The Holy See
back up
Search
riga

CÉLÉBRATION DE LA PÉNITENCE
AVEC LES JEUNES DU DIOCÈSE DE ROME EN PRÉPARATION À LA
XXIII JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE

HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

Basilique Vaticane
Jeudi 13 mars 2008

 

Chers jeunes du diocèse de Rome!

Cette année aussi, à l'approche du Dimanche des Rameaux, nous nous retrouvons pour préparer la XXIII Journée mondiale de la Jeunesse qui, comme vous le savez, atteindra son sommet lors de la Rencontre des jeunes du monde entier qui se tiendra à Sydney du 15 au 20 juillet prochain. Vous connaissez depuis un certain temps déjà le thème de cette Journée. Il est tiré des paroles qui viennent d'être entendues lors de la première lecture:  "Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins" (Ac 1, 8). Nous retrouver aujourd'hui ensemble prend, et ce n'est pas un hasard, la forme d'une liturgie pénitentielle, avec la célébration des confessions individuelles.

Pourquoi "n'est-ce pas un hasard"? On peut trouver la réponse dans ce que j'ai écrit dans ma première Encyclique. Dans celle-ci, je remarquais qu'à l'origine du fait d'être chrétien se trouve la rencontre, avec un événement, avec une Personne, qui donne un nouvel horizon à la vie et, avec celui-ci, la direction décisive (cf. Deus caritas est, n. 1). Précisément pour encourager cette rencontre vous vous apprêtez à ouvrir vos cœurs à Dieu, en confessant vos péchés et en recevant, à travers l'action de l'Esprit Saint et à travers le ministère de l'Eglise, le pardon et la paix. C'est ainsi que nous faisons place à la présence en nous de l'Esprit Saint, la troisième Personne de la Très Sainte Trinité qui est l'"âme" et le "souffle vital" de la vie chrétienne:  l'Esprit nous rend capables "de mûrir une compréhension de Jésus toujours plus approfondie et plus joyeuse, et en même temps de réaliser une mise en pratique efficace de l'Evangile" (Message pour la XXIII Journée mondiale de la Jeunesse, n. 1).

Lorsque  j'étais  Archevêque  de Munich-Freising, je me suis inspiré pour une méditation sur la Pentecôte d'un film intitulé Seelenwanderung (Métempsychose), pour expliquer quelle est l'action de l'Esprit Saint dans une âme. Le film raconte l'histoire de deux pauvres personnes qui, en raison de leur bonté, ne réussissaient pas à aller de l'avant dans la vie. Un jour, l'idée vint à l'un des deux que, n'ayant rien d'autre à mettre en vente, il pouvait vendre son âme. Celle-ci fut achetée pour trois fois rien et placée dans une boîte. A partir de ce moment, à sa grande surprise, tout changea dans sa vie. Il commença une ascension rapide, il devint toujours plus riche, il obtint de grands honneurs et, à sa mort, il portait le titre de consul, largement couvert d'argent et de biens. A partir du moment où il s'était libéré de son âme, il n'avait plus eu d'égards ni d'humanité. Il  avait  agi  sans  scrupules,  en  ne pensant qu'au gain et au succès. L'homme ne comptait plus rien. Lui-même n'avait plus d'âme. Le film - concluais-je - démontre de manière impressionnante que derrière l'apparence du succès se cache souvent une existence vide.

Apparemment l'homme n'a rien perdu, mais son âme lui manque et sans celle-ci tout manque. Il est évident - poursuivais-je dans cette méditation - que l'être humain ne peut pas littéralement jeter son âme au loin, puisque c'est celle-ci qui en fait une personne. En effet, il reste toujours une personne humaine. Il a pourtant l'effrayante possibilité d'être inhumain, de rester une personne en vendant et en perdant en même temps sa propre humanité. La distance entre la personne humaine et l'être inhumain est immense, on ne peut pourtant pas la démontrer; elle est réellement essentielle et pourtant elle est apparemment sans importance (cf. Suchen, was droben ist. Meditationen das Jahr hindurch, LEV, 1985).

L'Esprit Saint, qui se trouve à l'origine de la création et qui, grâce au Mystère de Pâques, est descendu en abondance sur Marie et les Apôtres le jour de la Pentecôte, n'apparaît pas non plus avec évidence au regard extérieur. On ne peut pas voir ou démontrer s'il pénètre dans la personne ou non; mais cela change et renouvelle toute la perspective de l'existence humaine. L'Esprit Saint ne change pas les situations extérieures de la vie, mais les situations intérieures. Le soir de Pâques Jésus, en apparaissant aux disciples, "répandit sur eux son souffle et il leur dit:  "Recevez l'Esprit Saint"" (Jn 20, 22). De manière encore plus évidente, l'Esprit descendit sur les Apôtres le jour de la Pentecôte, comme un vent impétueux et sous la forme de langues de feu. Ce soir aussi l'Esprit descendra dans nos cœurs, pour pardonner nos péchés et nous renouveler intérieurement en nous revêtant d'une force qui nous rendra nous aussi, comme les Apôtres, courageux pour annoncer que "le Christ est mort et ressuscité!".

Chers amis, préparons-nous donc, par un examen de conscience sincère, à nous présenter à ceux à qui le Christ a confié le ministère de la réconciliation. Avec une âme repentie nous confessons nos péchés, en nous proposant sérieusement de ne plus jamais les répéter, surtout en nous proposant de rester toujours sur la voie de la conversion. Nous éprouverons ainsi la joie véritable:  celle qui découle de la miséricorde de Dieu, qui se répand dans nos cœurs et qui nous réconcilie avec Lui. Cette joie est contagieuse! "Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous - dit le verset biblique choisi comme thème de la XXIII Journée mondiale de la Jeunesse - Vous serez alors mes témoins" (Ac 1, 18). Faites-vous les porteurs de cette joie qui vient de l'accueil des dons de l'Esprit Saint, en donnant dans votre vie le témoignage des fruits de l'Esprit:  "Amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi" (Ga 5, 22), tels sont les fruits de l'Esprit dont saint Paul fait la liste dans la Lettre aux Galates.

Rappelez-vous toujours que vous êtes le "temple de l'Esprit"; laissez-le habiter en vous et obéissez docilement à ses indications, pour apporter votre contribution  à  l'édification  de  l'Eglise (cf. 1 Co 12, 7) et discerner à quel type de vocation le Seigneur vous appelle. Aujourd'hui aussi le monde a besoin de prêtres, d'hommes et de femmes consacrées, de couples d'époux chrétiens. Pour répondre à la vocation à travers l'une de ces voies soyez généreux, faites-vous aider par le recours au sacrement de la confession et par la pratique de la direction spirituelle sur votre chemin de chrétiens cohérents. Cherchez en particulier à ouvrir sincèrement votre cœur à Jésus, le Seigneur, pour lui offrir votre "oui" inconditionné.

Chers jeunes, cette ville de Rome est entre vos mains. C'est à vous que revient la tâche de la rendre belle, également d'un point de vue spirituel, grâce à votre témoignage d'une vie vécue dans la grâce de Dieu et dans l'éloignement du péché, en adhérant à tout ce que l'Esprit Saint vous appelle à être, dans l'Eglise et dans le monde. Vous rendrez ainsi visible la grâce de la miséricorde surabondante du Christ, qui de son côté transpercé a jailli pour nous sur la croix. Le Seigneur Jésus nous lave des péchés, il nous guérit des fautes et nous fortifie pour ne pas succomber dans la lutte contre le péché et dans le témoignage de son amour.

Il y a vingt-cinq ans, le bien-aimé Serviteur de Dieu Jean-Paul II inaugura, non loin de cette Basilique, le Centre international des Jeunes "San Lorenzo":  une initiative spirituelle qui s'unissait à tant d'autres initiatives en œuvre dans le diocèse de Rome, pour favoriser l'accueil des jeunes, l'échange d'expériences et de témoignages de la foi, et surtout la prière qui nous fait découvrir l'amour de Dieu. A cette occasion, le Pape Jean-Paul II écrivit:  "Celui qui se laisse combler par cet amour - l'amour de Dieu - ne peut pas nier plus longtemps sa faute. La perte du sens du péché dérive, en dernière analyse, de la perte plus radicale et cachée du sens de Dieu" (Homélie pour l'inauguration du Centre international des jeunes "San Lorenzo", 13 mars 1983, n. 5). Et il ajouta:  "Où aller en ce monde, avec le péché et la faute, sans la Croix? La Croix prend sur elle toute la misère du monde, qui naît du péché. Elle se révèle comme signe de grâce. Elle recueille notre solidarité et nous encourage au sacrifice pour les autres" (ibid.).

Chers jeunes, cette expérience se renouvelle aujourd'hui pour vous:  regardez la Croix en ce moment et accueillez l'amour de Dieu qui nous est donné par la Croix, par l'Esprit Saint qui vient du côté transpercé du Seigneur et, comme le disait le Pape Jean-Paul II, "Devenez vous-mêmes des rédempteurs des jeunes du monde" (ibid.).

Cœur divin de Jésus, d'où jaillirent le Sang et l'Eau comme source de miséricorde pour nous, nous nous remettons à Toi. Amen!

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top