The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

REGINA CÆLI

Castel Gandolfo, le 5 avril 1999,
«Lundi de l'Ange»

 

1. L'annonce «Le Christ, mon espérance, est ressuscité!» (Séquence) continue à retentir dans la liturgie d'aujourd'hui. C'est ainsi que se prolonge et s'amplifie, dans l'Eglise et dans le cœur des fidèles, la joie spirituelle de Pâques. La résurrection du Christ constitue l'événement le plus bouleversant de l'histoire humaine. Et cet événement a donné une nouvelle espérance à tous: à présent, espérer ne signifie plus attendre que quelque chose ait lieu. C'est être certains que quelque chose a eu lieu, car «le Seigneur est ressuscité et il est immortel»! La première fois, les paroles qui proclamaient la Résurrection furent prononcées par un Ange à côté de la tombe vide du Christ. Il dit aux femmes qui s'étaient rendues au sépulcre à l'aube du premier jour après le samedi: «Il n'est pas ici, car il est ressuscité comme il l'avait dit» (Mt 28, 5). Celles-ci «pleines de joie coururent» (Mt 28, 8) porter la nouvelle aux disciples. Pour les disciples, effrayés et découragés, l'annonce du messager céleste, rendue encore plus évidente par les apparitions du Ressuscité, offrit la confirmation de ce que le Seigneur avait préannoncé. Réconfortés par cette certitude et emplis de l'Esprit Saint, ils parcoureront ensuite les routes du monde pour faire retentir la joyeuse annonce pascale.

2. Très chers frères et sœurs, en ce «Lundi de l'Ange», la liturgie nous invite à écouter à nouveau les paroles de l'ange qui nous rapportent, à nous aussi, le grand événement de ce jour. En elles reposent le centre vivant du christianisme. Elles désignent le mystère qui explique tout. Après les rites de la Semaine sainte, nos yeux contemplent à présent le Christ ressuscité. Nous sommes nous aussi appelés à le rencontrer personnellement et à devenir ses hérauts et ses témoins, comme le furent les femmes et les disciples. «Le Christ, mon espérance, est resuscité!», répétons-nous aujourd'hui, en l'invoquant pour qu'il nous donne le courage de la fidélité et la persévérance dans le bien. Nous invoquons surtout la paix, don qu'il a obtenu pour nous grâce à sa mort et sa résurrection. Nous prions afin que le don précieux de la paix soit en particulier accordé à nos frères du Kosovo, où les cloches de Pâques n'ont pas sonné pour la fête et où, malheureusement, la guerre se poursuit avec des destructions, des déportations et des morts.

3. Nous confions à Marie notre invocation pleine d'inquiétude. «Reine du ciel», Toi qui te réjouis car «Celui que tu as porté dan ton sein est ressuscité», obtiens le réconfort et l'assistance pour les réfugiés et ceux qui souffrent à cause de la guerre. Obtiens la sérénité et la paix pour le monde entier.

Le Saint-Père ajoutait:

Je salue cordialement les habitants de Castelgandolfo, qui m'accueillent toujours avec beaucoup d'égard et ceux qui sont venus ici passer une journée sereine de détente. Nous ne pouvons cependant pas oublier ceux qui traversent en revanche des moments de grande souffrance. Je pense avec affection aux si nombreux réfugiés du Kosovo, qui se trouvent dans des conditions dramatiques. Je remercie de tout cœur ceux qui cherchent généreusement à les aider. J'exprime ma reconnaissance particulière à l'Italie qui est engagée en Albanie, ainsi que sur le territoire national, dans une vaste et généreuse action de secours, intitulée «Arc-en-ciel». J'encourage les institutions publiques et privées, les organismes de volontariat et les individus à intensifier leurs efforts pour venir en aide à nos frères si durement éprouvés.

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top