The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À
S.E. M. MAKASE NYAPHISI
NOUVEL AMBASSADEUR DU
LESOTHO
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Salle du Consistoire
Jeudi 14 décembre 2006

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Je suis heureux de vous accueillir au début de votre mission et d'accepter les Lettres qui vous accréditent en tant qu'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume du Lesotho près le Saint-Siège. Je vous remercie pour vos aimables paroles et pour les salutations que vous me transmettez de la part du Roi Letsie III. Je vous prie de transmettre à Sa Majesté mes vieux respectueux et l'assurance de mes prières pour le bien-être de votre nation.

Comme vous l'avez observé, vous commencez votre mandat peu de temps après la célébration du quarantième anniversaire de l'indépendance de votre pays. En vous renouvelant mes félicitations pour cette étape importante dans l'histoire du Lesotho, je voudrais réaffirmer le soutien et l'encouragement du Saint-Siège à l'égard de votre gouvernement dans ses efforts en vue de renforcer les bases de la démocratie et de promouvoir la paix et la stabilité dans toute la région. A cet égard, la récente décision d'adopter un nouveau drapeau symbolisant une nation "en paix avec elle-même et ses voisins" exprime un engagement louable en vue de ces nobles objectifs. De plus, je suis conscient que le peuple du Lesotho lui-même a eu plus d'une occasion, au cours des quarante dernières années, de démontrer sa résistance et sa détermination à poursuivre le chemin de la paix et de la démocratie, quelles que soient les pressions contraires qu'il ait pu rencontrer.

Malheureusement, les graves défis de la pauvreté et du manque de nourriture, auxquels est actuellement confronté votre  peuple,  présentent  de sérieux obstacles à la réalisation des objectifs de votre pays. L'activité économique revêt un caractère moral et, dans la mesure où chaque personne est responsable de l'autre, les nations les plus riches ont un devoir de solidarité et de justice en vue de promouvoir le développement de tous (cf. Compendium de la Doctrine sociale de l'Eglise, n. 333). Dans un monde où les communications et le commerce ont acquis une dimension mondiale, ce devoir est d'autant plus évident que les moyens de l'accomplir existent. Comme vous le savez, le Saint-Siège s'engage à soutenir les efforts de la Communauté internationale en vue de réaliser les Objectifs de Développement pour le Millénaire et, de même, toutes les initiatives visant à une distribution plus équitable des ressources et des opportunités de croissance économique. Dans le même temps, il continue d'exhorter les gouvernements qui reçoivent une assistance à cultiver un sens de responsabilité, d'honnêteté et de respect de la règle du droit comme conditions nécessaires pour assurer que l'aide qu'ils reçoivent est utilisée au bénéfice de ceux qui en ont le plus besoin (cf. Ecclesia in Africa, n. 113). A cet égard, Excellence, j'ai plaisir à entendre vos paroles concernant la haute priorité que le Royaume du Lesotho accorde à la lutte contre la corruption, et je vous assure tous mes encouragements dans ces efforts de grand mérite.

La plaie du SIDA, qui frappe plusieurs millions de personnes sur le continent africain, a apporté d'indicibles souffrances à la population de votre pays. Soyez assuré de la profonde préoccupation de l'Eglise catholique en vue de faire tout son possible pour soulager toutes les personnes frappées par cette cruelle maladie, ainsi que leurs familles. Dans les visages des personnes malades et mourantes, les chrétiens reconnaissent le visage du Christ, et c'est lui que nous servons lorsque nous apportons notre aide et notre réconfort aux personnes qui souffrent (cf. Mt 25, 31-40). Dans le même temps, il est d'une importance vitale de transmettre le message selon lequel la fidélité au sein du mariage et l'abstinence en dehors  du  mariage sont les meilleurs moyens d'éviter l'infection et de mettre un terme à la diffusion du virus. En effet, les valeurs qui découlent d'une compréhension authentique du mariage et de la vie de famille constituent la seule base sûre pour une société stable.

A cet égard, Excellence, je voudrais vous assurer de la disponibilité de la communauté catholique du Lesotho à continuer de jouer son rôle dans l'éducation  des  futures  générations  de citoyens aux valeurs qui soutiennent et promeuvent un environnement social sain. Comme nous l'a rappelé le Concile Vatican II, les écoles catholiques visent à guider la formation humaine de leurs élèves dans "une atmosphère animée d'un esprit évangélique de liberté et de charité" (Gravissimum Educationis, n. 8). Elles ont pour but de former et d'orienter les idéaux des jeunes d'une façon qui leur permettra d'assumer leurs responsabilités d'adultes avec générosité et intégrité, pour le bien de toute la société. Je sais que le gouvernement du Lesotho apprécie le travail accompli par les éducateurs catholiques et continuera de leur apporter l'encouragement dont ils ont besoin alors qu'ils se consacrent à cette noble tâche au nom de Notre Seigneur Jésus Christ.

Excellence, je prie pour que la mission diplomatique que vous commencez aujourd'hui renforce encore plus les relations déjà fructueuses qui existent entre le Saint-Siège et votre pays. Soyez assuré que les différents bureaux de la Curie Romaine seront toujours prêts à vous assister dans l'accomplissement de vos fonctions. Avec mes vœux sincères, j'invoque sur vous, sur votre famille et sur tout le peuple du Lesotho, une abondance de Bénédictions de Dieu.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française 2007 n.4 p.9, 10.

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

 

top