The Holy See
back up
Search
riga

JEAN-PAUL II

ANGELUS

Castel Gandolfo
Dimanche 8 septembre 2002

 

1. Dans la page évangélique d'aujourd'hui, Jésus dit à ses disciples: "Si deux d'entre vous, sur la terre, unissent leur voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux" (Mt 18, 19). Ces paroles, accueillies avec foi, ouvrent le coeur à la confiance. Dieu est le Père miséricordieux, qui écoute l'appel de ses fils adoptifs.

Lorsque les croyants prient, ils touchent le coeur de Dieu, pour lequel rien n'est impossible. Pour cela, comme je l'ai écrit dans Novo millennio ineunte, il faut qu'ils se distinguent "dans l'art de la prière" (n. 32), afin que toutes les communautés chrétiennes deviennent d'"authentiques écoles de prière" (n. 33).

2. Malheureusement, nous assistons souvent à des épisodes et à des événements dramatiques, qui sèment dans l'opinion publique l'égarement et l'angoisse. L'homme moderne apparaît sûr de lui, et pourtant, en particulier dans des moments cruciaux, il doit se mesurer à son impuissance: il ressent l'incapacité à intervenir, et, par conséquent, il vit dans l'incertitude et dans la peur. C'est dans la prière récitée avec foi que réside le secret pour affronter, non seulement dans les situations d'urgence, mais jour après jour, les difficultés et les problèmes personnels et sociaux. Celui qui prie ne se décourage pas même devant les difficultés les plus graves, car il sent Dieu à ses côtés et trouve refuge, sérénité et paix entre ses bras paternels. En s'ouvrant avec confiance à Dieu, nous nous ouvrons avec une plus grande générosité au prochain; nous devenons capables de construire l'histoire selon le projet divin.

Très chers frères et soeurs, "il faut que l'éducation à la prière devienne en quelque sorte un point déterminant de tout programme pastoral" (ibid., n. 34). Il est très important de prier chaque jour, personnellement et en famille. Que prier, et prier en famille, représente le souffle quotidien des familles, des paroisses et de toute communauté.

Le Saint-Père s'est ensuite adressé aux pèlerins de langue française:

3. Je salue avec joie les pèlerins de langue française. Soyez unis comme des frères, responsables les uns des autres pour demander au Père ce qui est bon pour toute l'humanité, surtout la justice et la paix dont les hommes ont tant besoin. Je vous bénis de grand coeur.

Après les saluts en langues anglaise, allemande, espagnole, portugaise et italienne, le Saint-Père poursuivait sa méditation de l'Angelus:

4. Que Marie nous aide à comprendre la grande valeur de la prière, union intime de l'âme avec Dieu. Aujourd'hui, nous rappelons le mystère de sa Nativité, pour lequel le peuple chrétien nourrit depuis toujours une profonde dévotion. Nous demandons à la Sainte Vierge d'ouvrir notre coeur à une plus grande confiance envers le Seigneur qui, en Elle, humble et docile servante, a accompli de grandes merveilles!

 

© Copyright 2002 - Libreria Editrice Vaticana

 

top