The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

ANGELUS 

Dimanche 31 décembre 2000, fête de la Sainte Famille



Très chers frères et soeurs!

1. Dans le climat de joie qui est propre à Noël, nous célébrons aujourd'hui la Fête de la Sainte Famille. Elle tombe cette année le 31 décembre, le dernier jour de l'année. N'y a-t-il pas quelque chose de providentiel dans le fait que l'An 2000, l'année qui scelle un millénaire, se conclut sous le signe de la famille?

De la crèche, notre regard se tourne en esprit vers l'humble demeure de Nazareth. Jésus, qui s'est fait notre frère, a voulu passer à travers l'expérience de la famille. Il s'est ainsi inscrit dans la première cellule fondamentale de regroupement social, en donnant de la sorte une reconnaissance de validité éternelle à la plus commune des institutions humaines.
Pour nous croyants, la famille, reflet de la communion trinitaire, a comme modèle celle de Nazareth, à l'intérieur de laquelle s'est déroulée la vie humaine du Rédempteur et de ses parents. Nous pensons aux difficultés que Marie et Joseph ont dû affronter à l'occasion de la naissance de Jésus; et ensuite lors de l'exile en Egypte, pour fuir les persécutions d'Hérode. Nazareth est également devenue le symbole de cette "normalité" de la vie quotidienne qui distingue l'existence de chaque famille.

2. En considérant aujourd'hui cette Maison sainte, la pensée se tourne vers les nombreuses familles qui, à notre époque, se trouvent dans des situations difficiles. Certaines sont marquées par une pauvreté extrême, d'autres sont obligées de chercher dans des pays étrangers ce qui manque malheureusement dans leur patrie, d'autres encore rencontrent en leur sein de sérieux problèmes en raison du rapide changement culturel et social qui les bouleverse parfois. Et que dire des nombreuses atteintes portées à l'institution même de la famille? Tout cela révèle combien il est urgent de redécouvrir la valeur de la famille et de l'aider de toutes les façons possibles à être, comme Dieu l'a voulu, un milieu vital où chaque enfant qui vient au monde est accueilli dès sa conception avec tendresse et gratitude; un lieu où l'on respire un climat serein qui favorise chez chacun de ses membres un développement humain et spirituel harmonieux.

Puisse la Sainte Famille, que nous célébrons aujourd'hui, obtenir ce don pour chaque cellule familiale, et l'aider à devenir une petite "église domestique", école de vertus humaines et religieuses.

3. Aujourd'hui, 31 décembre, se conclut une autre année de notre vie et de l'histoire. Une année sans aucun doute particulière, parce qu'elle est l'année du grand Jubilé, au cours de laquelle  nous  avons  rencontré chez beaucoup d'hommes et de femmes des signes de bonne volonté, ainsi qu'un authentique désir de réconciliation avec Dieu et avec les frères.

Alors que cette année se termine, nous invoquons le pardon du Seigneur pour les manquements qui ont marqué notre existence personnelle et communautaire. Ce n'est qu'ainsi que l'action de grâce pour les multiples bienfaits reçus peut être véritable et sincère. Les motifs pour lesquels nous sentons que nous devons rendre grâce au Seigneur, au terme de cette année 2000, sont vraiment nombreux. Nous le faisons, à travers Marie, avec la prière de l'Angelus.

 

© Copyright 2000 - Libreria Editrice Vaticana


top