The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX DIRIGEANTS ET AU PERSONNEL DES MUSÉES DU VATICAN

Salle des Bénédictions
Jeudi 23 novembre 2006

 

Chers frères et sœurs!

C'est avec une grande joie que je vous accueille et que je souhaite une cordiale bienvenue à chacun de vous. Je salue, tout d'abord, Mgr Giovanni Lajolo, Président du Gouvernorat, et je le remercie des paroles à travers lesquelles il s'est fait l'interprète de votre affection, soulignant l'attention particulière réservée par les Souverains Pontifes aux Musées du Vatican, qui célèbrent cette année leur cinquième centenaire. Je salue également le Secrétaire général, Mgr Renato Boccardo, et le Directeur des Musées, le Professeur Francesco Buranelli. Ma rencontre avec vous, qui formez le groupe de personnel le plus nombreux de la Cité du Vatican, était naturellement dans mes intentions, et je suis heureux qu'elle ait lieu au cours de ces célébrations jubilaires. Je voudrais, en outre, saluer vos proches qui sont présents et j'étends ma pensée à toutes vos familles.

Chaque jour, des milliers de personnes visitent les Musées du Vatican. En 2005, on a compté plus de 3 millions 800 mille personnes et, depuis le début de 2006, on a déja dépassé les 4 millions de personnes. Cela fait réfléchir! Qui sont, en effet, ces visiteurs? Il s'agit d'une représentation très hétérogène de l'humanité. Parmi eux, un grand nombre ne sont pas catholiques, beaucoup ne sont pas chrétiens et peut-être pas même croyants. Une bonne partie d'entre eux se rend également dans la Basilique Saint-Pierre, mais beaucoup ne visitent que les Musées du Vatican. Tout cela fait réfléchir sur la responsabilité extraordinaire qui revient à cette institution du point de vue du message chrétien. Il nous vient à l'esprit l'inscription que le Pape Benoît XIV, au milieu du XVIII siècle, fit placer à l'entrée du Musée chrétien, pour en signifier la finalité:  "Ad augendum Urbis splendorem / et asserendam Religionis veritatem". "Pour promouvoir la splendeur de Rome et affirmer la vérité de la Religion chrétienne". L'approche de la vérité chrétienne, effectuée à travers l'expression artistique ou historique et culturelle, possède une chance en plus pour parler à l'intelligence et à la sensibilité de personnes qui n'appartiennent pas à l'Eglise catholique et qui, parfois, peuvent nourrir à son égard des préjugés et de la méfiance. Ceux qui visitent les Musées du Vatican ont l'occasion de se "plonger" dans un concentré de "théologie par l'image", en s'arrêtant dans ce sanctuaire de l'art et de la foi. Je sais le travail qu'exigent la protection, la conservation et le soin quotidien de ces lieux, et je vous remercie de l'effort que vous accomplissez afin qu'ils parlent à tous et de la meilleure façon possible. Chers amis, il s'agit d'un travail qui requiert votre responsabilité à tous et pour lequel vous êtes tous importants:  car le bon fonctionnement du Musée, vous le savez bien, dépend de l'apport de chacun.

Permettez-moi à présent de souligner une vérité qui est écrite dans le "code génétique" des Musées du Vatican:  à savoir, que la grande civilisation classique et la civilisation judéo-chrétienne ne s'opposent pas entre elles, mais convergent dans l'unique dessein de Dieu. Cela est démontré par le fait que l'origine lointaine de cette institution remonte à une œuvre que nous pouvons bien qualifier de "profane" - le magnifique groupe sculpté de Laocoon -, mais qui, en réalité, insérée dans le contexte du Vatican, acquiert sa lumière la plus pleine et authentique. C'est la lumière de la créature humaine façonnée par Dieu, de la liberté dans le drame de sa rédemption, tendue entre le ciel et la terre, entre la chair et l'esprit. C'est la lumière d'une beauté qui rayonne à partir de l'intérieur de l'œuvre d'art et qui conduit l'esprit à s'ouvrir au sublime, là où le Créateur rencontre la créature faite à son image et ressemblance. Nous pouvons lire tout cela dans un chef-d'œuvre tel que l'est précisément le Laocoon, mais il s'agit d'une logique propre au Musée tout entier, qui, dans cette perspective, apparaît vraiment comme un tout unitaire dans l'articulation complexe de ses sections, qui sont pourtant très différentes entre elles. La synthèse entre Evangile et culture apparaît encore plus explicite dans certains départements et comme "matérialisée" dans certaines œuvres:  je pense aux sarcophages du Musée Pie-chrétien, ou aux tombes de la Nécropole sur la Voie Triomphale, qui cette année a vu sa surface d'exposition muséographique doublée, ou encore à l'exceptionnelle collection ethnologique de provenance missionnaire. Le Musée montre véritablement un mélange permanent entre christianisme et culture, entre foi et art, entre divin et humain. La Chapelle Sixtine constitue, à cet égard, un sommet inégalable.

Chers amis, revenons à présent à vous. Les Musées du Vatican sont votre lieu de travail quotidien. Un grand nombre d'entre vous sont au contact direct des visiteurs:  comme votre attitude et votre exemple sont alors importants pour offrir à tous un témoignage de foi simple, mais incisif! Un temple de l'art et de la culture comme les Musées du Vatican demande que la beauté des œuvres soit accompagnée par celle des  personnes  qui y travaillent:  une beauté spirituelle, qui rend le milieu véritablement ecclésial, en l'imprégnant d'esprit chrétien. Le fait de travailler au Vatican constitue donc un engagement de plus à cultiver sa foi et son témoignage chrétien. A ce propos, une aide utile vous est également offerte, en plus de celle provenant de la participation active à la vie de vos communautés paroissiales, par les moments de célébration et de formation spirituelle animés par vos assistants spirituels, que je remercie de leur dévouement. Je vous invite surtout à faire en sorte que chacune de vos familles soit une "petite Eglise", où la foi et la vie se mêlent, au fil des événements heureux et tristes de tous les jours. C'est précisément pour cela que je suis heureux que soit aujourd'hui présent un grand nombre de vos familles. Que la Vierge Marie et saint Joseph vous aident à vivre dans une action de grâce constante, en goûtant les joies simples de chaque jour et en multipliant les œuvres de bien. J'assure chacun de vous de ma prière, en particulier les personnes âgées, les enfants et les malades et, alors que je vous remercie de votre visite appréciée, je vous bénis avec affection, ainsi que tous vos proches.

 

© Copyright 2006 - Libreria Editrice Vaticana

   

top