The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX EVÊQUES DU SRI LANKA
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Samedi 7 mai 2005

 

Chers frères dans l'épiscopat,

1. En ces premiers jours de mon Pontificat, je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue, Pasteurs de l'Eglise qui est au Sri Lanka, à l'occasion de votre visite "ad limina Apostolorum", la première depuis mon élection. Je vous remercie des paroles courtoises que m'a adressées, en votre nom, Mgr Joseph Vianney Fernando, Président de votre Conférence épiscopale. Vous provenez d'un continent qui se distingue particulièrement par la richesse de ses cultures, de ses langues et de ses traditions (cf. Ecclesia in Asia, n. 50) et vous témoignez de la foi profonde de votre peuple en Jésus Christ, l'unique Rédempteur du monde. Je prie afin que votre pèlerinage sur les tombes des Apôtres Pierre et Paul puisse renouveler votre engagement à servir et à proclamer le Christ avec conviction, de façon à ce que s'accroisse au sein de votre peuple la connaissance et l'amour de Celui qui est venu pour qu'ils "aient la vie et qu'ils l'aient surabondante" (cf. Jn 10, 10).

2. En décembre dernier, comme de nombreuses personnes dans le monde, j'ai été profondément troublé face aux effets dévastateurs du raz-de-marée qui a causé un aussi grand nombre de victimes au Sri Lanka même et qui a laissé des centaines de milliers de personnes sans abri. Je vous prie d'accepter mes sincères condoléances et celles des catholiques du monde entier pour tous ceux qui ont dû supporter ces pertes terribles. Sur les visages de ces personnes privées de tout nous ne pouvons que reconnaître le visage empreint de souffrance du Christ et, de fait, c'est Lui que nous servons quand nous faisons preuve d'amour et de compassion pour les plus démunis (cf. Mt 25, 40).

La communauté chrétienne a le devoir spécifique de prendre soin des enfants qui ont perdu leurs parents à la suite  de  catastrophes naturelles. Le Royaume de Dieu appartient à ces membres de la société les plus vulnérables (cf. Mt 19, 14), qui sont trop souvent oubliés ou exploités sans honte comme soldats, comme main d'oeuvre ou qui sont les victimes innocentes du trafic d'êtres humains. Il ne faut épargner aucun effort pour exhorter les autorités civiles et la Communauté internationale à combattre ces abus et à offrir aux enfants la protection juridique qu'ils méritent à juste titre.

Même dans les moments les plus sombres de notre vie nous savons que Dieu n'est jamais absent. Saint Paul nous rappelle que "tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu" (cf. Rm 8, 28) et cela est apparu de façon évidente dans la générosité sans précédents de la réponse humanitaire au tsunami. Je désire tous vous féliciter pour la manière exceptionnelle avec laquelle l'Eglise qui est au Sri Lanka a lutté pour satisfaire aux exigences matérielles, morales, psychologiques et spirituelles des victimes. Nous pouvons reconnaître des signes supplémentaires de la bonté de Dieu dans la coopération et dans la collaboration de tant d'éléments aussi différents de la société qui se sont unis dans leur effort pour apporter de l'aide. Il a été réconfortant de voir des membres de différentes religions et de divers groupes ethniques du Sri Lanka et de toute la communauté mondiale se réunir pour démontrer leur solidarité envers les victimes et redécouvrir ainsi les liens fraternels qui les unissent. J'ai l'assurance que vous trouverez d'autres façons pour rendre encore plus féconds les résultats de cette coopération, en particulier en garantissant que les aides soient offertes gratuitement à tous ceux qui en ont besoin.

3. L'Eglise qui est au Sri Lanka est jeune, un tiers de la population de votre pays a en effet moins de quinze ans, et cela constitue une grande espérance pour l'avenir. L'éducation religieuse dans les écoles doit donc être une priorité. Indépendamment des difficultés que vous rencontrerez dans ce domaine, ne vous laissez pas dissuader d'accomplir cette tâche! De même, les séminaires demandent une attention particulière de la part des évêques (Directoire pour le ministère pastoral des Evêques, nn. 84-91) et je vous exhorte à être toujours plus vigilants pour garantir à vos séminaristes une saine formation spirituelle et théologique. Ils doivent être guidés à exercer leur futur apostolat de façon à inciter d'autres à suivre le Christ. Plus ils seront saints, joyeux et enthousiastes dans leur ministère sacerdotal, plus celui-ci sera fécond (cf. Lettre du Saint-Père Jean-Paul II aux prêtres pour le Jeudi saint 2005, n. 7). Il est réconfortant de savoir que votre pays est déjà béni par un bon nombre de vocations au sacerdoce et je prie afin que beaucoup d'autres jeunes reconnaissent l'appel de Dieu à se donner  complètement  pour  le salut du Royaume et répondent à celui-ci.

4. Pour conclure mes réflexions avec vous aujourd'hui, je vous présente l'image des disciples le long du chemin qui mène à Emmaüs, souvent évoquée encore récemment par mon bien-aimé prédécesseur pour nous guider au cours de cette Année eucharistique. Le Christ lui-même les accompagna le long du chemin. Il leur ouvrit les yeux sur la vérité contenue dans les Ecritures, il raviva leur espérance et se révéla à eux lors de la fraction du pain (cf. Mane nobiscum Domine, n. 1). Il vous accompagne également alors que vous guidez votre peuple le long du sentier à la suite du Christ. Renouvelez votre confiance en Lui! Ouvrez Lui votre coeur! Implorez-le, en union avec toute l'Eglise dans le monde:  "Mane nobiscum Domine".

En vous confiant, ainsi que vos prêtres, diacres, religieux et fidèles laïcs, à l'intercession de Marie, Femme de l'Eucharistie je vous donne de tout coeur ma Bénédiction apostolique en gage de grâce et de force dans son Fils, notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.

 

 

Copyright © Libreria Editrice Vaticana   

    

top