The Holy See
back up
Search
riga

 VOYAGE APOSTOLIQUE
DU PAPE BENOÎT XVI
AU CAMEROUN ET EN ANGOLA

(17-23 MARS 2009)

CÉRÉMONIE DE CONGÉ

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI

Aéroport international 4 de Fevereiro de Luanda
Lundi 23 mars 2009

 

Monsieur le Président de la République,
Mesdames, Messieurs qui représentez les Autorités civiles, militaires et ecclésiastiques,
Chers frères et sœurs dans le Christ,
Chers amis Angolais,

Monsieur le Président, très sensible à la présence de Votre Excellence au moment de mon départ, je tiens à vous exprimer ma satisfaction et ma gratitude pour l’accueil de choix que vous m’avez réservé ainsi que pour les dispositions prises pour faciliter le déroulement des diverses rencontres que j’ai eu la joie de vivre. Aux Autorités civiles et militaires comme aux Pasteurs et aux responsables des communautés et Institutions ecclésiales qui ont participé à ces rencontres, j’adresse mes remerciements les plus cordiaux pour la gentillesse avec laquelle ils ont voulu honorer ma personne au cours des journées que j’ai passées parmi vous. Je dois aussi exprimer ma reconnaissance aux agents des moyens de communication sociale, aux membres des services de sécurité et à tous les volontaires qui, avec générosité, efficacité et discrétion, ont contribué à la bonne réussite de ma visite.

Je remercie Dieu d’avoir trouvé une Église vivante et, malgré les difficultés, pleine d’enthousiasme, qui a su se charger de sa croix et de celle des autres, portant témoignage devant tous de la force salvifique du message de l’Évangile. Elle continue d’annoncer que le temps de l’espérance est arrivé, s’engageant à pacifier les esprits et invitant à pratiquer une charité fraternelle qui sait s’ouvrir à l’accueil de tous, dans le respect des idées et des sentiments de chacun. Le moment est venu de vous saluer et de repartir à Rome, triste de devoir vous quitter, mais content d’avoir rencontré un peuple courageux et décidé à renaître. Malgré les résistances et les obstacles, ce peuple veut construire son avenir en passant par les sentiers du pardon, de la justice et de la solidarité.

Qu’il me soit permis de faire ici un appel final. Je voudrais demander que la réalisation légitime des aspirations fondamentales des populations les plus démunies constitue la préoccupation principale de ceux qui assument les charges publiques, car leur intention – j’en suis sûr – est d’accomplir la mission qu’ils ont reçue non pour eux-mêmes mais en vue du bien commun. Notre cœur ne peut être tranquille tant que des frères souffrent à cause du manque de nourriture, de travail, de maison ou d’autres biens primordiaux. Pour arriver à apporter une réponse concrète à nos frères humains, le premier défi à relever est celui de la solidarité : solidarité entre les générations, solidarité entre les Nations et entre les Continents, qui engendre un partage toujours plus équitable des ressources de la terre entre tous les hommes.

Et, depuis Luanda, j’élargis mon regard à toute l’Afrique, lui donnant rendez-vous au mois d’octobre prochain, à la Cité du Vatican, lorsque nous nous réunirons pour la deuxième Assemblée Spéciale du Synode des Évêques, consacrée à ce Continent, où le Verbe incarné en personne a trouvé refuge. Je prie Dieu aujourd'hui de faire sentir sa protection et son aide aux réfugiés et aux expatriés sans nombre qui errent en attendant de retourner chez eux. Le Dieu du Ciel leur répète : « Même si ta mère t’oubliait, moi, je ne t’oublierai jamais » (cf. Is 49, 15). C’est en tant que fils et filles que Dieu vous aime. Il veille sur vos jours et sur vos nuits, ainsi que sur vos efforts et sur vos aspirations.

Frères et amis d’Afrique, chers Angolais, courage ! Ne vous lassez pas de faire progresser la paix, en accomplissant des gestes de pardon et en travaillant pour la réconciliation nationale, afin que jamais la violence ne prévale sur le dialogue, la peur et le découragement sur la confiance, la rancœur sur l’amour fraternel. Cela sera possible, si vous vous reconnaissez les uns les autres comme fils du même et unique Père du Ciel. Que Dieu bénisse l’Angola ! Qu’il bénisse chacun de ses fils et filles ! Qu’il bénisse le présent et l’avenir de cette Nation bien aimée. Adieu !

 

© Copyright 2009 - Libreria Editrice Vaticana

 

top