The Holy See
back up
Search
riga

VISITE PASTORALE À PALERME

RENCONTRE AVEC LES PRÊTRES, LES RELIGIEUX,
LES RELIGIEUSES ET LES SÉMINARISTES

DISCOURS DU SAINT-PÈRE BENOÎT XVI

Cathédrale de Palerme
Dimanche 3 octobre 2010

(Vidéo)

 

Vénérés frères dans l'épiscopat,
chers frères et sœurs!

A l'occasion de cette visite pastorale sur votre terre, je ne pouvais manquer de vous rencontrer. Merci de votre accueil! J'ai beaucoup apprécié dans les paroles de l'archevêque, l’analogie entre la beauté de la cathédrale et celle de l’édifice de «pierres vivantes» que vous constituez. Oui, en ce moment bref mais intense avec vous, je peux admirer le visage de l'Eglise, dans la variété de ses dons. Et, en tant que Successeur de Pierre, j'ai la joie de vous confirmer dans l'unique foi et dans la profonde communion que le Seigneur Jésus Christ nous a obtenues. A Mgr Paolo Romeo, j'exprime ma gratitude, que j'étends à l'évêque auxiliaire. A vous, chers prêtres de cet archidiocèse et de tous les diocèses de Sicile, à vous, chers diacres et séminaristes, et à vous, religieux et religieuses, et laïcs consacrés, j'adresse mes salutations les plus cordiales, et je voudrais les faire parvenir à tous les confrères et les consœurs de Sicile, en particulier à ceux qui sont malades ou très âgés.

L'adoration eucharistique que nous avons la grâce et la joie de partager, nous a révélé et nous a fait ressentir le sens profond de ce que nous sommes: membres du Corps du Christ qui est l'Eglise. Prostré devant Jésus, ici au milieu de vous, je lui ai demandé d'enflammer vos cœurs avec sa charité, afin que vous soyez assimilés à lui et que vous puissiez l'imiter dans le don le plus complet et le plus généreux à l'Eglise et aux frères.

Chers prêtres, je voudrais m'adresser avant tout à vous. Je sais que vous travaillez avec zèle et intelligence, sans épargner vos énergies. Le Seigneur Jésus, auquel vous avez consacré votre vie, est avec vous! Soyez toujours des hommes de prière, pour être aussi des maîtres de prière. Que vos journées soient rythmées par les temps de la prière, durant lesquels, sur le modèle de Jésus, vous vous entretenez dans un dialogue régénérant avec le Père. Il n'est pas facile de rester fidèles à ces rendez-vous quotidiens avec le Seigneur, surtout de nos jours, où le rythme de la vie est devenu frénétique et les occupations absorbent toujours davantage. Nous devons toutefois en être convaincus, le moment de la prière est fondamental: en elle, la grâce divine agit avec plus d'efficacité, en donnant fécondité au ministère. Beaucoup de choses nous pressent, mais si nous ne sommes pas intérieurement en communion avec Dieu, nous ne pouvons rien donner non plus aux autres. Nous devons toujours réserver le temps nécessaire pour «être avec lui» (cf. Mc 3, 14).

Le Concile Vatican II affirme à propos des prêtres: «C’est dans le culte ou synaxe eucharistique que s’exerce par excellence leur charge sacrée» (Const. dogm. Lumen gentium, n. 28). L'Eucharistie est la source et le sommet de toute la vie chrétienne. Chers frères prêtres, pouvons-nous dire qu'elle l'est pour nous, pour notre vie sacerdotale? Quel soin consacrons-nous à la préparation de la Messe, à sa célébration, à demeurer en adoration? Nos églises sont-elles vraiment une «maison de Dieu», où sa présence attire les personnes, qui malheureusement aujourd'hui sentent souvent l'absence de Dieu?

Le prêtre trouve toujours, et de manière immuable, la source de son identité dans le Christ Prêtre. Ce n'est pas le monde qui définit notre statut, selon les besoins et les conceptions des rôles sociaux. Le prêtre est marqué par le sceau du Sacerdoce du Christ, pour participer à sa fonction d'unique Médiateur et Rédempteur. En vertu de ce lien fondamental, s'ouvre au prêtre le champ immense du service des âmes, pour leur salut dans le Christ et dans l'Eglise. Un service qui doit être entièrement inspiré par la charité du Christ. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés, qu'aucun ne se perde. Le saint Curé d'Ars disait: «Le prêtre doit être toujours prêt à répondre aux besoins des âmes. Il n'est pas pour lui-même, il est pour vous». Le prêtre est pour les fidèles: il les anime et les soutient dans l'exercice du sacerdoce commun des baptisés, dans leur chemin de foi, à cultiver l'espérance, à vivre la charité, l'amour du Christ. Chers prêtres, ayez toujours une attention particulière également pour le monde des jeunes. Comme le dit sur cette terre le Vénérable Jean-Paul II, ouvrez grand les portes de vos paroisses aux jeunes, pour qu'ils puissent ouvrir les portes de leur cœur au Christ! Qu'ils ne les trouvent jamais fermées!

Le prêtre ne peut pas demeurer éloigné des préoccupations quotidiennes du Peuple de Dieu; au contraire, il doit être très proche, mais en tant que prêtre, toujours dans la perspective du salut et du Royaume de Dieu. Il est le témoin et le dispensateur d'une vie différente de la vie terrestre (cf. Décr. Presbyterorum Ordinis, n. 3). Il est porteur d'une espérance forte, d'une «espérance fiable», celle du Christ, avec laquelle affronter le présent, même s'il est souvent difficile (cf. Enc. Spe salvi, n. 1). Il est essentiel pour l'Eglise que l'identité du prêtre soit sauvegardée, dans sa dimension «verticale». La vie et la personnalité de saint Jean-Marie Vianney, mais aussi de tant de saints de votre terre, comme saint Annibale Maria di Francia, le bienheureux Giacomo Cusmano ou le bienheureux Francesco Spoto, en sont des exemples particulièrement forts et éclairants.

L'Eglise de Palerme a rappelé récemment l'anniversaire du barbare assassinat de Don Giuseppe Puglisi, qui appartenait à ce presbyterium, tué par la mafia. Il avait un cœur qui brûlait d’une authentique charité pastorale; dans son ministère zélé, il a accordé une large place à l'éducation des enfants et des jeunes, et il a également œuvré pour que chaque famille chrétienne vive la vocation fondamentale de première éducatrice de la foi des enfants. Le peuple confié à ses soins pastoraux a pu lui-même se nourrir de la richesse spirituelle de ce bon pasteur, dont la cause de béatification est en cours. Je vous exhorte à conserver un souvenir vivant de son témoignage sacerdotal fécond en imitant son exemple héroïque.

C'est avec beaucoup d'affection que je m'adresse également à vous, qui sous diverses formes et dans divers instituts, vivez la consécration à Dieu dans le Christ et dans l'Eglise. J'adresse une pensée particulière aux moines et aux moniales de clôture, dont le service de prière est si précieux pour la communauté ecclésiale. Chers frères et sœurs, continuez à suivre Jésus sans compromis, comme cela est proposé dans l'Evangile, en témoignant ainsi de la beauté d'être chrétiens de manière radicale. Il vous revient en particulier de conserver vivante chez les baptisés la conscience des exigences fondamentales de l'Evangile. En effet, votre présence elle-même et votre style insufflent à la communauté ecclésiale un élan précieux vers la «haute mesure» de la vocation chrétienne; et nous pourrions même dire que votre existence constitue une sorte de prédication, très éloquente, même si elle est souvent silencieuse. Très chers amis, votre style de vie est à la fois antique et toujours nouveau, malgré la diminution du nombre et des forces. Mais ayez confiance: nos temps ne sont pas ceux de Dieu et de sa providence. Il faut prier et croître dans la sainteté personnelle et communautaire. Ensuite le Seigneur pourvoit!

Chers séminaristes, je vous salue avec affection et prédilection et je vous exhorte à répondre avec générosité à l'appel du Seigneur et aux attentes du Peuple de Dieu, en croissant dans l'identification avec le Christ, le Souverain Prêtre, en vous préparant à la mission avec une solide formation humaine, spirituelle, théologique et culturelle. Le séminaire est plus que jamais précieux pour votre avenir, parce que, à travers une expérience complète et un travail patient, il vous conduit à être des pasteurs d'âmes et des maîtres de foi, des ministres des saints mystères et des porteurs de la charité du Christ. Vivez avec engagement ce temps de grâce et conservez dans le cœur la joie et l'élan du premier moment de l'appel et de votre «oui» lorsque, en répondant à la voix mystérieuse du Christ, vous avez donné un tournant décisif à votre vie. Soyez dociles aux directives des supérieurs et des responsables de votre croissance en Christ, et apprenez de Lui l'amour pour chaque enfant de Dieu et de l'Eglise.

Chers frères et sœurs, tout en vous remerciant encore de votre affection, je vous assure de mon souvenir dans la prière, pour que vous poursuiviez avec un élan renouvelé et avec une forte espérance le chemin de fidèle adhésion au Christ et de service généreux à l'Eglise. Que vous assiste toujours la Vierge Marie, notre Mère; que vous protègent sainte Rosalie et tous les saints patrons de cette terre de Sicile; et que vous accompagne aussi la Bénédiction apostolique, que je vous donne de tout cœur, ainsi qu'à vos communautés.

 

 

© Copyright 2010 - Libreria Editrice Vaticana

    

top