The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. STEN ERIK MALMBORG LILHOLT,
NOUVEL AMBASSADEUR DU DANEMARK
PRÈS LE SAINT-SIÈGE À L'OCCASION DE LA PRÉSENTATION
DES LETTRES DE CRÉANCE* 

Jeudi 1 décembre 2005

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Je suis heureux de vous accueillir au Vatican et d'accepter les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume du Danemark près le Saint-Siège. Je vous remercie de vos aimables paroles et des salutations que vous me transmettez de la part de la Reine Margrethe II. Je vous prie de transmettre à Sa Majesté mes meilleurs voeux et l'assurance de mes prières pour la prospérité de votre nation.

Depuis 1982, le Saint-Siège et le Danemark bénéficient de relations diplomatiques officielles. Cela a conduit à un niveau encourageant de contact et de coopération au service de la paix et de la justice, en particulier dans les pays en voie de développement. A cet égard, je suis heureux de noter que votre pays continue de faire preuve d'une grande générosité dans ses efforts en vue de réduire la pauvreté dans le monde et de promouvoir le développement international. Le Saint-Siège apprécie l'importance que le gouvernement danois attache à la réalisation des Objectifs de Développement pour le Millénaire, en particulier en ce qui concerne la contribution de 0,7% du Produit national brut des pays les plus riches au budget de l'aide l'internationale. Je vous offre tous mes encouragements pour poursuivre de façon résolue ce chemin vers une plus juste distribution des ressources mondiales et je prie pour que de nombreuses autres nations soient inspirées par l'exemple que votre pays a montré à cet égard.

A côté de la pauvreté matérielle dont souffrent nos frères et soeurs dans les pays en voie de développement, il existe d'autres formes de pauvreté qui représentent une source de préoccupation pour la société moderne. Au Danemark, comme dans de nombreux pays européens, de nombreux débats sont actuellement en cours sur les problèmes liés à l'immigration. J'exhorte les Danois à accueillir les nouveaux arrivants parmi eux, et je suis également certain  que  ceux  qui ont trouvé un foyer au Danemark feront preuve de respect pour les valeurs et la sensibilité de la nation qui les accueille. L'intégration des peuples exige que chaque groupe trouve un juste équilibre entre l'affirmation de sa propre identité et l'acceptation de celle des autres (cf. Message pour la Journée mondiale des Migrants et des Réfugiés 2005, n. 2) et je sais que votre gouvernement apprécie l'importance de concilier ces éléments différents. Je prie pour que les divers groupes représentés dans la société danoise continuent de vivre ensemble de façon pacifique, en montrant l'exemple aux autres nations de l'enrichissement mutuel que les pays d'accueil et les immigrants peuvent offrir les uns aux autres.

Cette coopération est particulièrement importante dans les domaines de l'oecuménisme et du dialogue interreligieux. Bien que la communauté catholique au Danemark ne représente qu'un faible pourcentage de la population, je peux vous assurer qu'elle désire apporter sa contribution à ces efforts importants. Je forme le voeu fervent que le dialogue oecuménique en cours avec l'Eglise luthérienne débouchera sur des progrès significatifs et je suis certain que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour encourager cela. De plus, dans la perspective du phénomène de l'immigration, le dialogue interreligieux acquiert également une signification croissante. L'Eglise catholique désire apporter la contribution de sa grande expérience et de ses connaissances dans ce domaine, afin de promouvoir le respect et la compréhension mutuels entre les disciples des différentes traditions religieuses dans votre pays.

Comme dans la majeure partie de l'Europe aujourd'hui, la société danoise est confrontée à une tendance à la sécularisation croissante. L'Eglise a le droit et le devoir d'indiquer les dangers qui naissent lorsque l'origine divine et le destin de l'homme sont ignorés ou niés. La tradition de foi chrétienne dans votre pays, qui remonte à mille ans, a contribué à créer son aspect actuel. En effet, les principes qui ont formé la civilisation occidentale découlent de la vision sous-jacente du monde que proclame la foi chrétienne. Il est essentiel de rappeler que leur nature obligatoire est fondée non sur la base d'un simple consensus, mais sur la révélation divine.

C'est pour cette raison qu'il est nécessaire d'examiner avec attention tous les nouveaux développements sociaux qui apparaissent, même s'ils bénéficient d'un large consensus ou s'ils semblent contenir la promesse de succès significatifs. La défense de la vie, de sa conception à la mort naturelle, par exemple, ainsi que la stabilité du mariage et de la vie de famille, sont des biens qu'il faut protéger dans toutes les sociétés, même face à la voix puissante des forces qui tentent de les affaiblir. Ces biens font partie de l'ordre moral objectif, et ne peuvent jamais être écartés sans porter gravement atteinte au bien commun. De même, les progrès scientifiques et technologiques devraient toujours être évalués selon de stricts critères éthiques, et rien de ce qui menace la dignité inhérente à la personne humaine ne devrait être toléré. Ce n'est qu'en adhérant fidèlement à ces vérités immuables que la société peut créer les conditions dans lesquelles les êtres humains peuvent se développer et prospérer.

Votre Excellence, je suis certain que la mission diplomatique que vous commencez aujourd'hui renforcera ultérieurement les relations déjà fructueuses qui existent entre le Saint-Siège et votre pays. Je vous assure que les divers bureaux de la Curie romaine seront toujours prêts à vous assister et à vous soutenir dans l'accomplissement de vos fonctions. Avec mes sincères meilleurs voeux, j'invoque sur vous, sur votre famille et sur tout le peuple du Danemark, une abondance de Bénédictions divines.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française 2006 n.4 p.7.

 

© Copyright 2005 - Libreria Editrice Vaticana

 

top