The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À S.E. Mme
JASNA KRIVOSIC-PRPIC
NOUVEL AMBASSADEUR DE BOSNIE ET HERZÉGOVINE
PRÈS LE SAINT SIÈGE*

Castelgandolfo
Jeudi 18 septembre 2008

 

Votre Excellence,

Je suis heureux de vous accueillir aujourd'hui et d'accepter les Lettres qui vous accréditent comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Bosnie et Herzégovine près le Saint-Siège. En cette occasion significative, je voudrais vous demander de bien vouloir transmettre mes salutations cordiales aux membres de la présidence et à tous les citoyens de votre pays. Assurez-les de mes ferventes prières pour leurs efforts constants en vue de parvenir à la réconciliation et au renforcement de la paix et de la stabilité.

Les relations diplomatiques du Saint-Siège constituent un aspect de sa mission au service de la Communauté internationale. Son engagement au service de la société civile s'ancre dans la conviction que la tâche de bâtir un monde plus juste passe par la reconnaissance de la vocation surnaturelle de tout individu. L'Eglise promeut donc une compréhension de la personne humaine qui reçoit de Dieu sa capacité à dépasser ses limites individuelles et ses contraintes sociales ainsi qu'à reconnaître et à protéger les valeurs universelles qui sauvegardent la dignité de tous et sont au service du bien commun.

Madame l'Ambassadeur, comme vous l'avez observé, votre pays, bien que peu étendu géographiquement, a été béni par un grand nombre de beautés naturelles. Une telle preuve de la main du créateur réjouit le cœur de ses habitants et les aide à élever leurs pensées vers le Tout-Puissant. Reflet de sa position géographique originale, la Bosnie et Herzégovine abrite également une riche variété de cultures et de précieux patrimoines. Malheureusement, toutefois, au cours de l'histoire les différences culturelles et ethniques ont souvent été une source d'incompréhensions et de désaccords. En effet, comme chacun des trois peuples constitutifs qui forment votre pays ne le sait que trop bien, elles ont même été la cause de conflits et de guerres. Personne ne souhaite la guerre. Aucun parent ne souhaite de conflit pour ses enfants. Aucun groupe civil ou religieux ne devrait jamais avoir recours à la violence et à l'oppression. Pourtant, de très nombreuses familles dans votre pays ont été victimes des souffrances qui résultent de ces catastrophes. Toutefois, en écoutant la voix de la raison et animé par l'espérance que nous désirons tous pour nous-mêmes et pour les générations qui nous suivront, tout individu peut trouver la force de surmonter les divisions passées et de briser les épées pour en faire des socs et les lances pour en faire des serpes (Is 2, 4). A cet égard, je souhaite souligner les progrès qui ont été faits pour renforcer les gestes de réconciliation et pour encourager la Communauté internationale à poursuivre ses efforts en vue d'aider la Bosnie et Herzégovine dans ce but. Je suis certain que, en acceptant les faits de l'histoire de cette région et les graves leçons qui doivent être tirées des années récentes, on trouvera le courage de bâtir un avenir avec un sens profond de la solidarité.

L'esprit d'un Etat se construit à différents niveaux. Le foyer familial est le lieu où les enfants apprennent les valeurs essentielles de la responsabilité et de la coexistence harmonieuse. C'est également là que les préjugés voient le jour ou sont combattus. Tout parent a donc le grave devoir d'instiller chez ses enfants, à travers l'exemple, le respect de la dignité qui caractérise toute personne quelle que soit son origine ethnique, sa religion ou son appartenance sociale. De cette manière, la splendeur de vies menées de façon juste - dans l'intégrité, la justice et la compassion - peuvent resplendir comme des exemples engageant les jeunes, et même tous les hommes, à les imiter. L'éducation contribue également beaucoup à l'âme d'une nation. Un bon enseignement ne vise pas seulement le développement du savoir chez les enfants mais aussi au développement civil et spirituel. Les enseignants qui exercent leur profession avec une passion pour la vérité peuvent faire beaucoup pour discréditer toute les fausses idéologies anthropologiques, qui contiennent des semences d'hostilité (cf. Message pour la Journée mondiale de la paix 2007, n. 10) et pour promouvoir le goût de la diversité culturelle et religieuse dans la vie d'un pays. Dans cette perspective, je voudrais aussi offrir une parole d'encouragement pour tous ceux qui travaillent dans les médias. Ils peuvent faire beaucoup pour surmonter des attitudes persistantes de méfiance en s'assurant de ne pas devenir des instruments de préjugés mais plutôt pour transcender les intérêts particuliers et promouvoir des objectifs civiques réunissant un large consensus et ouverts à tous, afin de devenir des instruments au service d'une justice et d'une solidarité plus grandes (Message pour la Journée mondiale des communications sociales 2008, n. 2).

Comme vous le savez bien, l'Etat est lui aussi appelé à assumer avec vigueur ses responsabilités pour renforcer les institutions et exalter les principes qui sont au cœur de toutes les démocraties. Cela exige un engagement inébranlable au service de l'Etat de droit et de la justice, l'éradication de la corruption et d'autres formes d'activité criminelle, le soutien à un pouvoir judiciaire indépendant et impartial, et l'égalité des chances sur le marché du travail. Je suis certain que les réformes constitutionnelles qui sont en cours d'examen par votre gouvernement répondront aux aspirations légitimes de tous les citoyens, en garantissant à la fois le droit des individus et des groupes sociaux, tout en préservant les valeurs morales et éthiques communes qui lient toutes les personnes et rendent les hommes politiques responsables. De cette manière, toutes les couches de la société peuvent contribuer à l'organisation au niveau national du développement social et économique et aider également à attirer l'investissement nécessaire à la croissance économique, qui permettra en particulier aux jeunes de trouver un emploi satisfaisant et de leur garantir un avenir sûr.

Pour sa part, l'Eglise qui est en Bosnie et Herzégovine continuera d'aider à la mise en œuvre de ces objectifs de réconciliation, de paix et de prospérité. A travers ses paroisses, ses écoles, ses structures médicales et ses programmes de développement communautaires elle exerce sa mission de charité universelle sous une triple forme:  matérielle, intellectuelle et spirituelle. Sa participation au dialogue œcuménique et interreligieux doit également être considérée comme une manière de servir la société dans son ensemble. La promotion des valeurs spirituelles et morales, accessibles à la raison humaine, non seulement relève de la transmission des traditions religieuses mais nourrit également la culture au sens plus large, en encourageant les hommes et les femmes de bonne volonté à renforcer les liens de solidarité et à manifester la manière dont une pluralité de peuples peut effectivement donner le jour à une société unie.

Votre Excellence, je suis certain que la mission diplomatique que vous entreprenez aujourd'hui contribuera à renforcer les liens de coopération qui existent entre la Bosnie et Herzégovine et le Saint-Siège. L'application de l'Accord fondamental récemment ratifié, entre autres sujets, facilite le droit d'établir des lieux de culte religieux et de fonder des œuvres d'Eglise et, dans le même temps, offre un exemple positif des principes démocratiques qui s'enracinent dans votre pays. A cet égard, je suis certain que la Commission mixte entreprendra bientôt un travail d'une grande importance. En vous assurant de la collaboration des divers bureaux de la Curie Romaine et avec mes vœux les plus sincères, j'invoque sur vous et sur votre famille ainsi que sur tous les citoyens de la Bosnie et Herzégovine, les Bénédictions de Dieu tout-puissant.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n°39, p.5, 6.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top