The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
À LA COMMUNAUTÉ DU VÉNÉRABLE COLLÈGE ANGLAIS DE ROME

Lundi 3 décembre 2012

 

Eminence,
chers frères dans l’épiscopat,
Mgr Hudson,
étudiants et personnel du vénérable collège anglais,

C’est pour moi un grand plaisir de vous accueillir aujourd’hui au Palais apostolique, la Maison de Pierre. Je salue mon vénérable frère, le cardinal Cormac Murphy-O’Connor, ancien recteur du collège, et je remercie S.Exc. Mgr Vincent Nichols pour ses aimables paroles, prononcées au nom de toutes les personnes présentes. Je repense moi aussi aux journées passées dans votre pays en 2010, avec un sentiment d’action de grâce dans le cœur. En effet, j’ai été heureux de rencontrer certains d’entre vous au Collège Oscott à cette occasion, et je prie pour que le Seigneur continue à susciter de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce et à la vie religieuse dans votre pays.

Par la grâce de Dieu, la communauté catholique d’Angleterre et du Pays de Galles possède une longue tradition de zèle pour la foi et de loyauté au siège apostolique. A peu près au même moment où vos ancêtres saxons édifiaient la Schola Saxonum, établissant une présence à Rome proche de la tombe de Pierre, saint Boniface œuvrait à l’évangélisation des peuples en Allemagne. Ainsi, en tant qu’ancien prêtre et archevêque du Siège de Munich et Freising, qui doit sa fondation à ce grand missionnaire anglais, je suis conscient que mon ascendance spirituelle est liée à la vôtre. Naturellement, auparavant, mon prédécesseur le Pape Grégoire le grand avait été poussé à envoyer Augustin de Canterbury sur vos côtes, pour planter la semence de la foi chrétienne sur la terre anglo-saxonne. Les fruits de cet effort missionnaire ne sont que trop évidents au cours des 650 ans d’histoire de foi et de martyre qui caractérise l’hospice anglais de saint Thomas Becket et le vénérable collège anglais qui en découla.

Potius hodie quam cras, comme le dit saint Ralph Sherwin lorsqu’on lui demanda de prononcer le serment missionnaire, «aujourd’hui plutôt que demain». Ces paroles expriment bien son désir ardent de maintenir vivante la flamme de la foi en Angleterre, quel que soit le prix à payer. Ceux qui ont vraiment rencontré le Christ ne parviennent pas à garder le silence sur lui. Comme l’a dit saint Pierre lui-même aux anciens et aux scribes de Jérusalem, «Nous ne pouvons pas, quant à nous, ne pas publier ce que nous avons vu et entendu» (Ac 4, 20). Saint Boniface, saint Augustin de Canterbury, saint François Xavier, dont nous célébrons la fête aujourd’hui, ainsi que tant d’autres saints missionnaires, nous montrent qu’un amour profond pour le Seigneur suscite un désir profond de conduire les autres à le connaître; Vous aussi, en suivant les traces des martyrs du collège, êtes les hommes que Dieu a choisis pour diffuser le message de l’Evangile aujourd’hui en Angleterre et au Pays de Galles, au Canada, en Scandinavie. Vos ancêtres ont affronté un réel danger de martyre, et il est bon et juste que vous vénériez la glorieuse mémoire des quarante-quatre anciens élèves de votre Collège qui ont versé leur sang pour le Christ. Vous êtes appelés à imiter leur amour pour le Seigneur et leur zèle en vue de le faire connaître, potius hodie quam cras. Vous pouvez remettre avec confiance les conséquences, les fruits, entre les mains de Dieu.

Votre première tâche consiste donc à apprendre à connaître vous-mêmes le Christ, et la période que vous passez au séminaire vous offre une occasion privilégiée de le faire. Apprenez à prier chaque jour, en particulier en présence du Très Saint Sacrement, dans l’écoute attentive de la Parole de Dieu et en laissant le cœur parler au cœur, comme le dirait le bienheureux John Henry Newman. Rappelez-vous des deux disciples du premier chapitre de l’Evangile de saint Jean, qui ont suivi Jésus et qui voulaient savoir où il demeurait et, comme eux, répondez avec enthousiasme à son invitation: «Venez et voyez» (1, 37, 39). Laissez le charme de sa personne capturer votre imagination et réchauffer votre cœur. Il vous a choisis pour être ses amis, pas ses serviteurs, et il vous invite à participer à son œuvre sacerdotale d’apporter le salut au monde. Mettez-vous entièrement à sa disposition et permettez-lui de vous former, quelle que soit la tâche qu'il à l’esprit pour vous.

Vous avez beaucoup entendu parler de la nouvelle évangélisation, la proclamation du Christ dans les régions du monde où l’Evangile a déjà été prêché, mais où, à un degré plus ou moins important, les braises de la foi se sont refroidies et doivent à présent être ravivées pour produire une flamme nouvelle. La devise de votre collège évoque le désir du Christ d’apporter le feu sur terre, et votre mission est de lui servir d’instrument dans la tâche de raviver la foi dans vos pays respectifs. Dans l’Ecriture Sainte, le feu sert souvent à indiquer la présence divine, qu’il s’agisse du buisson ardent à partir duquel Dieu a révélé son nom à Moïse, de la colonne de feu qui a guidé le peuple d’Israël sur son chemin de l’esclavage à la liberté, ou des langues de feu qui sont descendues sur les apôtres à la Pentecôte, leur permettant de continuer, par la puissance de l’Esprit, à proclamer l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre. Tout comme une petite flamme peut embraser une forêt tout entière (cf. Jc 3, 5), ainsi, le témoignage fidèle de quelques-uns peut libérer la puissance purificatrice et transformatrice de l'amour de Dieu, afin qu’il se répande comme une traînée de poudre dans une communauté ou une nation. Comme les martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles, laissez alors vos cœurs brûler d’amour pour le Christ, pour l’Eglise et pour la Messe.

Au cours de ma visite au Royaume-Uni, j’ai constaté qu’il existe une grande soif spirituelle chez les personnes. Apportez-leur la véritable nourriture qui vient de la connaissance, de l’amour et du service du Christ. Révélez-leur la vérité de l’Evangile avec amour. Offrez-leur l’eau vive de la foi chrétienne et indiquez-leur le pain de vie, afin que leur faim et leur soif puissent être assouvies. Mais par dessus tout, laissez la lumière du Christ briller à travers vous en menant des vies de sainteté, en suivant les pas des nombreux grands saints d’Angleterre et du Pays de Galles, des saints hommes et femmes qui ont témoigné de l’amour de Dieu, même au prix de leur vie. Le Collège auquel vous appartenez, le milieu dans lequel vous vivez et étudiez, la tradition de foi et le témoignage chrétien qui vous a formés: toutes ces choses ont été sanctifiées par la présence de nombreux saints. Que votre aspiration soit d’être comptés à leur nombre.

Soyez assurés de mon souvenir affectueux dans mes prières pour vous et pour tous les élèves du vénérable Collège anglais. Je fais mienne la salutation entendue si souvent sur les lèvres d’un grand ami et voisin du Collège, saint Philippe Neri, Salvete, flores martyrum! En vous confiant, ainsi que tous ceux auxquels le Seigneur vous envoie, à l’intercession bienveillante de Notre-Dame de Walsingham, je vous donne avec joie ma Bénédiction apostolique en signe de paix et de joie dans le Seigneur Jésus Christ. Merci.

 

© Copyright 2012 - Libreria Editrice Vaticana

top