The Holy See
back up
Search
riga

VISITE PASTORALE À VIGEVANO ET À PAVIE

CONCÉLÉBRATION EUCHARISTIQUE

HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

 

"Piazza Ducale" à Vigevano
Samedi 21 avril 2007

 

Chers frères et sœurs,

"Jetez le filet... et vous trouverez" (Jn 21, 6).

Nous avons écouté à nouveau ces paroles de Jésus dans le passage évangélique qui vient d'être proclamé. Elles s'inscrivent dans le récit de la troisième apparition du Ressuscité aux disciples sur les rives du lac de Tibériade, qui raconte la pêche miraculeuse. Après le "scandale" de la Croix, ceux-ci étaient retournés dans leur terre et à leur travail de pêcheurs, c'est-à-dire aux activités qu'ils accomplissaient avant de rencontrer Jésus. Ils étaient retournés à leur vie d'avant et cela laisse percevoir le climat de dispersion et d'égarement qui régnait dans leur communauté (cf. Mc 14, 27; Mt 26, 31). Il était difficile pour les disciples de comprendre ce qui s'était passé. Mais, alors que tout semblait fini, à nouveau, comme sur le chemin d'Emmaüs, c'est encore Jésus qui va vers ses amis. Cette fois, il les rencontre sur la mer, lieu qui rappelle à l'esprit les difficultés et les tribulations de la vie; il les rencontre à la pointe du jour, après toute une nuit de vains efforts. Leur filet est vide. D'une certaine façon, cela apparaît comme le bilan de leur expérience avec Jésus:  ils l'avaient connu, ils étaient demeurés à ses côtés, et Lui leur avait promis tant de choses. Et pourtant, à présent, ils se retrouvaient avec leur filet sans poisson.

Mais voici qu'à l'aube, Jésus va à leur rencontre; toutefois, ils ne le reconnaissent  pas  immédiatement  (cf. v. 4). L'"aube" dans la Bible indique souvent le moment des interventions extraordinaires de Dieu. Dans le Livre de l'Exode, par exemple, "à la veille du matin" le Seigneur intervient "de la colonne de feu et de nuée" pour sauver son  peuple  qui  fuyait  l'Egypte   (cf. Ex 14, 24). Et de même, c'est à l'aube que Marie Madeleine et les autres femmes accourues au sépulcre rencontrèrent le Seigneur ressuscité. Dans le passage évangélique que nous méditons également, la nuit s'est désormais écoulée et aux disciples, déçus de n'avoir rien pêché, le Seigneur dit:  "Jetez le filet à droite  du  bateau  et vous trouverez" (v. 6). Normalement, les poissons tombent dans le filet pendant la nuit, lorsqu'il fait sombre, et pas le matin, lorsque l'eau est désormais transparente. Mais les disciples eurent confiance en Jésus et le résultat fut une pêche miraculeusement abondante, au point qu'ils n'avaient plus la force de remonter le filet, tant il était rempli de poissons (cf. v. 6). A ce point, Jean, illuminé par l'amour, s'adresse à Pierre et dit:  "C'est le Seigneur!" (v. 7). Le regard perspicace du disciple que Jésus aimait - icône du croyant - reconnaît le Maître présent sur la rive du lac. "C'est le Seigneur!":  cette profession de foi spontanée est également pour nous une invitation à proclamer que le Christ ressuscité est le Seigneur de notre vie.

Chers frères et sœurs, puisse l'Eglise qui est à Vigevano répéter ce soir avec l'enthousiasme de Jean:  Jésus Christ "est le Seigneur!". Et puisse votre communauté diocésaine écouter le Seigneur qui, par ma bouche, vous répète:  "Jette le filet, Eglise de Vigevano, et tu trouveras!". En effet, je suis venu parmi vous surtout pour vous encourager à être des témoins hardis du Christ. C'est l'adhésion confiante à sa parole qui rendra fructueux vos efforts pastoraux. Lorsque le travail dans la vigne du Seigneur semble être vain, comme les efforts nocturnes des Apôtres, il ne faut pas oublier que Jésus est en mesure de tout transformer en un instant. La page évangélique que nous avons écoutée nous rappelle, d'une part, que nous devons nous engager dans les activités pastorales comme si le résultat dépendait totalement de nos efforts. D'autre part, elle nous fait toutefois comprendre que le véritable succès de notre mission est le don total de la Grâce. Dans les mystérieux desseins de sa sagesse, Dieu sait quand il est temps d'intervenir. Et alors, de même que l'adhésion docile à la parole du Seigneur fait que le filet des disciples se remplit, à chaque époque, et également à la nôtre,  l'Esprit  du  Seigneur peut rendre efficace la mission de l'Eglise dans le monde.

Chers frères et sœurs, c'est avec une grande joie que je suis parmi vous:  je vous remercie et je vous salue tous cordialement. Je vous salue en tant que représentants du Peuple de Dieu réuni dans cette Eglise particulière qui a son centre spirituel dans la Cathédrale, sur le parvis de laquelle nous célébrons l'Eucharistie. Je salue avec affection votre Evêque, Mgr Claudio Baggini, et je le remercie pour les paroles cordiales qu'il m'a adressées au début de la célébration; avec lui, je salue l'Archevêque métropolitain, Dionigi Tettamanzi, les Evêques lombards et les autres Prélats. J'adresse un salut spécial et chaleureux aux prêtres, en les félicitant de la générosité avec laquelle ils accomplissent leur service ecclésial, sans s'épargner face aux efforts et aux difficultés. J'étends mon salut aux personnes consacrées, aux agents de la pastorale et à tous les fidèles laïcs, dont la précieuse collaboration est indispensable pour la vie des diverses communautés. Je ne peux manquer d'adresser une pensée affectueuse aux séminaristes, qui sont l'espérance du diocèse. J'adresse également un salut respectueux aux Autorités civiles, auxquelles je suis reconnaissant pour le message important de courtoisie que leur présence exprime. Ma pensée s'adresse enfin aux fidèles réunis dans les diverses paroisses pour suivre cette rencontre à travers la télévision et à ceux qui participent à cette assemblée eucharistique sur les places et dans les rues adjacentes à cette suggestive "Piazza Ducale", avec en toile de fond la façade artistique de la Cathédrale. Celle-ci a été conçue par l'illustre Evêque de Vigevano, Mgr Juan Caramuel, scientifique de renommée européenne, dont vous avez commémoré solennellement au cours des derniers mois le IV centenaire de la naissance. Cette façade, à l'architecture particulière, unit de façon harmonieuse le temple à la place et au château avec sa tour, symbolisant ainsi la synthèse admirable d'une tradition dans laquelle se mêlent les deux dimensions essentielles de votre ville:  la dimension civile et la dimension religieuse.

"Jetez  le  filet...  Et vous trouverez" (Jn 21, 6). Chère communauté ecclésiale de Vigevano, que signifie de façon concrète l'invitation du Christ à "jeter le filet"? Cela signifie en premier lieu, comme pour les disciples, croire en Lui et avoir confiance dans sa Parole. A vous aussi, comme à eux, Jésus demande de le suivre avec une foi sincère et solide. Placez-vous donc à l'écoute de sa parole et méditez-la chaque jour. Cette écoute docile trouve pour vous un accomplissement concret dans les décisions de votre dernier Synode diocésain, qui s'est conclu en 1999. Au terme de ce chemin synodal, le bien-aimé Jean-Paul II, qui vous rencontra le 17 avril 1999, au cours d'une audience spéciale, vous exhorta à "prendre le large et à ne pas avoir peur d'avancer en eau profonde" (Insegnamenti, XXII, 1, 1999, p. 764). Que ne s'éteigne jamais dans votre cœur l'enthousiasme missionnaire suscité dans votre communauté diocésaine par ces assises providentielles, inspirées et voulues par le regretté Evêque, Mgr Giovanni Locatelli, qui avait ardemment souhaité une visite du Pape à Vigevano. En suivant les orientations fondamentales du Synode et les directives de votre Pasteur actuel, demeurez unis entre vous et ouvrez-vous aux vastes horizons de l'évangélisation.

Que ces paroles du Seigneur vous guident constamment:  "A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples:  si vous avez de l'amour les uns pour les autres" (Jn 13, 35). Porter le poids les uns des autres, partager, collaborer, se sentir coresponsables est l'esprit qui doit constamment animer votre communauté. Ce style de communion exige la contribution de tous:  de l'Evêque et des prêtres, des religieux et des religieuses, des fidèles laïcs, des associations et des divers groupes d'engagement apostolique. Les paroisses individuelles, comme les pièces d'une mosaïque, en pleine harmonie entre elles, formeront une Eglise particulière vivante, insérée de façon organique au sein du Peuple de Dieu. Les associations, les communautés et les groupes de laïcs peuvent  offrir une contribution indispensable, tant pour la formation que pour l'animation spirituelle, caritative, sociale et culturelle, en œuvrant toujours en harmonie avec la pastorale diocésaine et selon les indications de l'Evêque. Je vous encourage également à continuer de prendre soin des jeunes, aussi bien les "proches" que ceux que nous appelons "éloignés". Dans cette perspective, ne vous lassez pas de promouvoir de façon organique et capillaire une pastorale des vocations qui aide les jeunes dans la recherche d'un véritable sens à donner à leur existence. Et que dire enfin de la famille? Il s'agit de l'élément porteur de la vie sociale, et c'est pourquoi ce n'est qu'en œuvrant en faveur des familles que l'on peut renouveler  le  tissu de la communauté ecclésiale - je vois que nous sommes d'accord - et de la société civile elle-même.

Votre terre est riche de traditions religieuses, de ferments spirituels et de vie chrétienne active. Au cours des siècles, la foi a forgé la pensée, l'art et la culture, en promouvant la solidarité et le respect de la dignité humaine. Une expression profondément éloquente de votre riche patrimoine chrétien sont les figures exemplaires de prêtres et de laïcs qui, à travers une proposition de vie enracinée dans l'Evangile et dans l'enseignement de l'Eglise, ont témoigné, en particulier au cours des tumultes sociaux de la fin du XIX siècle et des premières décennies du XX siècle, des authentiques valeurs évangéliques, en  tant que soutien précieux d'une coexistence libre et juste, attentive en particulier aux personnes les plus démunies. Cet héritage spirituel lumineux, redécouvert et alimenté, ne peut manquer de représenter un point de référence sûr pour un service efficace à l'homme de notre temps et pour un chemin de civilisation et de progrès authentique.

"Jetez le filet... Et vous trouverez!". Ce commandement de Jésus a été docilement accueilli par les saints et leur existence a vécu l'expérience du miracle d'une pêche spirituelle abondante. Je pense, en particulier, à vos patrons célestes:  saint Ambroise, saint Charles Borromée, le bienheureux Matteo Carreri. Je pense également à deux illustres fils de cette terre, dont est en cours la cause de béatification:  le vénérable Francesco Pianzola, prêtre animé par un esprit évangélique ardent, qui sut répondre aux pauvretés spirituelles de son époque par un courageux style missionnaire, attentif aux personnes les plus éloignées et particulièrement aux jeunes; le Serviteur de Dieu Teresio Olivelli, laïc de l'Action catholique, mort alors qu'il n'avait que 29 ans, dans le camp de concentration de Hersbruck, victime sacrificielle d'une violence brutale, à laquelle il opposa avec ténacité l'ardeur de la charité. Ces deux figures exceptionnelles de fidèles disciples du Christ constituent un signe éloquent des merveilles opérées par le Seigneur dans l'Eglise de Vigevano. Reflétez-vous dans ces modèles, qui manifestent l'action de la Grâce et qui sont pour le Peuple de Dieu un encouragement à suivre le Christ sur le sentier exigeant de la sainteté.

Chers frères et sœurs du diocèse de Vigevano! Ma pensée se tourne enfin vers la Mère de Dieu que vous vénérez sous le titre de Madonna della Bozzola. Je lui confie toutes vos communautés, afin qu'elle obtienne une effusion renouvelée de l'Esprit Saint sur ce cher diocèse. La pêche difficile et infructueuse des disciples est un avertissement éternel pour l'Eglise de tous les temps:  seuls, sans Jésus nous ne pouvons rien faire! Dans l'engagement apostolique, nos seules forces ne suffisent pas:  sans la Grâce divine, notre travail, même bien organisé, est inefficace. Prions ensemble afin que votre communauté diocésaine sache accueillir avec joie le mandat du Christ et, avec une générosité renouvelée, qu'elle soit prête à "jeter" le filet. Elle connaîtra alors certainement une pêche miraculeuse, signe de la puissance dynamique de la parole et de la présence du Seigneur qui confère sans cesse à son peuple une "jeunesse renouvelée de l'Esprit" (Collecte).

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana 

     

top