The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M. MOUKHTAR WAWA DAHAB
AMBASSADEUR DU TCHAD PRÈS LE SAINT-SIÈGE
À L'OCCASION DE LA PRÉSENTATION DES LETTRES DE CRÉANCE*

Salle Clémentine
Jeudi 18 mai 2006

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Je suis heureux de souhaiter la bienvenue à Votre Excellence à l'occasion de la présentation des Lettres qui L'accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Tchad près le Saint-Siège.

Sensible à vos aimables paroles, je vous remercie des salutations cordiales que vous m'avez transmises de la part de Son Excellence Monsieur Idriss Deby Itno, Président de la République, ainsi que du Gouvernement et du peuple tchadiens. En retour, vous voudrez bien assurer Son Excellence le Président de la République des souhaits de bonheur et de prospérité que je forme pour sa personne et pour tous les Tchadiens, demandant au Tout-Puissant de garder la Nation dans la paix et dans la concorde.

Ainsi que vous l'avez souligné, Monsieur l'Ambassadeur, votre pays est engagé dans la consolidation du processus démocratique. Il s'agit d'une démarche de longue haleine, qui nécessite en particulier l'acceptation par tous d'un certain nombre de valeurs, comme la dignité de la personne humaine, le respect des droits de l'homme, le bien commun comme fin et critère de régulation de la vie politique et sociale (cf. Compendium de la doctrine sociale de l'Église, n. 407). En effet, la personne humaine doit être au centre de toute la vie sociale. Les responsables de l'État et l'ensemble des Autorités civiles ont pour mission de servir les citoyens, en recherchant et en mettant en œuvre ce qui peut contribuer à la bonne marche de la société, selon les principes de la justice. Aussi est-il essentiel que la richesse produite par l'exploitation des ressources naturelles soit gérée de manière toujours plus transparente, afin qu'elle soit effectivement utilisée pour le développement intégral et solidaire de la population, et pour l'amélioration de ses conditions de vie.    

En faisant allusion à la situation difficile que connait actuellement votre pays, vous avez souhaité, Monsieur l'Ambassadeur, qu'une véritable paix s'y instaure de façon définitive. La paix est une aspiration profonde, présente au cœur de tout homme. Il est donc indispensable que tous se sentent engagés à la réaliser de manière authentique et durable, sur des bases solides et justes. Pour cela, le dialogue et la concertation entre toutes les parties concernées sont essentiels. Ils favorisent le bien commun de la nation, en évitant de recourir aux armes pour surmonter les différends, que la violence ne peut jamais régler. En effet, le dialogue est un acte de confiance en tout homme, qui porte en lui la capacité de dépasser les divisions, et c'est lorsque le dialogue n'existe pas que la paix est menacée.

L'Église catholique, quant à elle, consciente que l'engagement à édifier la paix et la justice fait partie de la mission qu'elle a reçue de son Fondateur, entend contribuer, par les moyens qui lui sont propres, à l'établissement et à la consolidation de la paix dans les sociétés et entre les peuples. Pour elle, une paix véritable n'est possible que par le dialogue fondé sur le pardon et la réconciliation, ainsi que sur le respect des droits de chacun. Toutefois, elle est aussi convaincue que cela n'exclut pas la nécessité de tenir compte des exigences de la justice et de la vérité, qui sont des conditions d'une authentique réconciliation.

Je souhaite donc vivement, Monsieur l'Ambassadeur, que, dans votre pays, par un véritable dialogue entre toutes les parties concernées, cessent toutes les violences et arrive le temps de la réconciliation, afin de donner à tous les Tchadiens de vivre paisiblement et de construire ensemble une société toujours plus fraternelle et plus solidaire. Pour y parvenir, je souhaite aussi que tous les gouvernants de la région mettent au centre de leurs préoccupations une détermination ferme et assurée en faveur de la paix et de la justice pour le bien de leurs peuples et favorisent entre ceux-ci des relations de bon voisinage et de solidarité.

En cette circonstance solennelle, à travers votre personne, Monsieur l'Ambassadeur, je voudrais aussi saluer la communauté catholique du Tchad, appréciant l'attention que vous portez à sa mission spirituelle et à son action dans la société. Avec ses Évêques elle témoigne généreusement de l'amour que les disciples du Christ doivent avoir pour tous. Je l'invite à demeurer unie autour de ses Pasteurs et à travailler ardemment à la réconciliation et à la paix.

Alors que vous inaugurez votre mission auprès du Saint-Siège, je vous offre mes vœux les meilleurs pour son heureux accomplissement. Soyez assuré qu'auprès de mes collaborateurs, vous  trouverez toujours l'accueil attentif et la compréhension cordiale dont vous pourrez avoir besoin.

J'invoque de grand cœur sur Votre Excellence, sur ses collaborateurs, sur sa famille, sur le peuple tchadien et sur ses dirigeants, l'abondance des Bénédictions divines.


*Insegnamenti di Benedetto XVI vol. II, 1 p.625-627.

L'Osservatore Romano 19.5.2006 p.6.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.25 p.5, 7.

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

 

top