The Holy See
back up
Search
riga

SOLENNITÉ DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU
XLIVe JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

BENOÎT XVI

ANGELUS

Place Saint-Pierre
Samedi 1er janvier 2011

(Vidéo)

 

Chers frères et sœurs!

En ce premier Angelus de 2011, je vous adresse à tous mes vœux de paix et de bien en les confiant à l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, que nous célébrons aujourd’hui en tant que Mère de Dieu. Au début d’une année nouvelle, le peuple chrétien se rassemble spirituellement devant la grotte de Bethléem, où la Vierge Marie a mis Jésus au monde. Nous demandons à la Mère sa bénédiction et celle-ci nous bénit en nous montrant son Fils: en effet, Il est la Bénédiction en personne. En nous donnant Jésus, Dieu nous a tout donné: son amour, sa vie, la lumière de la vérité, le pardon des péchés; il nous a donné la paix. Oui, Jésus Christ est notre paix (cf. Ep. 2,14). Il a apporté au monde la semence de l’amour et de la paix, plus forte que la semence de la haine et de la violence; plus forte parce que le Nom de Jésus est au-dessus de tout autre nom, contient toute la seigneurie de Dieu, comme le prophète Michée l’avait annoncé: «Et toi, Bethléem (…), c’est de toi que je ferai sortir celui qui doit gouverner (…). Il se dressera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la majesté du nom de son Dieu (…). Lui-même, il sera la paix!» (5, 1-4).

C’est pourquoi, devant l’icône de la Vierge Mère, l’Eglise demande à Dieu en ce jour, par l’intercession de Jésus Christ, le don de la paix: c’est la Journée mondiale de la paix, une occasion propice pour réfléchir ensemble aux grands défis que notre époque pose à l’humanité. L’un d’eux, dramatiquement urgent de nos jours, est celui de la liberté religieuse; c’est pourquoi, j’ai voulu cette année consacrer mon Message à ce thème: «La liberté religieuse, chemin vers la paix». Nous assistons aujourd’hui à deux tendances opposées, deux extrêmes tous deux négatifs: d’un côté le laïcisme, qui, de façon souvent sournoise, marginalise la religion pour l’enfermer à l’intérieur de la sphère privée; de l’autre, le fondamentalisme, qui au contraire voudrait l’imposer à tous par la force. En réalité, «Dieu appelle à lui l'humanité dans un dessein d'amour qui, alors qu'il concerne la personne tout entière dans sa dimension naturelle et spirituelle, exige d'y répondre en termes de liberté et de responsabilité, de tout son cœur et de tout son être, individuel et communautaire» (Message, n. 8). Là où est concrètement reconnue la liberté religieuse, la dignité de la personne humaine est respectée à sa racine, et, à travers une recherche sincère du vrai et du bien, la conscience morale est fortifiée ainsi que les institutions et la coexistence civile (cf. Message, n. 5). C’est pour cela que la liberté religieuse est une voie privilégiée pour construire la paix.

Chers amis, tournons à nouveau notre regard vers Jésus dans les bras de Marie, sa Mère. En regardant vers lui, qui est le «Prince de la paix» (Is 9, 5), nous comprenons que l’on n’atteint pas la paix par les armes, ni par le pouvoir économique, politique, culturel ou médiatique. La paix est l’œuvre de consciences qui s’ouvrent à la vérité et à l’amour. Que Dieu nous aide à avancer sur cette voie, en cette année nouvelle qu’il nous donne de vivre.


A l’issue de l’Angélus

Chers frères et sœurs, dans le Message d’aujourd’hui pour la Journée mondiale de la paix, j’ai souligné la manière dont les grandes religions peuvent constituer un facteur important d’unité et de paix pour la famille humaine, et j’ai rappelé à cette occasion, qu’en cette année 2011, l’on fêtera le 25e anniversaire de la Journée mondiale de prière pour la paix que le vénérable Jean-Paul II convoqua à Assise en 1986. C’est la raison pour laquelle, je me rendrai au mois d’octobre prochain comme pèlerin dans la ville de saint François, en invitant à s’unir à ce chemin nos frères chrétiens des diverses confessions, les autorités des traditions religieuses du monde, et de manière idéale, tous les hommes de bonne volonté, dans le but de rappeler ce geste historique voulu par mon prédécesseur et de renouveler solennellement l’engagement des croyants de chaque religion à vivre leur foi religieuse comme service pour la cause de la paix.

Celui qui est en chemin vers Dieu, ne peut pas ne pas transmettre la paix, celui qui construit la paix ne peut pas ne pas se rapprocher de Dieu. Je vous invite dès à présent à accompagner de vos prières cette initiative.

Je suis heureux de vous saluer, chers pèlerins francophones présents ce matin, ainsi que les personnes qui nous rejoignent par la radio et la télévision! En ce premier jour de l’année, nous fêtons Sainte Marie, Mère de Dieu, et nous prions particulièrement pour la paix. Puisse la Vierge Marie, Mère du Prince de la Paix, aider chaque personne à renouveler son engagement pour construire un monde toujours plus fraternel où tous soient libres de professer leur religion ou leur foi. Bonne et heureuse Année à tous!

 

© Copyright 2011 - Libreria Editrice Vaticana

     

top