The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AU TERME DU CONCERT OFFERT PAR L'ORCHESTRE
PHILHARMONIQUE DE CHINE ET LE
CHOEUR DE L'OPÉRA DE SHANGHAÏ

Salle Paul VI
Mercredi 7 mai 2008

 

Mesdames et Messieurs,
chers amis!

Un nouvel événement musical de haut niveau nous voit une nouvelle fois réunis dans cette salle Paul VI. Il revêt pour moi, et pour nous tous, une valeur élevée et significative:  il s'agit en effet d'un concert offert et exécuté par l'orchestre philharmonique chinois et par le chœur de l'Opéra de Shangaï; un concert qui nous met en contact, d'une certaine manière, avec la réalité vivante du monde de la Chine. Je remercie l'orchestre et le chœur pour cet hommage apprécié et je félicite les organisateurs et les artistes pour avoir exécuté, avec une grande compétence, finesse et élégance, une œuvre musicale qui fait partie du patrimoine artistique de l'humanité. Dans un groupe d'artistes d'une telle valeur, nous pouvons voir représentée la grande tradition culturelle et musicale de la Chine, et l'exécution qu'ils ont réalisée nous aide à mieux comprendre l'histoire d'un peuple, avec ses valeurs et ses nobles aspirations. Merci de tout cœur pour ce don! Merci aussi pour la mélodie que nous entendrons d'ici peu! En plus des organisateurs et des artistes, mes vifs remerciements s'étendent à tous ceux qui, de différentes manières, ont collaboré à la mise en œuvre de cette manifestation, par certains côtés véritablement unique.

Comment ne pas souligner que le concert, interprétation d'un chef-d'œuvre de Mozart par des artistes chinois, réunit leur talent et la musique occidentale? C'est un défi que le chef d'orchestre Long Yu, son orchestre, les solistes et le chœur de l'Opéra de Shangaï ont relevé avec brio. La musique, et l'art en général, peut servir de moyen privilégié de rencontre ainsi que de connaissance et d'estime réciproques entre des populations et des cultures différentes; un moyen à la portée de tous pour valoriser le langage universel de l'art.

Il est un autre aspect que j'aimerais souligner. Je remarque avec plaisir l'intérêt que votre orchestre et votre chœur portent à la musique religieuse européenne. Cela montre qu'il est possible, dans des mondes culturels différents, de goûter et d'apprécier de grandes manifestations de l'esprit telles que le Requiem de Mozart que nous venons d'entendre, précisément parce que la musique exprime des sentiments humains universels - dont le sentiment religieux - qui dépassent les frontières de toutes les cultures particulières.

Je voudrais dire enfin un mot à propos du lieu où nous sommes réunis. Il s'agit de la grande salle dans laquelle le Pape reçoit ses invités et rencontre ceux qui sont venus lui rendre visite. Elle est comme une fenêtre ouverte sur le monde, un lieu dans lequel se rencontrent souvent des personnes provenant du monde entier, chacune avec son histoire personnelle et sa culture, chacune avec estime et affection. Ce soir, en vous accueillant, chers artistes chinois, le Pape entend accueillir idéalement tout votre peuple, avec une pensée spéciale pour vos concitoyens qui partagent la foi en Jésus Christ et qui sont unis par un lien spirituel particulier au Successeur de Pierre. Le "Requiem" est né de cette foi, comme une prière à Dieu, juge juste et miséricordieux, et c'est justement pour cela qu'il touche le cœur de tous, en se proposant comme une expression d'humanisme universel. Enfin, tandis que je vous remercie encore pour cet hommage très apprécié, je transmets mon salut, à travers vous, à tous les habitants de la Chine qui, les Jeux Olympiques approchant, se préparent à vivre un événement d'une grande valeur pour toute l'humanité.

Je vous remercie tous et vous souhaite le plus grand bien!

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

  

top