The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX PARTICIPANTS À L'ASSEMBLÉE DE LA RÉUNION DES
ŒUVRES  D'AIDE AUX ÉGLISES ORIENTALES (R.O.A.C.O.)


Jeudi
19 juin 2008

  

Monsieur le cardinal,
Vénérés confrères dans l'épiscopat et dans le sacerdoce,
Chers membres et amis de la ROACO!

Je suis heureux de vous accueillir à l'occasion de votre seconde session annuelle. Je salue cordialement le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, et je le remercie pour les expressions courtoises d'hommage, qu'il m'a adressées au nom de tous en qualité de président de la ROACO. J'étends mon salut au secrétaire, Mgr Antonio Vegliò, aux autre prélats et au custode de Terre Sainte, aux collaborateurs du dicastère, aux représentants des diverses agences internationales et aux amis de la Bethleem University.

Je souhaite, avant tout, vous remercier du soutien précieux que vous offrez à la mission propre à l'Evêque de Rome de présider à la charité universelle. Ce qui vous rassemble en effet, c'est bien votre amour pour les Eglises orientales catholiques, auxquelles je suis heureux de faire parvenir un encouragement particulier, comme confirmation de la considération qu'elles méritent pour leur lien fidèle avec le Siège de Pierre. Leur vie ordinaire et leur mission particulière, surtout au niveau œcuménique et interreligieux, doivent être soutenues par toute l'Eglise catholique. La Congrégation et la ROACO se font justement les interprètes de la solidarité spirituelle et matérielle de tous les catholiques, pour que ces communautés puissent vivre en plénitude le mystère de l'unique Eglise du Christ, dans la fidélité à ses traditions spirituelles. Je vous exhorte par conséquent à renforcer ce lien de charité, pour que selon l'avertissement de l'apôtre des nations, celui qui est dans l'abondance aide celui qui est dans le besoin et qu'il y ait égalité dans la fraternité (cf. 2 Co 8, 14-15).

Ces jours-ci, vous avez porté votre attention sur les communautés catholiques en Arménie et en Géorgie, qui ont été parmi les premières à recevoir la lumière du Christ. Je salue cordialement mes frères évêques qui servent le peuple de Dieu dans ces régions et je me rappelle avec plaisir notre récente rencontre à l'occasion de leur visite ad limina. En vivant humblement et fraternellement avec d'autres églises chrétiennes, et en servant généreusement les pauvres, ces communautés catholiques, aussi petites soient-elles, peuvent exprimer d'une manière très concrète la communion d'amour de l'Eglise catholique universelle. Permettez-moi de rappeler ce que j'ai dit à l'occasion de la récente visite de Sa Sainteté Karekin II :  "Si notre cœur et notre esprit sont ouverts à l'esprit de communion, Dieu peut à nouveau accomplir des miracles dans l'Eglise en rétablissant le lien d'unité".

Chers amis de la ROACO, la souffrance des chrétiens irakiens est depuis longtemps au centre de votre attention. Cela fait désormais trois mois, que notre cœur s'est rempli d'une tristesse immense, au début de la Semaine Sainte, après l'assassinat à Mossoul de l'archevêque des chaldéens, Mgr Paulos Faraj Rahho. Comme beaucoup d'autres chrétiens irakiens, l'archevêque a pris sa croix et a suivi le Seigneur. De cette manière, il a contribué à apporter la justice sur sa terre déchirée et au monde entier, en rendant témoignage de la vérité. C'était un homme de paix et de dialogue. J'encourage les organisations d'aide ici présentes à poursuivre leurs efforts pour soutenir les chrétiens irakiens:  ceux qui, souvent en tant que réfugiés, vivent en Irak et ceux qui désormais doivent affronter des conditions de vie difficile dans les pays voisins.

Avec gratitude et soulagement, nous avons suivi les développements récents au Liban, qui a retrouvé la voie du dialogue et de la compréhension mutuelle. De nouveau, j'exprime le vœu que  le  Liban  sache  répondre  avec courage à sa vocation d'être, pour le Moyen-Orient et pour le monde entier, un signe de la possibilité effective d'une coexistence pacifique et constructive entre les hommes. Dimanche prochain, les chrétiens du Liban auront la joie d'assister à Beyrouth à la béatification du vénérable Père Jacques Ghazir Haddad. Touché par la Croix de Jésus, ce père capucin s'est fait proche des malades et des pauvres, et il a appelé un grand nombre de jeunes femmes à les servir. Puisse son témoignage toucher aujourd'hui le cœur des jeunes chrétiens libanais, afin qu'ils apprennent, à leur tour, la douceur d'une vie évangélique au service des pauvres et des petits, en fidèles témoins de la foi catholique dans le monde arabe.

Chers frères et sœurs, certains de mes collaborateurs à la Curie romaine, dont le cardinal-préfet de votre Congrégation, ont récemment rendu visite aux communautés latines et orientales de Terre Sainte en se faisant les interprètes de l'affection et de l'attention du Pape. Je renouvelle l'expression de ma reconnaissance particulière à ceux qui prennent à cœur la cause de ces communautés, qui est vitale pour toute l'Eglise. Je partage leurs épreuves et leurs espérances et je prie ardemment de pouvoir leur rendre visite personnellement, comme je prie aussi afin que ces signes de paix, que je salue avec une immense confiance, trouvent rapidement leur accomplissement. Je fais appel aux responsables des nations pour que soient offertes au Moyen-Orient, et en particulier à la Terre Sainte, au Liban et à l'Irak la paix tant attendue et la stabilité sociale dans le respect des droits fondamentaux de la personne, y compris une réelle liberté religieuse. La paix est, du reste, la seule voie pour faire face au grave problème des réfugiés et des personnes en déplacement, et pour arrêter l'émigration, notamment chrétienne, qui blesse profondément les Eglises orientales. Je confie ces vœux au bienheureux Jean XXIII, ami sincère de l'Orient et Pape de Pacem in terris. Et j'invoque sur tous l'intercession céleste de la Reine de la Paix, tandis que je donne de tout cœur à chacun ma Bénédiction.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

     

top