The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE BENOÎT XVI
AU CARD. EDWARD IDRIS CASSIDY
À L'OCCASION DU XX ANNIVERSAIRE
DE LA VISITE DE JEAN-PAUL II EN AUSTRALIE

 

A mon vénéré Frère
le Cardinal Edward Idris CASSIDY

C'est avec une joie profonde qu'à travers vous, je transmets mes salutations à Mgr Edmund Collins, Evêque de Darwin, ainsi qu'à tous ceux qui se rassembleront à Alice Springs du 2 au 7 octobre 2006 à l'occasion du XX anniversaire de la visite de mon bien-aimé prédécesseur  le  Pape  Jean-Paul  II. Soyez assuré de mes prières et de ma proximité spirituelle en ce moment de joyeuse commémoration.

L'art de la commémoration, exercé sous le signe de l'espérance, n'est pas seulement une occasion de simple souvenir. Elle renouvelle les intentions. Pour les aborigènes et les communautés insulaires du détroit de Torres réunis aujourd'hui, cela est exprimé à travers le désir de reproposer les défis avec lesquels le Pape Jean-Paul II les encouragea:  "Vous devez être fidèles à vos traditions valables et adapter votre culture vivante lorsque ceci est requis [...] Mais surtout vous devez ouvrir toujours plus vos coeurs au message consolant, purifiant et noble de Jésus Christ, [...] qui est mort afin que nous ayons tous la vie et que nous l'ayons en plénitude" (Discours aux aborigènes et aux communautés insulaires du détroit de Torres, Alice Springs, 29 novembre 1986; Insegnamenti IX, 2 1986, p. 1763).

Comment ces défis peuvent-ils êtres affrontés lorsque beaucoup de facteurs pourraient conduire au découragement voire au désespoir? Lorsque Jésus, au cours de son pèlerinage terrestre, alla de village en village pour prêcher la Bonne Nouvelle de la vérité et de l'amour, il attira l'attention de ceux qui l'écoutaient. A la différence des Scribes, qui étaient rejetés à cause de leur hypocrisie, nous apprenons que le Seigneur les impressionnait "car il les enseignait comme ayant autorité" (Mc 1, 22). En effet, chaque communauté humaine a besoin et est à la recherche de responsables forts et inspirés, pour guider les autres sur le chemin de l'espérance. C'est pourquoi l'exemple des anciens au sein des communautés est très important. Je les encourage à exercer leur autorité de façon avisée, à travers la fidélité à leurs traditions, - à leurs chants, leurs récits, leurs peintures, leurs danses - et en particulier à travers une expression renouvelée de leur profonde conscience de Dieu, rendue possible à travers la Bonne Nouvelle de Jésus Christ.

A travers vous, Eminence, je désire m'adresser directement aux jeunes présents:  maintenez vive la flamme de l'espérance et "marchez la tête haute". Le Christ est à vos côtés! Même dans les heures les plus sombres, sa lumière continue de briller. En effet, avec le Psalmiste, nous pouvons proclamer:  "J'entends les calomnies des gens, terreur de tous côtés! [..] Et moi je m'assure en toi, Yahvé, je dis:  C'est toi mon Dieu!" (Ps 31, 13-15). Ne permettez pas que vos "rêves" soient brisés par l'appel vain de ceux qui peuvent vous entraîner dans l'abus d'alcool et de drogue, en vous promettant le bonheur. Il s'agit de fausses promesses, qui ne conduisent qu'à une spirale de misère et d'esclavage. Je vous exhorte au contraire à promouvoir la rencontre avec le mystère de l'esprit de Dieu qui agit en vous et dans la création, en vous indiquant une vie ayant un objectif, une vie de service, de satisfaction et de joie.

A toute la communauté, je désire répéter ce à quoi j'ai déjà fait allusion dans mon discours au début de cette année à l'Ambassadeur de votre nation près le Saint-Siège. Beaucoup a été fait sur le chemin de la réconciliation raciale; toutefois, il reste encore beaucoup  à faire. Personne ne peut se dispenser de cette tâche. S'il est vrai qu'aucune culture ne peut utiliser les blessures du passé comme prétexte pour éviter d'affronter les difficultés liées à la satisfaction des besoins sociaux actuels de son peuple, il est également vrai que ce n'est qu'en étant disposé à accepter la vérité historique que l'on peut parvenir à une solide compréhension de la réalité présente et acquérir la vision d'un avenir harmonieux. J'encourage donc à nouveau tous les Australiens à répondre avec compassion et détermination aux causes profondes qui sont à la base du fléau qui frappe encore tant de citoyens aborigènes. L'engagement à la vérité ouvre la voie à la réconciliation durable à travers  le  processus de guérison qui consiste à demander et à accorder le pardon - deux éléments indispensables pour la paix. De cette façon, notre mémoire est purifiée, nos coeurs sont rassérénés, et notre avenir est empli d'une espérance bien fondée sur la paix qui jaillit de la vérité.

Avec ces sentiments de sollicitude dans la prière, et assuré de l'amour du Christ qui nous pousse (cf. 2 Co 5, 14), je vous donne cordialement, ainsi qu'à toutes les personnes présentes, ma Bénédiction apostolique, que j'étends volontiers à leurs familles où qu'elles se trouvent.

Du Vatican, le 22 septembre 2006

 

BENEDICTUS PP. XVI

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

   

top