The Holy See
back up
Search
riga

VISITE AU SANCTUAIRE ROMAIN DE LA MADONE DU DIVIN AMOUR

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AU TERME DE LA RÉCITATION DU ROSAIRE

Lundi 1 mai 2006

 

Chers frères et soeurs,

C'est pour moi un motif de réconfort de me trouver aujourd'hui avec vous pour réciter le Saint Rosaire, en ce Sanctuaire de la Madone du Divin Amour, où s'exprime la pieuse affection à l'égard de la Vierge Marie, enracinée dans l'âme et dans l'histoire du peuple de Rome. Une joie particulière naît de la pensée de renouveler ainsi l'expérience de mon bien-aimé prédécesseur le Pape Jean-Paul II qui, il y a exactement 27 ans, le premier jour du mois de mai 1979, accomplit sa première visite en tant que Souverain Pontife à ce Sanctuaire.

Je salue avec affection le Recteur, Mgr Pasquale Silla, et je le remercie des paroles chaleureuses qu'il m'a adressées. Je salue également les autres prêtres Oblats Fils de la Madone du Divin Amour et les Soeurs Filles de la Madone du Divin Amour, qui se consacrent avec joie et générosité au service du Sanctuaire et de toutes ses multiples oeuvres de bien. Je salue le Cardinal Vicaire Camillo Ruini et l'Evêque auxiliaire du Secteur Sud, Mgr Paolo Schiavon, ainsi que vous tous, chers frères et soeurs, qui êtes ici si nombreux.

Nous avons récité le Saint Rosaire en parcourant les cinq mystères "joyeux", qui font revivre devant les yeux de notre coeur le début de notre salut, allant de la conception de Jésus par l'oeuvre de l'Esprit Saint dans le sein de la Vierge Marie, jusqu'à ce qu'on le retrouve, ayant atteint désormais l'âge de douze ans, dans le Temple de Jérusalem, alors qu'il écoutait et interrogeait les Docteurs. Nous avons répété et fait nôtres les paroles de l'Ange:  "Je te salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec toi", et également les phrases avec lesquelles sainte Elisabeth accueillit la Vierge, qui s'était rendue au plus tôt chez elle pour l'aider et la servir:  "Tu es bénie entre toutes les femmes, et Jésus le fruit de tes entrailles est béni". Nous avons contemplé la foi docile de Marie, qui se fie sans réserve à Dieu et qui se remet totalement entre ses mains. Nous nous sommes nous aussi sentis, avec les pasteurs, proches de l'Enfant Jésus qui est couché dans une mangeoire et nous avons reconnu et adoré en Lui le Fils éternel de Dieu devenu, par amour, notre frère et ainsi également notre unique Sauveur. Nous sommes entrés nous aussi, avec Marie et Joseph, dans le Temple pour offrir l'Enfant à Dieu et accomplir ainsi le rite de la purification:  c'est là que nous a été anticipé, à travers les paroles du vieux Siméon, en même temps que le salut, la contradiction et la croix, et cette épée qui, sous la croix du Fils, transpercera l'âme de la Mère et la rendra ainsi non seulement la Mère de Dieu mais également notre Mère commune.

Chers frères et soeurs, dans ce Sanctuaire nous vénérons la Très Sainte Vierge Marie sous le titre de la Madone du Divin Amour. C'est ainsi qu'est placé en pleine lumière le lien qui unit Marie à l'Esprit Saint, dès le début de son existence, lorsqu'au moment de sa conception l'Esprit, l'Amour éternel du Père et du Fils, établit sa demeure en Elle et la préserva de toute ombre du péché; puis, quand ce même esprit fit naître en son sein le Fils de Dieu; et aussi tout au long de sa vie, au cours de laquelle, avec la grâce de l'Esprit, s'est accomplie en plénitude la parole de Marie:  "Me voici, je suis la servante du Seigneur"; et enfin lorsque, dans la puissance de l'Esprit Saint, Marie a été élevée avec toute son humanité concrète aux côtés de son Fils dans la gloire de Dieu le Père.

"Marie - ai-je écrit dans l'Encyclique Deus caritas est - est une femme qui aime [...] Comme croyante qui, dans la foi, pense avec les pensées de Dieu et veut avec la volonté de Dieu, elle ne peut être qu'une femme qui aime" (n. 41). Oui, chers frères et soeurs, Marie est le fruit et le signe de l'amour que Dieu a pour nous, de sa tendresse et de sa miséricorde. C'est pourquoi, avec nos frères dans la foi de chaque époque et de chaque lieu, nous nous adressons à Elle pour nos besoins et plaçons en elle nos espérances, dans les événements heureux et douloureux de la vie. En ce moment, ma pensée se tourne avec un profond sentiment de participation vers les familles de l'île d'Ischia frappée par la catastrophe qui a eu lieu hier.

Au cours du mois de mai se multiplie le nombre de ceux qui, des paroisses de Rome mais également de tant d'autres villes, viennent ici en pèlerinage pour prier, ainsi que pour profiter de la beauté et de la sérénité reposante de ces lieux. D'ici, de ce Sanctuaire du Divin Amour, nous attendons donc une aide et un soutien spirituel importants pour le diocèse de Rome, pour moi qui suis son Evêque et pour les autres Evêques qui sont mes collaborateurs, pour les prêtres, pour les familles, pour les vocations, pour les pauvres, les personnes qui souffrent, les malades, pour les enfants et les personnes âgées, pour toute la bien-aimée nation italienne. Nous attendons en particulier l'énergie intérieure pour accomplir le voeu prononcé par les Romains le 4 juin 1944, lorsqu'ils demandèrent solennellement à la Madone de Divin Amour que cette ville soit préservée des horreurs de la guerre et qu'ils furent exaucés:  il s'agissait du voeu et de la promesse de corriger et d'améliorer leur conduite morale, pour la rendre plus conforme à celle du Seigneur Jésus. Aujourd'hui aussi, il est nécessaire de se convertir à Dieu, à Dieu Amour, pour que le monde soit libéré des guerres et du terrorisme. C'est ce que nous rappellent malheureusement les victimes, comme les militaires tombés jeudi dernier à Nassiriya, en Irak, que nous confions à l'intercession maternelle de Marie, Reine de la paix.

Chers frères et soeurs, de ce Sanctuaire de la Madone du Divin Amour je renouvelle donc l'invitation que j'ai formulée dans l'Encyclique Deus caritas est (n. 39):  vivons l'amour et faisons de cette manière entrer la lumière de Dieu dans le monde. Amen!

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

    

top