The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE BENOÎT XVI
AU CARDINAL LUBOMYR HUSAR
ARCHEVÊQUE MAJEUR DE KYIV-HALIČ (UKRAINE)

 

A Monsieur le Cardinal Lubomyr HUSAR
Archevêque majeur de Kiev-Halic

"Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi! Selon le mot de l'Ecriture:  de son sein couleront des fleuves d'eau vive" (Jn 7, 37-38). Ces paroles du Seigneur résonnent dans mon coeur, tandis que je pense à l'Eglise grecque-catholique ukrainienne, qui s'apprête à commémorer les tristes événements dont fut témoin, au début du mois de mars, d'il y a soixante ans, la Cathédrale Saint-Georges à Lviv. Bien qu'ils fussent persécutés, opprimés, privés de leurs Pasteurs par un appareil d'Etat idéologique et inhumain, les croyants dans le Christ en Ukraine étaient demeurés fidèles à l'héritage spirituel d'Olga et de Vladimir, lorsque le Baptême qu'ils avaient accueilli se manifesta, selon les paroles du bien-aimé Jean-Paul II dans la Lettre apostolique Euntes in mundum, comme "un élément décisif pour le progrès civil et humain qui revêt tant d'importance pour l'existence et le développement de toute nation et de tout Etat" (n. 5). Malheureusement, en ces tristes jours de mars 1946, un groupe d'ecclésiastiques, réuni en un pseudo-synode, s'arrogea le droit de représenter l'Eglise, portant gravement atteinte à l'unité ecclésiale. Les violences s'intensifièrent ensuite contre ceux qui étaient restés fidèles à l'unité avec l'Evêque de Rome, provoquant des souffrances supplémentaires et contraignant l'Eglise à redescendre dans les catacombes. Mais, même dans des épreuves et des souffrances indicibles, la Divine Providence ne permit pas la disparition d'une communauté qui, pendant des siècles, avait été considérée comme une partie légitime et vivante de l'identité du peuple  ukrainien. L'Eglise grecque-catholique continua ainsi à apporter son témoignage à l'unité, à la sainteté, à la catholicité et à l'apostolicité de l'Eglise du Christ.

Le souvenir de ce qui eut lieu il y a soixante ans doit devenir un encouragement pour la communauté confiée à la sollicitude pastorale de la Hiérarchie grecque-catholique réorganisée en Ukraine, à approfondir son lien intime et convaincu avec le Successeur de Pierre. De cette Eglise, purifiée par les persécutions, ont jailli des fleuves d'eau vive, non seulement pour les catholiques ukrainiens, mais pour toute l'Eglise catholique présente dans le monde. Sur le chemin patient de la foi, vécue jour après jour, dans la communion avec les Successeurs des Apôtres, dont l'unité visible est garantie par le Successeur de Pierre, la communauté catholique ukrainienne a réussi à conserver vivante la Tradition sacrée dans son intégrité. Afin que ce patrimoine précieux de la "Paradosis" conserve toute sa richesse, il est important d'assurer la présence des deux grands courants de l'unique Tradition - le courant latin et le courant oriental - tous deux à travers la multiplicité des manifestations historiques que l'Ukraine a su exprimer. La mission confiée à l'Eglise grecque-catholique, en pleine communion avec Pierre, est double:  d'une part, il est de son devoir de maintenir visible dans l'Eglise catholique la tradition orientale, et, de l'autre, de favoriser la rencontre des traditions, en témoignant non seulement de leur compatibilité, mais également de leur profonde unité dans la diversité.

Vénéré Frère, je prie afin que cet anniversaire devienne, comme l'écrivit Jean-Paul II dans la Lettre apostolique Le jour approche, "une supplication à l'Esprit Paraclet pour qu'il fasse croître tout ce qui favorise l'unité et qu'il donne courage et force à ceux qui s'engagent, selon les orientations du Décret conciliaire Unitatis redintegratio, dans cette oeuvre bénie de Dieu. C'est une supplication pour obtenir l'amour fraternel, le pardon des offenses et des injustices subies au cours de l'histoire" (Lettre apostolique pour le IV centenaire de l'Union de Brest, n. 11). Je m'unis spirituellement à l'action de grâce qui est célébrée dans la conscience partagée de la mission commune d'obéir au commandement du Christ:  Ut unum sint. J'invoque Marie, la Theotokos et les nombreux martyrs qui composent le visage de vos communautés, et je vous donne de tout coeur, ainsi qu'aux Evêques, aux prêtres, aux personnes consacrées et  aux  fidèles  de  l' Eglise  grecque-catholique ukrainienne, comme signe de mon affection et de mon souvenir constants, une Bénédiction apostolique particulière.

Du Vatican, le 22 février 2006, fête de la Chaire de Saint-Pierre Apôtre

 

BENEDICTUS PP. XVI

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

    

top