The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

ANGÉLUS

Dimanche 20 janvier 1980

 

Loué soit Jésus-Christ ! Que son règne vienne !

1. La Semaine annuelle de prières pour l’Unité des chrétiens a débuté vendredi dernier. Je voudrais vous exhorter aujourd’hui, vous et tous ceux à qui parvient ma parole, à vous unir à ce chœur formé par de nombreuses voix — voix des catholiques, des orthodoxes, des protestants — qui s’élèvent unanimement vers notre Père qui est aux cieux, dans une prière unie et fervente.

La prière pour l’unité des chrétiens est en effet en train d’enregistrer une diffusion croissante dans le monde entier, spécialement au cours de cette semaine et aussi durant la semaine de la Pentecôte comme il arrive dans quelques pays de l’hémisphère sud.

Grâce à Dieu, on se rend de plus en plus compte que l’unité des chrétiens est toujours plus urgente dans notre temps pour que l’Église puisse remplir sa mission avec plus d’efficacité et donner son témoignage de pleine fidélité au Seigneur et de proclamation de l’Évangile. La division, nous a averti le Décret conciliaire sur l’œcuménisme, « s’oppose ouvertement à la volonté du Christ. Elle est pour le monde un objet de scandale et elle fait obstacle à la plus sainte des causes : la prédication de l’Évangile à toute créature » (Unitatis redintegratio, 1).

Moi aussi, je prie tous les jours pour l’unité. Et, cette année, j’ai eu de nombreuses occasions pour prier fraternellement avec les autres représentants des autres Églises et Communautés ecclésiales. Comment ne pas rappeler la prière que j’ai eu la joie d’élever vers le Seigneur en même temps que le Patriarche œcuménique Dimitrios Ier, à Constantinople, lors de la fête de saint André, le frère de Pierre ? Ou comment oublier les rencontres avec les représentants des autres Églises au cours de mon voyage en Irlande et aux États-Unis d’Amérique ?

Mais ici aussi à Rome, dans des circonstances particulières — comme la fête de saint Pierre et de saint Paul — et dans mes rencontres hebdomadaires des membres d’autres Églises que je vois toujours avec une grande affection et avec gratitude, s’unissent à la réflexion commune et à la prière.

La rencontre dans la prière est la rencontre la plus vraie. Elle est la rencontre devant le Seigneur. Elle est la rencontre dans le Seigneur qui nous a tous appelés à entrer dans son règne.

2. « Que ton règne vienne. » Les chrétiens du monde entier réfléchissent et prient pour la pleine unité sur ce thème cette année.

L’unité de nous tous qui avons accueilli le Christ comme Seigneur, qui avons été incorporés à lui par le baptême et dont nous nous sommes revêtus, est dans la ligne de la réalisation des exigences du règne de Dieu.

Les chrétiens qui veulent être cohérents avec leur vocation et avec leur mission, doivent donc tendre et collaborer à refaire l’unité. Dans ce but, la recherche de l’unité « doit dans un certain sens devenir une composante nécessaire des programmes pastoraux » de l’Église catholique et des autres Églises chrétiennes (audience générale du 5 décembre).

3. La prière qui s’élève vers Dieu dans le monde entier en cette Semaine pour l’Unité des chrétiens, raffermira l’engagement de chacun, selon sa propre fonction et les dons reçus, à donner sa contribution à cette recherche, réchauffera le cœur et l’espérance de manière à poursuivre dans la joie et dans la confiance sur les voies du Seigneur, qui, certainement nous conduisent à la pleine unité et à son royaume.

C’est pour cela également que nous ici, maintenant, nous prions la « Theotokos », la Mère de Dieu qui a porté le Christ, vrai Dieu et vrai homme, le Prince de la paix, celui qui réalise en nous, avec le Saint-Esprit, le règne de Dieu.

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

top