The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 16 septembre 1979

 

1. Me voici de nouveau parmi vous pour la récitation de l’Angélus sur cette place si évocatrice, dominée par la majestueuse coupole de Michel-Ange et délimitée par la puissante colonnade du Bernin qui accueille et serre entre ses bras les gens de tous pays venant ici pour rendre hommage à la mémoire de l’apôtre Pierre et entendre la voix de son humble successeur.

J’aime lire dans votre présence d’aujourd’hui, particulièrement nombreuse et joyeuse, l’intention de saluer le Pape et de lui souhaiter la bienvenue au moment où il revient chez lui après une absence de deux mois. C’est une pensée délicate et aimable dont je vous suis sincèrement reconnaissant.

2. Nous nous rencontrons à ce rendez-vous de prière alors que vient de se terminer la sainte messe que j’ai célébrée dans la basilique vaticane pour l’éternel repos de la grande et chère âme du Pape Paul VI qui, il y a plus d’un an, a quitté cette terre « dramatique et magnifique » — selon l’expression employée dans son testament — pour entrer avec le Christ dans l’amour éternel de Dieu.

La commémoraison de mon prédécesseur, qui a aimé l’Église et l’humanité avec une extraordinaire intensité, en se dépensant inlassablement, doit nous inciter à mettre en pratique dans notre vie ce qu’il a enseigné pendant les quinze années de son inlassable service du Peuple de Dieu.

3. Je voudrais aussi, aujourd’hui, tourner ma pensée et mon cœur vers mes frères dans l’épiscopat qui, cette année, accomplissent leur visite « ad limina apostolorum » (au seuil des apôtres). Je voudrais que ces visites trouvent un écho dans notre commune prière de l’Angélus. Elles servent ainsi également à renforcer les liens par lesquels se construit constamment la collégialité de l’Épiscopat, car elles sont une façon particulière d’affirmer ces liens. Les rencontres avec les évêques de tant de pays nous donnent l’occasion de prendre conscience ensemble de tout ce qui, par notre commune mission dans l’unique Église du Christ, nous unit et nous rassemble : les tâches, les sollicitudes, les joies et les tristesses, les préoccupations et les espérances qui nous sont communes. C’est dans cet esprit que je salue tous mes frères dans l’épiscopat qui accomplissent leur visite « ad limina », c’est dans cet esprit que je les rencontre, et c’est dans ce même esprit que maintenant je voudrais prier avec vous et avec tous ceux qui nous écoutent pour tous les évêques du monde et pour les différentes Églises au service desquels l’Esprit-Saint les a constitués pasteurs (cf. Ep 4, 11).

4. Je pense en particulier aujourd’hui aux évêques des Antilles et des Caraïbes, que j’ai reçus en audience le 4 mai dernier. Je me souviens avec plaisir de la rencontre fraternelle que j’ai pu avoir avec eux et des précieuses informations qu’ils m’ont apportées sur la vie de leurs Églises.

Il s’agit de communautés chrétiennes en expansion, avec un clergé indigène déjà bien organisé qui remplace progressivement les missionnaires venant de l’extérieur. Ce qui est intéressant, à ce propos, c’est l’augmentation des vocations sacerdotales constatée ces dernières années : l’âge moyen du clergé s’y situera autour de quarante-sept ans, au lieu de cinquante et un dans le reste du monde. Les catéchistes, à la formation desquels les évêques consacrent un soin particulier, jouent un rôle important dans l’évangélisation. On compte beaucoup sur les jeunes générations qui arrivent maintenant sur la scène de la vie ecclésiale et sociale de ces pays. Les évêques espèrent que ces nouvelles générations, nourries de la parole de Dieu et du pain eucharistique, pourront se développer d’une façon saine et généreuse, de telle sorte qu’elles deviennent le signe de la vitalité et du dynamisme de leurs communautés.

Quelques chiffres : sur une population d’environ 10 millions et demi d’habitants, les catholiques sont environ 5 millions, c’est-à-dire 48 %. Il y a environ 1500 prêtres, dont un millier de religieux. Il y a 17 évêques résidentiels et 7 évêques au repos.

Que ces informations, nécessairement succinctes, servent à établir un « pont spirituel » entre nous et ces frères des lointaines îles des Caraïbes. Prions pour eux Marie avec une confiance filiale.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

      

top