The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX PARTICIPANTS AU CONGRÈS INTERNATIONAL
PROMU POUR LE V CENTENAIRE DES MUSÉES DU VATICAN

Salle Clémentine
Samedi 16 décembre 2006

 

Monsieur le Cardinal,
Vénérés frères dans l'épiscopat,
Mesdames et Messieurs!

C'est pour moi un honneur et un plaisir d'accueillir aujourd'hui une représentation aussi qualifiée de responsables des plus grands Musées du monde entier. J'adresse à chacun de vous mon plus cordial salut, accompagné de ma sincère gratitude pour votre visite d'aujourd'hui. En premier lieu, je salue le Président du Gouvernorat de l'Etat de la Cité du Vatican, S.Exc. Mgr Giovanni Lajolo, que je remercie également de s'être fait l'interprète des sentiments de toutes les personnes présentes. Je salue le Cardinal, les Evêques, les personnalités et les spécialistes venus de tous les continents. J'adresse un remerciement particulier au Directeur des Musées du Vatican et à ses collaborateurs, ainsi qu'à ceux qui ont préparé et organisé ce Congrès, qui conclut un riche calendrier d'initiatives commémorant le V Centenaire des Musées du Vatican. Les multiples manifestations, qui ont eu lieu au cours de toute l'année, n'avaient pas seulement pour but de commémorer des événements du passé, mais également de créer de nouvelles opportunités d'approfondissement pour les nombreux visiteurs qui fréquentent chaque jour les Musées. On a ainsi souligné l'intérêt que suscite une réalité concernant un Musée au parcours historique aussi riche.

Je me réjouis donc de ce Symposium, dont l'attention porte sur une thématique d'un intérêt évident:  l'identité et le rôle du musée aujourd'hui et ses perspectives futures. Précisément parce qu'elle  est consacrée à l'étude de la fonction et des objectifs de l'institution du "musée" dans la société contemporaine, l'initiative du Congrès n'a pas simplement prévu une présentation de comptes-rendus de la part de spécialistes. Vous avez plutôt voulu vous confronter à travers des études théoriques, des interventions spécifiques, des échanges d'expériences et un dialogue franc, pour faire apparaître des éléments qui permettent de mieux cerner la fonction, que nous pourrions définir "éducative", du musée dans le contexte de la société actuelle mondialisée. L'Eglise soutient et promeut depuis toujours le monde de l'art, considérant son langage comme un véhicule privilégié de progrès humain et spirituel. Cela vaut la peine de rappeler également, en cette circonstance, l'inscription que mon vénéré Prédécesseur Benoît XIV fit placer sur la porte d'entrée du Musée chrétien:  "Ad augendum Urbis splendorem et asserendam religionis veritatem - Pour promouvoir la splendeur de la ville de Rome et affirmer la vérité de la religion chrétienne".

Le développement dans le temps des Musées du Vatican montre que ces finalités sont toujours restées bien présentes dans l'engagement des Souverains Pontifes. En recevant le mois dernier le personnel de cette importante Institution, j'observais que dans son "code génétique" est inscrite la vérité suivante:  la grande civilisation classique et la civilisation judéo-chrétienne ne s'opposent pas entre elles, mais convergent dans l'unique dessein de Dieu. Et j'ajoutais qu'il s'agit d'une logique propre au Musée tout entier, qui dans cette perspective apparaît vraiment comme un tout unitaire dans l'articulation complexe de ses sections. En définitive, on pourrait dire que les Musées du Vatican peuvent représenter une opportunité extraordinaire d'évangélisation, car, à travers les diverses oeuvres exposées, ils offrent aux visiteurs un témoignage éloquent du lien permanent qui existe entre le divin et l'humain dans la vie et dans l'histoire des peuples. Le nombre important de personnes qui, chaque jour, les visitent révèle l'intérêt croissant à l'égard de ces chefs-d'oeuvre de l'art et de ces témoignages historiques, qui constituent une merveilleuse synthèse de l'Evangile et de la culture.

Précisément à partir de l'expérience des Musées du Vatican, se révèle très approprié le choix effectué par les organisateurs du Congrès, qui se sont proposés de ne pas se limiter à analyser les institutions muséographiques dans leur organisation actuelle. Ils ont demandé aux participants de s'interroger plutôt  sur le rôle que les Musées peuvent jouer à l'avenir, sur la fonction qu'ils sont appelés à remplir à l'époque contemporaine, marquée par de rapides transformations  sociales et dans laquelle le réseau des communications innerve le tissu tout entier de l'humanité. Assurément, comme on l'a noté au cours des travaux, la fonction du Musée a aujourd'hui sensiblement changé:  de privilège, le Musée est devenu un droit, de centre réservé aux artistes, aux spécialistes et aux seuls hommes de la culture, il est actuellement toujours plus la "maison" de tous, répondant de cette façon à une exigence diffuse de formation de la société. On accorde ensuite, à juste titre, une attention spéciale aux nouvelles générations qui, dans les Musées, peuvent reconnaître les racines de leur histoire et de leur culture. Chaque opportunité pour favoriser l'intégration et la rencontre entre les individus et les peuples est, sans aucun doute, à encourager. Dans cette perspective, les musées, tout en tenant compte des conditions sociales qui ont changé, peuvent aussi devenir des lieux de médiation artistique, des anneaux de raccord entre le passé, le présent et l'avenir, un carrefour d'hommes et  de  femmes  des divers continents, ainsi que des ateliers de recherche et des creusets d'enrichissement culturel et spirituel. Le dialogue, grâce à Dieu, toujours plus souhaité entre cultures et religions ne peut que faciliter la connaissance réciproque et rendre plus fructueux les efforts pour construire un avenir commun de progrès solidaire et de paix pour toute l'humanité. Les Musées pourront contribuer à diffuser la culture de la paix si, en conservant leur nature de temples de la mémoire historique, ils savent également être des lieux de dialogue et d'amitié entre tous.

Mesdames et Messieurs, je renouvelle à chacun de vous mes remerciements cordiaux pour votre visite d'aujourd'hui et je souhaite que votre travail quotidien contribue à transmettre aux générations de demain l'amour pour cette beauté qui, comme l'écrit Dostoïevski, "sauvera le monde" (cf. L'idiot, chap. V). Avec ces sentiments, alors que je forme des voeux fervents pour les prochaines Fêtes de Noël, j'invoque sur vous tous et sur vos familles l'abondance des Bénédictions de Dieu.

 

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

   

top