The Holy See
back up
Search
riga

VISITE PASTORALE À SAVONE ET GÊNES (LIGURIE, ITALIE)

RENCONTRE AVEC LES JEUNES SUR LA "PIAZZA MATTEOTTI" À GÊNES

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI

Dimanche 18 mai 2008

 

Chers jeunes,

la pluie m'a malheureusement poursuivi ces jours-ci, mais prenons-la comme un signe de bénédiction, de fécondité pour la terre, et même comme symbole de l'Esprit Saint qui vient et renouvelle la terre, la terre aride de nos âmes aussi. Vous êtes la jeunesse de Gênes! Je suis heureux de vous voir ici! Je remercie les deux représentants qui se sont faits vos "porte-parole". Et je vous remercie tous pour le travail de préparation, non seulement extérieur, mais surtout spirituel:  avec l'adoration eucharistique, la veillée de prière, vous êtes réellement allés à la rencontre de l'Esprit Saint et, dans l'Esprit Saint, vous entrez dans la fête de la Très Sainte Trinité, que nous célébrons aujourd'hui. Merci pour ce chemin que vous avez fait! Et je vous remercie pour cet enthousiasme qui doit toujours caractériser votre âme, non seulement dans vos jeunes années, pleines d'attentes et de rêves, mais pour toujours, même quand les années de la jeunesse seront passées et que vous serez appelés à vivre d'autres âges de la vie. Mais nous devons tous rester jeunes dans le cœur! Il est beau d'être jeune et tous aujourd'hui veulent être, veulent rester jeunes, et endossent le masque de la jeunesse, même si le temps de la jeunesse est passé, visiblement passé. Et je me demande - j'ai réfléchi - pourquoi est-il beau d'être jeune? Pourquoi ce rêve de la jeunesse éternelle? Il me semble qu'il y a là deux éléments déterminants. La jeunesse a encore tout son avenir devant elle, tout est avenir, temps d'espérance. L'avenir est rempli de promesses. Pour être sincères, nous devons reconnaître que pour beaucoup l'avenir est encore obscur, plein de menaces. On ne sait pas:  trouverai-je un emploi? Trouverai-je un logement? Trouverai-je l'amour? Quel sera mon véritable avenir? Et devant ces menaces, l'avenir peut apparaître comme un grand vide. C'est pour cela qu'aujourd'hui, ceux qui veulent arrêter le temps, par peur d'un avenir dans le vide sont nombreux. Ils veulent consommer immédiatement toutes les beautés de la vie. Et c'est ainsi que l'huile dans la lampe est consumée, au moment où la vie commencerait. Aussi est-il important de choisir les vraies promesses qui ouvrent vers l'avenir, même au prix de renoncements. Celui qui a choisi Dieu, a encore, même dans la vieillesse, un avenir sans fin et sans menaces devant lui. Il est donc important de bien choisir, de ne pas détruire l'avenir. Et le premier choix fondamental doit être Dieu, Dieu qui s'est révélé dans son Fils Jésus Christ, et dans la lumière de ce choix, qui nous offre en même temps une compagnie sur la route, une compagnie fiable qui ne me quitte jamais, dans la lumière de ce choix on trouve les critères pour les autres choix nécessaires. Etre jeune implique d'être bon et généreux. Et de nouveau la bonté en personne c'est Jésus Christ. Ce Jésus que vous connaissez ou que votre cœur recherche. Il est l'Ami qui ne vous trahit jamais, fidèle jusqu'au don de la vie sur la Croix. Rendez-vous à son amour! Comme vous le portez écrit sur les tee-shirts préparés pour cette rencontre:  "Fondez" devant Jésus, parce que Lui seul peut faire fondre vos angoisses et vos craintes et combler vos attentes. Il a donné sa vie pour nous, pour chacun de nous. Pourrait-il jamais trahir votre confiance? Pourrait-il vous conduire sur des voies erronées? Ses voies sont les voies de la vie, celles qui portent aux pâturages de l'âme, même s'ils sont en altitude et difficiles d'accès. C'est la vie spirituelle que je vous invite à cultiver, chers amis. Jésus a dit:  "Je suis la vigne; vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit; car hors de moi vous ne pouvez rien faire" (Jn 5, 5). Jésus n'use pas de périphrase, il est clair et direct. Tous le comprennent et prennent position. La vie de l'âme est une rencontre avec Lui, Visage concret de Dieu; il est prière silencieuse et persévérante, il est vie sacramentelle, il est Evangile médité, il est accompagnement spirituel, il est appartenance cordiale à l'Eglise, à vos communautés ecclésiales.

Mais comment peut-on aimer, lier une amitié avec celui que l'on ne connaît pas? La connaissance pousse à l'amour et l'amour stimule la connaissance. Il en est ainsi pour Jésus aussi. Pour trouver l'amour avec Jésus, pour le trouver réellement comme compagnon de notre vie, nous devons avant tout le connaître. Comme ces deux disciples qui le suivent après les paroles de Jean le Baptiste et disent timidement:  "Rabbi, où habites-tu?", ils veulent le connaître de près. C'est même Jésus qui, en parlant avec ses disciples, fait la distinction:  "Qu'est-ce que les gens disent de moi?", en se référant à ceux qui le connaissent "directement", ayant vécu avec lui, étant réellement entrés dans sa vie intime jusqu'à être témoin de sa prière, de son dialogue avec le Père. Ainsi, il est pour nous aussi important de ne pas nous limiter simplement à la superficialité de tant de personnes qui ont entendu quelque chose de Lui - qu'il était une grande personnalité, etc. - mais entrer dans une relation personnelle pour le connaître réellement. Et cela exige la connaissance des Ecritures, notamment des Evangiles, où le Seigneur nous parle. Ces paroles ne sont pas toujours faciles, mais en entrant en elles, en entrant en dialogue, en frappant à la porte de ces paroles, en disant au Seigneur "Ouvre-moi!", nous trouvons réellement des paroles de vie éternelle, des paroles vivantes pour aujourd'hui, actuelles comme elles l'étaient à ce moment et comme elles le seront à l'avenir. Cette rencontre avec le Seigneur dans l'Ecriture doit toujours être aussi une rencontre non seulement individuelle, mais en communion, dans la grande communion de l'Eglise, où le Christ est toujours présent, dans la communion de la liturgie, de la rencontre très personnelle de la Sainte Eucharistie et du sacrement de la Réconciliation, où le Seigneur me dit "Je te pardonne". Aider les pauvres dans le besoin, avoir du temps pour l'autre est également un chemin très important. Il y a tant de dimensions pour entrer dans la connaissance de Jésus. La vie des saints l'est aussi, naturellement. Vous avez beaucoup de saints en Ligurie, à Gênes, qui nous aident à trouver le vrai visage de Jésus. Ce n'est qu'ainsi, en connaissant personnellement Jésus, que nous pouvons communiquer notre amitié aux autres. Nous pouvons dépasser l'indifférence. Parce que, même si elle apparaît invincible - en effet, il semble parfois que l'indifférence n'a pas besoin d'un Dieu - en réalité, tous savent que quelque chose manque dans leur vie. Ce n'est qu'en ayant découvert Jésus qu'ils se rendent compte:  "C'était ce que j'attendais". Et nous, plus nous sommes réellement amis de Jésus, plus nous pouvons ouvrir également le cœur des autres, pour qu'eux aussi deviennent vraiment jeunes, et donc aient un grand avenir devant eux.

Au terme de notre rencontre, j'aurai la joie de remettre à certains d'entre vous l'Evangile comme signe d'un mandat missionnaire. Allez, chers jeunes, dans les lieux de vie, dans vos paroisses, dans les quartiers difficiles, dans les rues! Annoncez le Christ Seigneur, espérance du monde. Plus l'homme s'éloigne de Dieu, sa Source, plus il se décourage lui-même, la coexistence humaine devient difficile, et la société s'effrite. Soyez unis entre vous, aidez-vous à vivre et à grandir dans la foi et dans la vie chrétienne, pour pouvoir être des témoins hardis du Seigneur. Soyez unis, mais pas renfermés. Soyez humbles, mais pas peureux. Soyez simples, mais pas naïfs. Soyez soucieux, mais pas compliqués. Entrez en dialogue avec tous, mais soyez vous-mêmes. Restez en communion avec vos pasteurs:  ils sont des ministres de l'Evangile, de l'Eucharistie divine, du pardon de Dieu. Il sont pour vous des pères et des amis, des compagnons de route. Vous avez besoin d'eux, et eux - nous tous - avons besoin de vous.

Chacun d'entre vous, chers jeunes, s'il reste uni au Christ et à l'Eglise peut accomplir de grandes choses. C'est le vœu que je vous laisse comme une consigne. Je dis à bientôt à Sydney à ceux qui parmi vous se sont inscrits pour participer à la rencontre mondiale de juillet, et je l'étends à tous, parce que chacun pourra suivre l'événement d'ici. Je sais que ces jours-ci les diocèses organiseront dans ce sens des moments communautaires, pour que cela soit véritablement une nouvelle Pentecôte pour les jeunes du monde entier. Je vous confie à la Vierge Marie, modèle de disponibilité et de courage humble dans l'accueil de la mission du Seigneur. Apprenez d'elle à faire de votre vie un "oui" à Dieu! Jésus viendra ainsi habiter en vous, et vous le porterez avec joie à tous. Avec ma Bénédiction!

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top