The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À UN
PÈLERINAGE ORGANISÉ PAR L'ARCHIDIOCÈSE DE TURIN

Aula Paul VI
Lundi 2 juin 2008

Messieurs les cardinaux,
Chers frères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce,
Chers frères et sœurs de l'archidiocèse de Turin!

J'adresse mon salut cordial à chacun de vous; soyez les bienvenus dans la maison du Successeur de saint Pierre! Je vous rencontre avec plaisir au terme de votre pèlerinage à Rome, qui couronne le chemin spirituel et pastoral accompli par votre communauté diocésaine ces dernières années. Alors que je vous accueille avec joie, j'adresse tout d'abord mon salut à votre archevêque, le cardinal Severino Poletto, en le remerciant également des aimables paroles avec lesquelles il a illustré l'itinéraire ecclésial que vous avez jusqu'ici parcouru et les perspectives missionnaires qui vous attendent à l'avenir. Je salue l'évêque auxiliaire, le cardinal Francesco Marchisano, les prêtres, les religieux et les religieuses, les catéchistes et les représentants des paroisses et des différentes institutions de votre archidiocèse. Je salue les autorités et tous ceux qui ont voulu s'unir à vous pour cette rencontre. A travers vous ici présents, je voudrais faire parvenir mon salut à toute la population de Turin, ville riche d'histoire civile et religieuse. Je me dois également d'adresser un mot de proximité spirituelle particulière et de solidarité aux populations des régions de Pignerol et de Coni, touchées ces jours derniers par les conséquences du mauvais temps. Je vous assure d'une prière particulière au Seigneur, pour qu'il accueille dans sa paix les victimes et soutienne ceux qui luttent pour faire face à cette grave catastrophe naturelle.

Chers frères et sœurs, après avoir célébré l'Eucharistie dans la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, c'est près de la tombe du Prince des apôtres que vous avez ce matin renouvelé ensemble votre profession de foi solennelle. Et quel lieu pouvait être mieux indiqué pour un geste aussi significatif que la Redditio fidei? Dans la basilique Saint-Pierre où tout parle de l'héroïsme des débuts du christianisme, le sang des martyrs continue à être une invitation éloquente à suivre le Christ sans compromis. Dans la basilique et dans les grottes vaticanes s'arrêtent des catholiques de toutes les parties du monde qui, même s'ils appartiennent à des cultures et des langues différentes, professent la même foi et font partie de l'unique Eglise du Christ. Vous avez également pu vous plonger dans ce climat de sainteté et de catholicité et maintenant, avant de retourner dans vos communautés, vous attendez du Pape une parole qui vous encourage à être des témoins cohérents de l'Evangile à notre époque.

Votre archevêque m'a informé du chemin que votre communauté diocésaine a parcouru depuis que, en 1999, il a été appelé par le Seigneur à en être le Pasteur et, plus encore, depuis qu'il a, en septembre 2003, entrepris sa visite pastorale, qui se conclura, si Dieu le veut, dimanche prochain. Cet itinéraire ecclésial a fait de vous les acteurs d'une grande action apostolique et missionnaire, en partant d'un mouvement spirituel intense, centré notamment sur l'Eucharistie dominicale, sur l'adoration eucharistique hebdomadaire et sur la redécouverte de l'importance du Sacrement de la Réconciliation. Animés par le souffle sincère d'une "première évangélisation renouvelée", vous vous êtes engagés à rapprocher "ceux qui sont loin", en élargissant les frontières de la charité pastorale de toutes les communautés paroissiales. En cette année pastorale, année de la Redditio fidei, votre engagement missionnaire est encore plus marqué par le partage et trouve précisément son point culminant dans la profession de foi solennelle que vous avez proclamée ensemble ce matin auprès de la tombe du Prince des apôtres.

Mais tout ne se termine pas ici:  après cette pause romaine revigorante, il convient de reprendre la route où de nouveaux engagements vous attendent. En  effet,  vous  dédierez  la  prochaine année pastorale à la Parole de Dieu et celle qui suivra vous verra vous orienter vers une contemplation plus attentive du mystère de la Passion du Christ. Dans ce contexte, je suis heureux de répondre à votre grande attente et d'accueillir le souhait de votre archevêque, en consentant qu'au printemps 2010 ait lieu une autre "ostension du Suaire" solennelle. Si le Seigneur me donne la vie et la santé, j'espère également venir pour cette ostension. Ce sera une occasion on ne peut plus propice - j'en suis certain - pour contempler ce mystérieux Visage, qui parle silencieusement au cœur des hommes, en les invitant à y reconnaître le visage de Dieu, qui "a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui et ne se perde pas, mais ait la vie éternelle" (Jn 3, 16).

Chers frères et sœurs, n'ayez pas peur de vous confier au Christ:  Lui seul peut satisfaire les attentes plus profondes de l'âme humaine. Qu'aucune difficulté, qu'aucun obstacle ne ralentisse votre amour pour son Evangile! Si Jésus est le cœur de vos familles, de vos paroisses et de toutes les communautés, vous sentirez sa présence vivante, et l'unité et la communion entre toutes les diverses articulations du diocèse grandiront. Nourrissez toutefois constamment votre union avec le Seigneur dans la prière et à travers la pratique fréquente des Sacrements, en particulier de l'Eucharistie et de la Confession. Que la formation chrétienne continue des jeunes et des adultes soit parmi vos préoccupations pastorales. Que sur les traces de vos saints, attentifs aux exigences des jeunes et des pauvres, comme don Bosco, Murialdo, Cottolengo, Cafasso et d'autres encore - c'est vraiment une terre de saints -, brille votre diocèse par les œuvres de charité et un effort général dans la confrontation au grand "défi de l'éducation" des nouvelles générations. Que la mère céleste du Christ, que vous invoquez comme Consolatrice et Auxiliatrice, protège les prêtres et les agents pastoraux; qu'elle obtienne pour votre communauté de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce et à la vie consacrée; qu'elle suscite chez les jeunes garçons et les jeunes filles le désir de suivre l'idéal élevé de la sainteté; que tous connaissent réconfort et soutien, notamment les personnes âgées, les malades et les personnes souffrantes, seules et abandonnées. Alors que je vous assure de mon souvenir particulier dans la prière, je vous bénis avec affection, vous tous ici présents, et j'étends ma pensée à toutes les personnes qui vous sont chères.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

top