The Holy See
back up
Search
riga

 XIV JOURNÉE MONDIALE DU MALADE

MESSE POUR LES MALADES
EN MÉMOIRE DE NOTRE-DAME DE LOURDES

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX
MALADES À LA FIN DE LA MESSE

Samedi 11 février 2006

 

Chers frères et soeurs!

C'est avec une grande joie que je suis venu parmi vous et je vous remercie de votre accueil chaleureux. Mon salut s'adresse de manière particulière à vous, chers malades, qui êtes réunis ici dans la Basilique Saint-Pierre, et je voudrais l'étendre à tous les malades qui nous suivent à travers la radio et la télévision, et à ceux qui n'ont pas cette possibilité, mais qui sont unis à nous par les liens plus profonds de l'esprit, dans la foi et dans la prière. Je salue le Cardinal Camillo Ruini, qui a présidé l'Eucharistie, et le Cardinal Francesco Marchisano, Archiprêtre de cette Basilique vaticane. Je salue les autres Evêques et les prêtres présents. Je remercie l'UNITALSI et l'Oeuvre romaine des pèlerinages, qui ont préparé et organisé cette rencontre, avec la participation de nombreux volontaires. Ma pensée va également de l'autre côté de la planète, en Australie, où, dans la ville d'Adélaïde, a déjà eu lieu depuis quelques heures la célébration qui a constitué le sommet de la Journée mondiale du Malade, présidée par mon Envoyé, le Cardinal Javier Lozano Barragán, Président du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé.

Il y a quatorze ans, le 11 février, fête liturgique de Notre-Dame de Lourdes, est également devenue la Journée mondiale du Malade. Nous savons tous que, dans la Grotte de Massabielle, la Vierge a manifesté la tendresse de Dieu pour les personnes qui souffrent. Cette tendresse, cet amour attentif est ressenti de manière particulièrement vive dans le monde précisément le jour de la fête de la Sainte Vierge de Lourdes, en réactualisant dans la liturgie, et en particulier dans l'Eucharistie, le mystère du Christ rédempteur de l'homme, dont la Vierge Immaculée représente une anticipation. En se présentant à Bernadette comme l'Immaculée Conception, la Très Sainte Vierge Marie est venue rappeler au monde moderne, qui risquait de l'oublier, le primat de la Grâce divine, plus forte que le péché et la mort. Et voilà que le lieu de son apparition, la Grotte de Massabielle à Lourdes, est devenu un lieu de pèlerinage pour tout le Peuple de Dieu, en particulier pour ceux qui se sentent opprimés et qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit. "Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai" (Mt 11, 28), a dit Jésus. A Lourdes, il continue de répéter cette invitation, à travers la médiation maternelle de Marie, à tous ceux qui y accourent avec confiance.

Chers frères, cette année, avec mes collaborateurs du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé, nous avons voulu placer au centre de l'attention les personnes atteintes de maladies mentales. "Santé mentale et dignité humaine" a été le thème du congrès qui s'est déroulé à Adelaïde, approfondissant à la fois les aspects scientifiques, éthiques et pastoraux. Nous savons tous comment Jésus se plaçait face à l'homme dans tout son être, pour le guérir complètement, dans le corps, dans la psyché et dans l'esprit. En effet, la personne humaine est un tout, et ses différentes dimensions peuvent et doivent être distinguées, mais pas être séparées. Ainsi, l'Eglise se propose elle aussi toujours de considérer les personnes comme telles et cette conception caractérise les institutions médicales catholiques, ainsi que l'esprit des professionnels de la santé qui oeuvrent au sein de celles-ci. En ce moment, je pense de manière particulière aux familles dont un membre est atteint de maladie mentale et qui vivent les difficultés et les divers problèmes que cela engendre. Nous nous sentons proches de toutes ces situations, à travers la prière et les innombrables initiatives que la Communauté ecclésiale met en oeuvre partout dans le monde, en particulier là où la législation fait défaut, où les structures publiques sont insuffisantes, et où les catastrophes naturelles ou, malheureusement, les guerres et les conflits armés produisent de graves traumatismes psychiques chez les personnes. Ce sont des formes de pauvreté qui attirent la charité du Christ, Bon Samaritain, et de l'Eglise, indissolublement unie à lui dans le service à l'humanité qui souffre.

A tous les médecins, les infirmières et les autres professionnels de la santé, à tous les volontaires engagés dans ce domaine, je voudrais aujourd'hui remettre symboliquement l'Encyclique Deus caritas est, avec le souhait que l'amour de Dieu soit toujours vivant dans leurs coeurs, de façon à animer le travail quotidien, les projets, les initiatives, et surtout leurs relations avec les personnes malades. Chers amis, en agissant au nom de la charité et dans l'esprit de la charité, vous offrez votre précieuse contribution également à l'évangélisation, car l'annonce de l'Evangile a besoin de signes cohérents qui l'accompagnent. Et ces signes parlent le langage de l'amour universel, un langage compréhensible par tous.

Dans quelques instants, recréant le climat spirituel de Lourdes, les lumières s'éteindront dans la Basilique et nous allumeront nos cierges, symbole de foi et d'invocation ardente à Dieu. Le chant de l'Ave Maria de Lourdes, nous invitera à nous rendre spirituellement devant la Grotte de Massabielle, aux pieds de la Vierge Immaculée. Avec une foi profonde nous voulons lui présenter notre condition humaine, nos maladies, signes du besoin que nous avons tous, alors que nous avançons dans notre pèlerinage terrestre, d'être sauvés par son Fils Jésus Christ. Que Marie garde notre espérance vivante, pour que, fidèles à l'enseignement du Christ, nous renouvelions l'engagement de soulager nos frères dans leurs maladies. Que le Seigneur fasse en sorte qu'au moment où elle en aura besoin aucune personne ne soit seule ni abandonnée, mais, au contraire, qu'elle puisse vivre la maladie en conservant également sa dignité humaine. Avec ces sentiments, je donne de tout coeur à chacun de vous, malades, agents de la santé et volontaires, ma Bénédiction apostolique.

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

     

top