fois par les évangélistes — avec des formules identiques —, parce que cela reflète évidemment un thème cher à sa prédication prophétique. La Vierge est l'exemple parfait d'une telle vérité évangélique, que Dieu donc abaisse les orgueilleux et les puissants de ce monde et relève les humbles (cf. Lc 1, 52).

La petite et simple jeune fille de Nazareth est devenue la Reine du monde! C'est une des merveilles qui révèlent le cœur de Dieu. Naturellement, la royauté de Marie est totalement relative à celle du Christ: Il est le Seigneur que le Père, après l'humiliation de la mort sur la croix, a exalté au-dessus de toute créature dans les cieux, sur la terre et sous la terre (cf. Ph 2, 9-11). Par un dessein de grâce, la Mère Immaculée a été pleinement associée au mystère de son Fils: à son Incarnation; à sa vie terrestre, tout d'abord cachée à Nazareth puis manifestée dans le ministère messianique; à sa Passion et à sa Mort; et enfin à la gloire de la Résurrection et à l'Ascension au Ciel. La Mère a partagé avec son Fils non seulement les aspects humains de ce mystère, mais aussi, par l'œuvre de l'Esprit Saint en elle, l'intention profonde, la volonté divine, si bien que toute son existence, pauvre et humble, a été élevée, transformée, glorifiée en passant à travers la “porte étroite” qui est Jésus lui-même (cf. Lc 13, 24). Oui, Marie est la première à être passée à travers la «voie» ouverte par le Christ pour entrer dans le Royaume de Dieu, une voie accessible aux humbles, à tous ceux qui se fient à la Parole de Dieu et s'engagent à la mettre en pratique.

Dans l'histoire des villes et des peuples évangélisés par le message chrétien, les témoignages de vénération publique sont très nombreux, dans certains cas liés à la royauté de la Vierge Marie. Mais aujourd'hui, nous voulons surtout renouveler, comme fils de l'Eglise, notre dévotion à celle que Jésus nous a laissée comme Mère et Reine. Confions à son intercession la prière quotidienne pour la paix, en particulier là où sévit la logique absurde de la violence, afin que tous les hommes se persuadent que nous devons, dans ce monde, nous aider les uns les autres comme des frères pour construire la civilisation de l'amour. Maria, Regina pacis, ora pro nobis!


A l’issue de l’Angelus

Je salue cordialement les pèlerins francophones, en particulier les étudiants de la paroisse Sainte-Anne de la Butte-aux-Cailles, de Paris. Les textes liturgiques de ce jour nous redisent que tous les hommes sont appelés au salut. C'est aussi une invitation à savoir accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus venu rassembler les hommes de toute nation et de toute langue. Chers parents, puissiez-vous éduquer vos enfants à la fraternité universelle. Que la Vierge Marie vous accompagne dans la préparation de la rentrée scolaire qui approche! Bon dimanche à tous!

Je souhaite à tous un bon dimanche.

 

© Copyright 2010 - Libreria Editrice Vaticana

     

top