The Holy See
back up
Search
riga

FÊTE DE LA PRÉSENTATION DU SEIGNEUR
XI JOURNÉE MONDIALE DE LA VIE CONSACRÉE

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI

Basilique Vaticane
Vendredi 2 février 2007

 

Chers frères et sœurs,

Je vous rencontre volontiers au terme de la Célébration eucharistique, qui vous a réunis dans cette basilique cette année également, en une occasion très significative pour vous qui, appartenant à des Congrégations, des Instituts, des Sociétés de Vie apostolique et de Nouvelles  formes  de  vie consacrée, constituez une partie particulièrement significative du Corps mystique du Christ. La liturgie d'aujourd'hui rappelle la Présentation du Seigneur au Temple, fête choisie par mon vénéré prédécesseur, Jean-Paul II, comme "Journée de la Vie consacrée". J'adresse avec un vif plaisir mon salut cordial à chacun de vous, ici présents, à commencer par Monsieur le Cardinal Franc Rodé, Préfet de votre dicastère, à qui je suis reconnaissant pour les paroles cordiales qu'il m'a adressées en votre nom. Je salue ensuite le Secrétaire et tous les membres de la Congrégation, qui consacre son attention à un domaine vital de l'Eglise. La fête d'aujourd'hui est plus que jamais opportune pour demander ensemble au Seigneur le don d'une présence toujours plus importante et incisive des religieux, des religieuses et des personnes consacrées dans l'Eglise en marche sur les routes du monde.

Chers frères et sœurs, la fête que nous célébrons aujourd'hui nous rappelle que votre témoignage évangélique, pour être véritablement efficace, doit naître d'une réponse sans réserve à l'initiative de Dieu qui vous a consacrés à lui par un acte d'amour spécial. De même que Siméon et Anne, qui étaient âgés, souhaitaient voir le Messie avant leur mort et parlaient de lui "à ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem" (cf. Lc 2, 26.38), à notre époque aussi, est fréquent, en particulier chez les jeunes, le besoin de rencontrer Dieu. Ceux qui sont choisis par Dieu pour la vie consacrée font leur de manière définitive cette aspiration spirituelle. En effet, en eux n'existe qu'une seule attente:  celle du Royaume de Dieu; que Dieu règne dans nos volontés, dans nos cœurs, dans le monde. En eux ne brûle qu'une seule soif d'amour, que seul l'Eternel peut étancher. A travers leur exemple, ils proclament à un monde souvent désorienté, mais en réalité toujours plus à la recherche d'un sens, que Dieu est le Seigneur de l'existence, que sa grâce "vaut plus que la vie" (Ps 62, 4). En choisissant l'obéissance, la pauvreté et la chasteté pour le Royaume des cieux, ils montrent que tout l'attachement et l'amour pour les choses et les personnes est incapable de combler définitivement notre cœur; que l'existence terrestre est une attente plus ou moins longue de la rencontre "face à face" avec l'Epoux divin, une attente à vivre avec un cœur toujours en éveil, pour être prêts à le reconnaître et à l'accueillir lorsqu'il viendra.

De par sa nature, la vie consacrée constitue donc une réponse à Dieu totale et définitive, inconditionnée et passionnée (cf. Vita consecrata, n. 17). Et lorsque l'on renonce à tout pour suivre le Christ, lorsqu'on lui donne ce que l'on possède de plus cher en affrontant tous les sacrifices, alors, comme cela s'est produit pour le divin Maître, la personne consacrée qui en suit les traces devient aussi nécessairement un "signe de contradiction", car sa façon de penser et de vivre est souvent en opposition avec la logique du monde, tel qu'il se présente, presque toujours, dans les moyens de communication sociale. On choisit le Christ, ou plutôt on se laisse "conquérir" par Lui sans réserve. Face à un tel courage, combien de personnes assoiffées de vérité restent frappées et sont attirées par ceux qui n'hésitent pas à donner la vie, leur propre vie, pour ce en quoi ils croient. N'est-ce pas là la fidélité évangélique radicale à laquelle est appelée, également à notre époque, toute personne consacrée? Nous rendons grâce au Seigneur car de nombreux religieux et religieuses, de nombreuses personnes consacrées, dans tous les lieux de la terre, continuent d'offrir un témoignage fidèle et suprême d'amour à Dieu et à leurs frères, un témoignage qu'il n'est pas rare de voir se teinter du sang du martyre. Nous rendons également grâce à Dieu parce que ces exemples continuent à susciter dans l'âme de nombreux jeunes le désir de suivre le Christ pour toujours, de façon profonde et totale.

Chers frères et sœurs, n'oubliez jamais que la vie consacrée est un don divin, et que c'est en premier lieu le Seigneur qui, selon ses projets, la conduit à bon port. Cette certitude que le Seigneur nous conduit à bon port, malgré nos faiblesses, doit être un réconfort pour vous, en vous préservant de la tentation et du découragement face aux inévitables difficultés de la vie et aux multiples défis de l'époque moderne. En effet, à l'époque difficile où nous vivons, de nombreux Instituts peuvent ressentir une sensation d'égarement face aux faiblesses qu'ils trouvent en leur sein et aux nombreux obstacles qu'ils rencontrent en menant à bien leur mission. Cet Enfant Jésus, qui est aujourd'hui présenté au Temple, est vivant parmi nous aujourd'hui. Il nous soutient de manière invisible pour que nous coopérions fidèlement avec Lui à l'œuvre du salut, et il ne nous abandonne pas.

La liturgie de ce jour est particulièrement suggestive car elle se caractérise par le symbole de la lumière. La solennelle procession des cierges, que vous avez effectuée au début de la célébration, indique le Christ, véritable lumière du monde, qui resplendit dans la nuit de l'histoire et qui illumine chaque personne à la recherche de la vérité. Chères personnes consacrées, brûlez de cette flamme et faites-la resplendir à travers votre vie, pour que brille partout un fragment de l'éclat dont rayonne Jésus, splendeur de la vérité. En vous consacrant exclusivement à Lui (cf. Vita consecrata, n. 15), vous témoignez de l'attrait de la vérité du Christ et de la joie qui naît de l'amour pour Lui. Dans la contemplation et dans l'activité, dans la solitude et dans la fraternité, dans le service aux pauvres et aux derniers, dans l'accompagnement personnel et dans les aréopages modernes, soyez prêts à proclamer et à témoigner que Dieu est Amour, qu'il est doux de l'aimer. Que Marie, la Tota pulchra, vous enseigne à transmettre aux hommes et aux femmes d'aujourd'hui  cet  attrait divin, qui doit transparaître de vos paroles et de vos actions. En vous exprimant ma satisfaction reconnaissante pour le service que vous rendez à l'Eglise, je vous assure de mon souvenir constant dans la prière et je vous bénis de tout cœur.

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana

   

top