The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. MONSIEUR HISSEIN BRAHIM TAHA,
NOUVEL AMBASSADEUR DU TCHAD
PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Jeudi 29 mai 2008

 

Monsieur l’Ambassadeur,

J’accueille avec plaisir Votre Excellence au Vatican à l’occasion de la présentation des Lettres qui L’accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Tchad près le Saint-Siège et je la remercie de m’avoir transmis le message courtois de Son Excellence Monsieur Idriss Deby Itno, Président de la République. En retour, je vous saurais gré de bien vouloir Lui exprimer mes vœux les meilleurs pour sa personne et pour le peuple tchadien tout entier, souhaitant que tous puissent connaître la paix et la prospérité.

En effet, la recherche de la paix et de la sécurité pour tous doit être une préoccupation constante et première pour les responsables des Nations. Sans l’établissement d’une paix durable il ne peut y avoir de développement authentique. À la suite de l’appel que j’ai lancé le 6 février dernier en faveur des populations du Tchad, je souhaite donc que se réalise sans tarder une authentique réconciliation nationale et que la solidarité internationale contribue à aider efficacement les personnes qui sont dans le besoin. Que les responsables chargés de guider les peuples de cette région fassent tout ce qui est en leur pouvoir afin d’arrêter la violence et de créer ainsi des circonstances favorables qui permettront à tous de vivre dans la paix et dans la dignité! Ma pensée se tourne aussi vers les nombreux réfugiés qui ont trouvé asile dans votre pays. Que les efforts faits pour soutenir ces familles, qui vivent dans des conditions parfois dramatiques, les aident à retrouver une situation où leurs droits humains fondamentaux soient réellement garantis.

Dans cette perspective, il est nécessaire que, grâce à une saine gestion, les ressources économiques du pays soient toujours mises au service d’un progrès social effectif qui donne à la population de voir ses justes aspirations se réaliser. Pour consolider la stabilité et l’unité de la nation, le souci du bien commun impose de répartir avec justice et équité les richesses du pays, en tenant compte plus particulièrement des personnes qui se trouvent en marge du progrès social et économique.

La qualité des relations entre les communautés religieuses qui vivent au Tchad, particulièrement entre les chrétiens et les musulmans, est un élément important sur le chemin de la paix et de la réconciliation. Chacun doit pouvoir exprimer sa foi sans crainte et suivre la voix de sa conscience dans le choix de sa religion. Je me réjouis de savoir, Monsieur l’Ambassadeur, que dans votre pays, malgré les difficultés qui peuvent se présenter, les chrétiens et les musulmans cherchent à consolider des relations de respect et de compréhension réciproques. Je souhaite que ces relations contribuent au bien commun et à l’édification d’une société harmonieuse et pacifiée. Pour résoudre les incompréhensions, le dialogue doit toujours demeurer le chemin qui permet d’éviter tout recours à la violence.

Comme vous l’avez relevé, Monsieur l’Ambassadeur, l’engagement de l’Église catholique au service de la société tchadienne, sans distinction d’origine ni de religion, recouvre de nombreux domaines, tels que la santé, l’éducation et le développement. Par ses œuvres sociales, la communauté catholique manifeste son souci de promouvoir la dignité de chaque personne. Dans cette perspective, je voudrais souligner de manière particulière l’action de l’Église en faveur de l’éducation et de la formation des jeunes, grâce notamment aux écoles catholiques, qui tiennent une place appréciée dans le système éducatif tchadien. Par ces écoles, qui sont des lieux où les jeunes de religions et de milieux sociaux différents apprennent à vivre ensemble dans le respect mutuel, l’Église entend lutter contre toute forme de pauvreté et contribuer à l’édification d’une société toujours plus fraternelle et plus solidaire.

Au terme de cette rencontre, permettez-moi, Monsieur l’Ambassadeur, de saluer par votre entremise les Évêques du Tchad ainsi que tous les membres de la communauté catholique. Je les assure de ma proximité spirituelle et je les encourage à demeurer fermes dans la foi et courageux dans les épreuves qu’ils partagent avec leurs compatriotes, témoignant ainsi de leur engagement à construire ensemble une société réconciliée.

Au moment où vous inaugurez votre noble mission, sûr que vous trouverez toujours un accueil attentif auprès de mes collaborateurs, je vous offre, Monsieur l’Ambassadeur, mes vœux cordiaux pour son heureux accomplissement, afin que se poursuivent et se développent des relations harmonieuses entre le Saint-Siège et le Tchad.

Sur Votre Excellence, sur sa famille et sur ses collaborateurs, ainsi que sur les Responsables et sur tous les habitants du Tchad, j’invoque de grand cœur l’abondance des Bénédictions divines.

Au Vatican, le 29 mai 2008.


*Insegnamenti IV, 1, 2008, p.894-896.

L'Osservatore Romano 30.5.2008, p.5.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n°23, p.5, 6.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top