The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX PARTICIPANTS AU PREMIER SÉMINAIRE DU
FORUM CATHOLIQUE-MUSULMAN

Salle Clémentine
Jeudi 6 novembre 2008

 

Chers amis,

Je suis heureux de vous recevoir ce matin et je vous présente à tous mes salutations les plus cordiales. Je remercie en particulier le cardinal Jean-Louis Tauran ainsi que le Cheikh Mustafa Ceric et M. Seyyed Hossein Nasr de leurs paroles. Notre rencontre se déroule à l'issue de l'important séminaire organisé par le "Forum catholique-musulman" fondé par le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et les représentants des 138 responsables musulmans signataires de la Lettre ouverte aux responsables chrétiens du 13 octobre 2007. Cette réunion est un signe clair de notre estime réciproque et de notre désir de nous écouter respectueusement les uns les autres. Je peux vous assurer que j'ai suivi dans la prière le déroulement de votre rencontre, conscient qu'elle représente une étape supplémentaire sur le chemin vers une plus grande compréhension entre musulmans et chrétiens dans le cadre d'autres rencontres régulières que le Saint-Siège promeut avec différents groupes musulmans. La Lettre ouverte "Une Parole commune entre vous et nous" a reçu de nombreuses réponses, et a donné naissance à un dialogue, à des initiatives spécifiques et à des rencontres, visant à nous aider à nous connaître plus profondément les uns les autres et à croître dans l'estime pour nos valeurs communes. Le grand intérêt suscité par le présent séminaire est pour nous un encouragement à assurer que les réflexions et les développements positifs qui émergent du dialogue entre chrétiens et musulmans ne soient pas limités à un petit groupe d'experts et de chercheurs, mais soient transmis comme un précieux héritage qui doit être mis au service de tous, pour porter des fruits dans la manière dont nous vivons chaque jour.

Le thème que vous avez choisi pour votre rencontre - "Amour de Dieu, amour du prochain:  la dignité de la personne humaine et le respect mutuel" - est particulièrement significatif. Il est tiré de la Lettre ouverte qui présente l'amour de Dieu et l'amour du prochain comme le cœur aussi bien de l'islam que du christianisme. Ce thème souligne encore plus clairement les fondements théologiques et spirituels de l'enseignement central de nos religions respectives.

La tradition chrétienne proclame que Dieu est amour (cf. 1 Jn 4, 16). C'est par amour qu'il a créé l'univers tout entier, et par son amour il se fait présent dans l'histoire humaine. L'amour de Dieu est devenu visible, de manière totale et définitive manifesté en Jésus Christ. Il est donc descendu pour rencontrer l'homme et, tout en demeurant Dieu, il a transformé notre nature. Il s'est donné lui-même afin de redonner toute sa dignité à chaque personne et nous conduire au salut. Comment pourrions-nous expliquer le mystère de l'incarnation et de la rédemption sinon par l'amour? L'amour infini et éternel nous rend capables de répondre en donnant tout notre amour en retour:  l'amour pour Dieu et l'amour pour notre prochain. Cette vérité, que nous considérons comme fondamentale, est ce que je souhaitais souligner dans ma première encyclique, Deus caritas est, car c'est un enseignement central de la foi chrétienne. Notre vocation et notre mission est de partager librement avec d'autres l'amour que Dieu a répandu sur nous sans aucun mérite de notre part.

J'ai bien conscience que les musulmans et les chrétiens ont des approches différentes sur les sujets qui concernent Dieu. Mais nous pouvons et nous devons être des fidèles du Dieu unique qui nous a créés et se préoccupe de chaque personne dans tous les lieux du monde. Ensemble nous devons montrer, par notre respect et notre solidarité mutuels, que nous nous considérons comme les membres d'une seule famille:  la famille que Dieu a aimée et réunie ensemble depuis la création du monde jusqu'à la fin de l'histoire humaine.

Je suis heureux d'apprendre que vous êtes parvenus au cours de cette rencontre à adopter une position commune sur la nécessité d'adorer Dieu totalement et d'aimer nos frères et sœurs de manière désintéressée, en particulier ceux qui souffrent et sont dans le besoin. Dieu nous appelle à travailler ensemble au nom des victimes des maladies, de la faim, de la pauvreté, de l'injustice et de la violence. Pour les chrétiens, l'amour de Dieu est inséparablement lié à l'amour pour nos frères et soeurs, de tous les hommes et de toutes les femmes, sans distinction de race et de culture. Comme l'écrit saint Jean:  "Si quelqu'un dit "J'aime Dieu" et qu'il déteste son frère, c'est un menteur:  celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer Dieu qu'il ne voit pas" (1 Jn 4, 20).

La tradition musulmane encourage également de façon très claire l'engagement radical au service des plus démunis, et rappelle volontiers la "Règle d'or" dans sa propre version:  votre foi ne sera pas parfaite, tant que vous ne ferez pas aux autres ce que vous souhaiteriez pour vous-mêmes. Nous devrions donc œuvrer ensemble pour promouvoir le respect authentique de la dignité de la personne humaine et les droits fondamentaux de l'homme, même si nos visions anthropologiques et nos théologies les présentent de façon différente. Il y a un important et vaste domaine dans lequel nous pouvons agir ensemble pour défendre et promouvoir les valeurs morales qui font partie de notre héritage commun. Ce n'est qu'en partant de la reconnaissance de la place centrale de la personne et de la dignité de chaque être humain, en respectant et en défendant la vie qui est un don de Dieu, et qui est donc sacrée aussi bien pour les chrétiens que pour les musulmans - c'est uniquement sur la base de cette reconnaissance que nous pouvons trouver une base commune pour construire un monde plus fraternel, un monde dans lequel les oppositions et les différences sont réglées de manière pacifique, et où la force destructrice des idéologies est neutralisée.

Mon souhait, encore une fois, est que ces droits fondamentaux de l'homme soient protégés pour tous et partout. Les responsables politiques et religieux ont la tâche d'assurer le libre exercice de ces droits dans le plein respect de la liberté de conscience et de la liberté de religion pour chacun. La discrimination et la violence dont aujourd'hui encore les communautés religieuses font l'expérience à travers le monde, et les persécutions souvent violentes dont elles sont l'objet, représentent des actes inacceptables et injustifiables, et bien plus graves et déplorables quand ils sont perpétrés au nom de Dieu. Le nom de Dieu ne peut être qu'un nom de paix et de fraternité, de justice et d'amour. Nous sommes appelés à démontrer, par nos paroles mais surtout par nos actions, que le message de nos religions est incontestablement un message d'harmonie et de compréhension mutuelle. Il est essentiel de le faire, ou nous risquons d'affaiblir la crédibilité et l'efficacité non seulement de notre dialogue, mais aussi de nos religions elles-mêmes.

Je prie afin que le "Forum catholique-musulman", qui effectue à présent avec confiance ses premiers pas, puisse devenir encore davantage un espace de dialogue, et nous assister pour suivre ensemble le chemin vers une connaissance encore plus grande de la vérité. La rencontre d'aujourd'hui est également une occasion privilégiée pour nous engager dans une recherche encore plus sincère de l'amour de Dieu et de l'amour du prochain, condition indispensable pour offrir aux hommes et aux femmes de notre temps un service authentique de réconciliation et de paix.

Chers amis, unissons nos efforts, animés par la bonne volonté, en vue de surmonter tout malentendu et désaccord. Œuvrons à surmonter les préjugés du passé et à corriger les images souvent déformées de l'autre qui, encore aujourd'hui, peuvent créer des difficultés dans nos relations; travaillons les uns avec les autres à éduquer toutes les personnes, en particulier les jeunes, à construire un avenir commun. Que Dieu nous soutienne dans nos bonnes intentions, et permette à nos communautés de vivre en profondeur la vérité de l'amour, qui constitue le cœur de l'homme religieux, et qui est la base du respect de la dignité de toute personne. Puisse Dieu, le Miséricordieux et plein de compassion, nous assister toujours dans cette mission exigeante, nous protéger, nous bénir et nous éclairer par la puissance de son amour.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

top