The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. M.
STEFÁN LÁRUS STEFÁNSSON,
NOUVEL AMBASSADEUR D'ISLANDE
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Vendredi 1er juin 2007 

 

Votre Excellence,

C'est avec un plaisir particulier que je vous accueille au Vatican et que j'accepte les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Islande près le Saint-Siège.  Je  vous  prie  de bien vouloir transmettre au Président, S.E. M. Olafur Ragnar Grímsson, ainsi qu'au gouvernement et au peuple de votre pays, ma gratitude pour leurs meilleurs vœux, auxquels je réponds cordialement, et de les assurer de mes prières pour le bien-être spirituel de la nation.

Les relations diplomatiques de l'Eglise forment une partie de sa mission au service de la Communauté internationale. Cet engagement à l'égard de la société civile est ancré dans la conviction selon laquelle l'espérance d'édifier un monde plus juste doit reconnaître la vocation surnaturelle de l'homme. C'est de Dieu que les hommes et les femmes reçoivent leur dignité essentielle et, avec elle, la capacité et l'appel à diriger leurs pas vers la vérité et le bien (cf. Lettre Encyclique Fides et ratio, n. 5). Dans cette vaste perspective, nous pouvons lutter contre la tendance pragmatique, si prédominante aujourd'hui, qui tend à retenir uniquement les symptômes de la division sociale et de la confusion morale. Lorsque la dimension transcendante des êtres humaines est illuminée, les cœurs et les esprits des personnes sont attirés vers Dieu et vers l'essence même de la vie humaine - la vérité, la beauté, les valeurs morales, l'autre et l'être humain lui-même - (cf. ibid., n. 83), les conduisant à un fondement certain et à une vision d'espoir pour la société.

Comme Votre Excellence l'a remarqué, l'Evangile de Jésus Christ, y compris sa dimension missionnaire, fait partie intégrante de l'histoire de l'Islande. Depuis plus de mille ans, le christianisme façonne la culture islandaise. A une époque plus récente, ces racines spirituelles ont trouvé un écho certain dans vos relations avec l'Europe. Cette identité culturelle et morale commune, forgée par les valeurs universelles du christianisme, ne revêt pas simplement une importance historique. Etant à sa base, elle peut demeurer comme un "ferment" de civilisation. A cet égard, je salue la reconnaissance publique, de la part de votre gouvernement, du rôle fondamental du christianisme dans votre nation. Lorsque le discernement moral public n'est pas vidé de son sens par un sécularisme qui néglige la vérité et ne met en valeur que la simple opinion, les responsables civils et religieux peuvent promouvoir les valeurs et les idéaux absolus inhérents à la dignité de chaque personne. De cette façon, ensemble, ils peuvent offrir à nos jeunes un avenir de bonheur et de plénitude.

La contribution importante de l'Islande à la sécurité et au développement de la famille humaine dans le monde ne sont pas représentatifs de sa taille et du nombre de ses citoyens. L'engagement de votre nation en vue de soutenir les opérations de maintien de la paix et les projets d'assistance, est reconnu par le Saint-Siège et apprécié par la Communauté internationale. Tandis que votre statut de membre fondateur de l'OTAN et votre longue histoire de membre de l'Organisation des Nations unies sont bien connus, le travail extrêmement efficace de l'Unité de gestion de crise de l'Islande l'est peut-être moins. Ce service, jouissant d'un grand respect, représente un exemple unique, dans le domaine des relations internationales, d'hommes et de femmes éclairés par la splendeur de la vérité, et entreprenant le chemin de la paix (cf. Message pour la Journée mondiale de la Paix 2006, n. 3). De telles initiatives illustrent de manière appropriée la façon dont la volonté de résoudre les conflits de manière pacifique et la détermination à gouverner à travers la justice, l'intégrité et au service du bien commun, peut être réalisée.

La protection de l'environnement et la promotion du développement durable sont considérés toujours davantage comme des sujets de grave préoccupation pour tous. Alors que les réflexions et les études sur l'écologie progressent, il devient de plus en plus évident qu'il existe un lien inséparable entre la paix avec la création, et la paix entre les peuples. La pleine reconnaissance de cette relation se trouve dans l'ordre naturel et moral selon lequel Dieu a créé l'homme et dont il a doté la terre (cf. Message pour la Journée mondiale de la Paix 2007, nn. 8-9).

Le lien étroit entre ces deux écologies revêt une acuité majeure lorsque l'on considère les questions des ressources alimentaires et de l'approvisionnement énergétique. La Communauté internationale reconnaît que les ressources mondiales sont limitées. Toutefois, le devoir de mettre en place des politiques visant à empêcher la destruction de ce capital naturel n'est pas toujours respecté. Toute exploitation irresponsable de l'environnement ou la mainmise sur les ressources de la terre ou de la mer reflètent un concept inhumain de développement, dont les conséquences frappent avant tout les pays les plus pauvres. L'Islande, profondément consciente de ces thèmes, a souligné à juste titre la relation entre les Objectifs de Développement du Millénaire, la protection de l'environnement et l'utilisation durable des ressources, et elle a attiré l'attention de façon louable sur le fait que la grande majorité de ceux qui gagnent leur vie de l'activité de la pêche sont les familles des pays en voie de développement.

Monsieur l'Ambassadeur, les membres de l'Eglise catholique dans votre pays, bien que peu nombreux, s'adressent à la société islandaise tout entière. En exprimant la croyance de l'Eglise dans le "lien inséparable entre amour de Dieu et amour du prochain" (Deus caritas est, n. 16), ils accomplissent des œuvres de charité dans leurs communautés paroissiales modestes, mais pleines de vie. Un exemple particulièrement éloquent de cela est le couvent des carmélites de vie contemplative à Hafnarfjordur, où les Sœurs prient chaque jour pour les besoins de tous les Islandais.

Votre Excellence, je suis certain que la mission que vous commencez aujourd'hui contribuera à renforcer encore plus les liens cordiaux de compréhension et de coopération entre l'Islande et le Saint-Siège. Soyez assuré que les divers bureaux de la Curie romaine sont prêts à vous assister dans l'accomplissement de vos fonctions. Sur vous, sur votre famille et sur vos concitoyens, j'invoque une abondance de Bénédictions de Dieu tout-puissant.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.24 p.5.

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana

   

top