The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE BENOÎT XVI
AU CARDINAL FIORENZO ANGELINI
À L'OCCASION DU 50ème ANNIVERSAIRE
 DE SON ORDINATION ÉPISCOPALE

 

A mon vénéré frère
Monsieur le Cardinal Fiorenzo ANGELINI

Monsieur le Cardinal, vous célébrerez le 29 juillet prochain le cinquantième anniversaire de votre ordination épiscopale, qui eut lieu dans l'Eglise Saint-Ignace à Rome, la ville qui vit votre naissance le 1 août 1916. Cela signifie que trois jours plus tard, vous fêterez également votre quatre-vingt-dixième anniversaire. En cette heureuse circonstance, je suis heureux de vous faire parvenir l'expression de mes plus cordiales félicitations et de vous adresser mes voeux fervents, tout en vous assurant de mon souvenir particulier dans la prière et en m'associant à votre action de grâce au Seigneur pour les si nombreux dons dont il a bien voulu enrichir votre vie et votre ministère, pour l'édification de l'Eglise de Rome en Italie et dans le monde. Dans ce contexte de louange reconnaissante, je tiens à rappeler, au moins dans les grandes lignes, tout ce que la Divine Providence vous a permis d'accomplir au cours de ces cinquante années.

Lorsque le Saint-Père Pie XII, de vénérée mémoire, vous élut Evêque titulaire de Messene, vous assuriez, depuis plus de dix ans, la charge d'Assistant ecclésiastique central de l'Union des Hommes de l'Action catholique et, depuis tout juste quelques mois, celle de Délégué pour les hôpitaux et les maisons de santé du diocèse de Rome. La dignité épiscopale conféra une vigueur supplémentaire au zèle par lequel vous vous étiez distingué et dont témoigne, avec évidence, la réalisation de l'Eglise Saint-Léon-le-Grand à Prenestino et du "Centre Pie XII pour un Monde meilleur" sur la Via dei Laghi. Après votre ordination épiscopale, vous vous êtes consacré pleinement à la pastorale de la santé, en rendant possible son organisation au niveau diocésain, avec des développements positifs aussi bien en Italie qu'à l'étranger.

Le bienheureux Jean XXIII vous nomma Assistant ecclésiastique national des Médecins catholiques italiens, une association que vous aviez vous-même animée et qui devint extrêmement florissante, au point de se faire la promotrice de la Fédération internationale des Associations des Médecins catholiques. A cette action de formation auprès des Médecins vint ensuite s'ajouter celle de promotion de la pastorale des Aumôniers hospitaliers, puis l'engagement pour encourager la recherche scientifique dans le domaine médical, en ayant toujours comme objectif central la promotion et la protection de la personne humaine.

Vous vous êtes trouvé en parfaite harmonie d'intention également avec le Pape Jean-Paul II, en vous engageant dans une collaboration qui déboucha sur l'institution du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé, dont le Souverain Pontife vous confia la présidence. Sous votre conduite, ce dicastère sut promouvoir dans les Eglises particulières présentes à travers le monde cette attention privilégiée aux malades que, à la lumière des enseignements évangéliques, le chrétien ne peut manquer de partager. C'est dans ce contexte que vous avez également promu au Vatican une série de Conférences internationales annuelles sur des thèmes de grande importance dans le domaine de la santé; vous avez également dirigé la publication du premier recensement des Instituts de santé catholiques dans le monde, ainsi que l'élaboration et la publication de la première "Charte des Agents de la Santé". Sous votre présidence fut également instituée la Journée mondiale du Malade et élaboré le projet de l'Académie pontificale pour la Vie.

La profonde conviction que la défen-se de la vie et l'attention pastorale à la souffrance humaine dépasse les barrières idéologiques, vous a également suggéré, vénéré frère, d'accomplir des visites et de participer à de nombreux congrès dans différentes nations, dans les situations politiques les plus variées et les plus difficiles, pour apporter partout l'annonce des valeurs humaines et chrétiennes fondamentales et inviter tous les hommes à unir leurs efforts au service de la personne souffrante. En signe de reconnaissance pour un engagement si généreux dans un secteur d'une importance aussi fondamentale, le Pape Jean-Paul II vous créa Cardinal lors du Consistoire du 28 juin 1991.

Réconforté par ce nouveau signe de bienveillance pontificale, ces dernières années, en continuité d'esprit avec une vie passée au service de l'homme, en particulier de l'homme qui souffre, vous avez fondé l'Institut international de Recherche sur la Face du Christ, en collaboration avec la Congrégation bénédictine des Soeurs réparatrices de la Sainte Face de Notre Seigneur Jésus Christ, en promouvant la célébration annuelle de Congrès internationaux, qui  sont parvenus cette année à leur dixième édition. Grâce à cette Congrégation religieuse, selon le désir formellement exprimé par son fondateur, le Serviteur de Dieu l'Abbé Ildebrando Gregori, votre sollicitude pastorale trouve à présent son expression à travers de nouvelles initiatives, récompen-sées par de précieuses vocations à la vie consacrée, et à travers des oeuvres d'assistance socio-sanitaire et éducative en Pologne, en Roumanie, en Inde et en République démocratique du Congo.

Raconter les oeuvres de Dieu signifie louer Dieu. C'est la raison pour laquelle, Monsieur le Cardinal, j'ai voulu rappeler l'intense travail que vous avez accompli et que vous continuez d'accomplir dans la vigne du Seigneur, pour lui rendre grâce et, dans le même temps, pour reconnaître le mérite de celui qui a su se faire l'instrument docile, sage et zélé de sa divine initiative. Je suis certain d'interpréter fidèlement les intentions de votre coeur, vénéré frère, en exprimant une immense gratitude à la Très Sainte Vierge, que vous avez toujours reconnue comme une inspiratrice et un soutien de votre ministère, depuis les années du Séminaire Romain, au cours desquelles vous avez appris à vous adresser à elle à travrers la belle invocation: "Mater mea, fiducia mea". Que l'intercession de la Vierge continue de vous combler d'abondants dons célestes, en gage desquels je vous donne avec affection une Bénédiction apostolique particulière, que j'étends volontiers aux Soeurs réparatrices de la Sainte Face de Notre Seigneur Jésus Christ et à toutes les personnes qui vous sont chères.

Du Vatican, le 6 juillet 2006

BENEDICTUS PP. XVI

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

    

top