The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX PARTICIPANTS AU CONGRÈS INTERNATIONAL
DE LA CONFÉDÉRATION BÉNÉDICTINE

Palais apostolique de Castelgandolfo - Salle des Suisses
Samedi 20 septembre
2008

 

Chers pères abbés,
Chères sœurs abbesses,

C'est avec une grande joie que je vous accueille et vous salue à l'occasion du Congrès international qui, tous les quatre ans, vous réunit tous à Rome, abbés de votre confédération et supérieurs des prieurés indépendants, pour réfléchir et débattre sur les manières d'incarner le charisme bénédictin dans le contexte social et culturel actuel et de répondre aux défis toujours nouveaux qu'il lance au témoignage de l'Evangile. Je salue avant tout l'abbé primat Dom Notker Wolf et je le remercie pour ce qu'il a dit au nom de tous. Je salue également le groupe d'abbesses, venues en représentantes de la Communio Internationalis Benedictinarum, ainsi que les représentants orthodoxes.

Dans un monde désacralisé et à une époque marquée par une inquiétante culture du vide et du "non-sens", vous êtes appelés à annoncer sans compromis le primat de Dieu et à avancer des propositions d'éventuels nouveaux parcours d'évangélisation. L'engagement de sanctification, personnel et communautaire, que vous poursuivez et la prière liturgique que vous cultivez vous permettent d'apporter un témoignage d'une efficacité particulière. Dans vos monastères, vous êtes les premiers à renouveler et approfondir quotidiennement votre rencontre avec la personne du Christ, qui est toujours à vos côtés comme hôte, ami et compagnon. C'est pour cela que vos couvents sont des lieux où des hommes et des femmes, à notre époque aussi, accourent pour chercher Dieu et apprendre à reconnaître les signes de la présence du Christ, de sa charité, de sa miséricorde. Avec une confiance humble, vous ne vous lassez pas de partager, avec ceux qui s'adressent à votre sollicitude pastorale, la richesse du message évangélique, qui se résume dans l'annonce de l'amour du Père miséricordieux, prêt à embrasser chacun dans le Christ. Vous continuerez ainsi à offrir votre contribution précieuse à la vitalité et à la sanctification du Peuple de Dieu, selon le charisme particulier de Benoît de Nursie.

Chers abbés et abbesses, vous êtes les gardiens du patrimoine d'une spiritualité radicalement ancrée à l'Evangile, per ducatum evangelii pergamus itinera eius, dit saint Benoît dans le prologue de la Règle. C'est justement cela qui vous engage à communiquer et à offrir aux autres les fruits de votre expérience intérieure. Je connais et apprécie beaucoup votre généreuse et compétente œuvre de culture et de formation que beaucoup de vos monastères réalisent, spécialement en faveur des nouvelles générations, en créant un climat d'accueil fraternel qui favorise une expérience d'Eglise particulière. En effet, il est de toute première importance de préparer les jeunes à affronter leur avenir et à se mesurer avec les multiples exigences de la société en faisant constamment référence au message évangélique, qui est toujours actuel, inépuisable et vivifiant. Dévouez-vous par conséquent avec une ardeur apostolique renouvelée aux jeunes, qui sont l'avenir de l'Eglise et de l'humanité. Pour construire une Europe "nouvelle", il convient en effet de commencer par les nouvelles générations, en leur offrant la possibilité d'approcher de plus près les richesses spirituelles de la liturgie, de la méditation, de la lectio divina.

Cette action pastorale et formative, en réalité, est plus que jamais nécessaire pour toute la famille humaine. Dans de nombreuses régions du monde, notamment en Asie et en Afrique, il y a un grand besoin d'espaces vitaux de rencontre avec le Seigneur, dans lesquels retrouver, à travers la prière et la contemplation, la sérénité et la paix avec soi-même et avec les autres. Ne manquez donc pas d'aller à la rencontre des attentes de ceux qui expriment, également en dehors de l'Europe, le vif désir de votre présence et de votre apostolat pour pouvoir puiser dans les richesses de la spiritualité bénédictine. Laissez-vous guider par le désir intime de servir avec charité tous les hommes, sans distinction de race et de religion. Avec une liberté prophétique et un sage discernement, soyez des présences significatives partout où la Providence vous amène à vivre, en vous distinguant toujours par l'équilibre harmonieux entre prière et travail qui caractérise votre style de vie.

Et que dire de la célèbre hospitalité bénédictine? Elle est votre vocation particulière, une expérience pleinement spirituelle, humaine et culturelle. Qu'il y ait un équilibre là aussi:  que le cœur de la communauté soit grand ouvert, mais que les temps et les modes d'accueil soient bien proportionnés. Vous pourrez ainsi offrir aux hommes et aux femmes de notre temps la possibilité d'approfondir le sens de l'existence dans l'horizon infini de l'espérance chrétienne, en cultivant le silence intérieur dans la communion de la Parole de salut. Une communauté capable d'une authentique vie fraternelle, fervente dans la prière liturgique, dans l'étude, dans le travail, dans la disponibilité cordiale pour le prochain assoiffé de Dieu, constitue la meilleure impulsion pour faire surgir dans les cœurs, notamment dans celui des jeunes, la vocation monastique et, en général, un parcours de foi fécond.

Je voudrais adresser une parole spéciale aux représentantes des moniales et des sœurs bénédictines. Chères sœurs, vous souffrez vous aussi, comme d'autres familles religieuses, surtout dans certains pays, du manque de nouvelles vocations. Ne vous laissez pas décourager, mais affrontez ces situations douloureuses de crise avec sérénité et dans la conscience que ce n'est pas tant la réussite qui est demandée à chacun, que l'engagement dans la fidélité. Ce que l'on doit absolument éviter, c'est une baisse de l'adhésion spirituelle au Seigneur, à la vocation et à la mission. En persévérant fidèlement en elle, on confesse en revanche, avec une grande efficacité face au monde également, sa ferme confiance dans le Seigneur de l'histoire, qui tient entre ses mains le temps et le destin des personnes, des institutions, des peuples. C'est à Lui que l'on confie les réalisations historiques de ses dons. Faites vôtre l'attitude spirituelle de la Vierge Marie, heureuse d'être "ancilla Domini", totalement disponible à la volonté du Père céleste.

Chers moines, moniales et sœurs, merci de cette visite que j'apprécie! Je vous accompagne de ma prière, afin que lors de vos rencontres en ces jours de congrès vous puissiez distinguer les modalités les plus opportunes pour témoigner visiblement et clairement dans votre style de vie, dans votre travail et dans la prière l'engagement d'une imitation radicale du Seigneur. Que la Très Sainte Vierge Marie soutienne tous vos projets de bien, vous aide, avant tout autre chose, à toujours garder Dieu devant les yeux, et vous accompagne comme une mère sur votre chemin. Tandis que j'invoque d'abondants dons célestes pour soutenir chacune de vos généreuses propositions, je vous donne de tout cœur, ainsi qu'à toute la famille bénédictine, une Bénédiction apostolique spéciale.

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

     

top