The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

ANGELUS

Dimanche 28 février 1999

 

1. Le temps de Carême, nous invite, outre à la prière, à la pénitence et au jeûne, également à intensifier les gestes de charité concrète que le langage biblique qualifie souvent en employant le terme d'«aumône».

A ce propos, Jésus met en garde contre le risque de la complaisance: la charité n'est pas authentique si elle recherche la louange des hommes (cf. Mt 6, 2-3). D'autre part, Il recommande aux disciples: «Afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux» (Mt 5, 16). Nos actions sont «belles» lorsqu'elles reflètent la lumière de Dieu, et il est donc juste que ce soit à Lui qu'en reviennent le mérite et la gloire.

2. En cette dernière année de préparation au grand Jubilé, au cours de laquelle nous tournons notre regard vers Dieu le Père, il est important de souligner la «plus grande» (1 Co 13, 13) des vertus chrétiennes, c'est-à-dire la charité, en rappelant l'affirmation synthétique et prégnante de la première Epître de Jean: «Dieu est amour» (4, 8.16). La charité, sous son double aspect d'amour pour Dieu et pour les frères, est la synthèse de la vie spirituelle et morale du croyant et trouve en Dieu même sa source et son sommet (cf. Tertio millennio adveniente, n. 50).

J'ai écrit dans le Message pour le Carême que «l'expérience de l'amour du Père pousse le chrétien à faire de lui-même un don vivant, dans une logique de service et de partage qui l'ouvre à l'accueil de ses frères». En rappelant ensuite qu'«il y a d'immenses domaines dans lesquels l'Eglise, au cours des siècles, a témoigné par la parole et par les œuvres, de l'amour de Dieu», j'ai ajouté qu'«aujourd'hui encore s'ouvrent devant nous de vastes espaces dans lesquels la charité de Dieu doit se faire présente par l'œuvre des chrétiens. Les nouvelles pauvretés et les nouvelles interrogations qui angoissent beaucoup de cœurs attendent des réponses concrètes et appropriées. Ceux qui sont seuls, ceux qui se trouvent en marge de la société, ceux qui ont faim, ceux qui sont victimes de la violence, ceux qui n'ont pas d'espérance, doivent pouvoir sentir, dans la sollicitude de l'Eglise, la tendresse du Père des cieux qui, depuis les origines du monde, a pensé à chaque homme pour le combler de sa bénédiction» (n. 3).

Très chers amis, prions la Vierge Marie afin qu'en ce temps de Carême, elle aide les disciples du Christ à placer au centre de leur vie la charité et à prendre exemple sur elle dans l'examen de conscience quotidien. Face à la tentation de se replier sur soi, l'engagement d'offrir son aide aux autres, sans rien attendre en retour, est une voie précieuse pour faire l'expérience dans sa vie de l'amour de Dieu.

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top