The Holy See
back up
Search
riga

MESSE CÉLÉBRÉE EN POLONAIS DANS LA CHAPELLE SIXTINE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

7 janvier 1979

 

Très chers Frères et Sœurs en le Christ,

Avec vive émotion je célèbre l'Eucharistie dans ma langue natale. Je le fais en la Chapelle Sixtine, on ce lieu où le 16 octobre 1978 j'ai entendu le nouvel appel du Seigneur, où je l'ai accepté dans un esprit d'obéissance et de foi envers Mon Sauveur et de pleine confiance envers, la Vierge, Mère de Dieu et Mère de l'Eglise. Aujourd'hui au même endroit, je célèbre pour la première fois l'Eucharistie dans ma langue maternelle, profitant de l'invitation de Radio Vatican qui, dorénavant, transmettra chaque dimanche la Sainte Messe en langue polonaise à l'intention de tous ceux qui éprouvent des difficultés à participer à la Messe. J'exprime donc ma grande joie et mes remerciements à Dieu pour cette initiative qui satisfait au désir depuis longtemps manifesté par mes compatriotes en Pologne et dans le monde entier. On sait que dans les différents pays du monde la langue de nos pères n'a pas cessé d'être celle de la prière pour de nombreuses personnes. Je suis heureux de pouvoir aujourd'hui, grâce aux ondes radiophoniques, les rejoindre, avec tous les fidèles ici présents, dans l'unité du sacrifice eucharistique. Je crois, en toute confiance, que je pourrai de la même manière, me rencontrer et m'unir avec mes frères et mes sœurs également dans les autres langues. Cette unité dans l'Eucharistie, dans la liturgie de la Parole, dans la liturgie du sacrifice fait du corps et du sang du Christ, je la considère comme essentielle et fondamentale pour le Successeur de Pierre, pour cet Apôtre à qui le Seigneur a dit: "Toi, donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères" (Lc 22, 32). Quand aujourd'hui, en célébrant le sacrifice du Christ, je vous rencontre, mes très chers compatriotes, je me souviens de ces rencontres annuelles où, comme Archevêque de Cracovie, je considérais comme un honneur de me retrouver avec les représentants de toutes les paroisses de notre cité royale. Cette rencontre avait toujours lieu le jour de la fête des Rois Mages, au cours de la Messe célébrée le soir en la Cathédrale de Wavel. A ce moment nous échangions également les vœux pour l'Année Nouvelle. Aujourd'hui, en cette circonstance si particulière, je veux répéter ces vœux. Voilà qu'en ce moment se trouvent réunis en la Chapelle Sixtine les représentants de l'Archidiocèse de Cracovie et des Polonais résidant à Rome qui, hier, sont venus ici pour participer à la consécration épiscopale de mon successeur au siège archiépiscopal de Cracovie. A eux tous, et particulièrement au Métropolitain de Cracovie, j'adresse tous mes vœux que je prends au coeur même de l'Eucharistie.

Je suis content de votre présence, très chers frères et sœurs qui êtes venus de ma bien-aimée ville de Cracovie, et de l'Archidiocèse; permettez-moi de donner beaucoup plus d'extension à ces vœux et de les adresser à notre chère patrie tout entière, à tous nos compatriotes, à tous ceux qui m'écoutent en ce moment, puis aussi à tous ceux qui ne peuvent m'écouter. J'adresse ces vœux à toutes les familles, à toutes les générations, aux personnes âgées, aux souffrants, aux malades, aux hommes en pleine vigueur, aux parents et aux éducateurs; en même temps, à toute la jeunesse et à tous les enfants; aux hommes qui travaillent durement, physiquement, aux hommes de science et de culture. Ces vœux, je les adresse à toutes les professions sans exceptions. Chaque année, au mois de janvier, entre groupes divers, à l'occasion de 1'"oplatek" (note du traducteur: l'oplatek est le pain bénit que les familles se partagent en signe d'unité). Aujourd'hui je romps en esprit l'oplatek en présence de vous tous. Par ce geste au début de l'an, par ce geste de la main et du cœur, je veux rejoindre toute l'Eglise de Pologne, tous les diocèses et toutes les paroisses les religieux et les religieuses, tous les prêtres, tous mes frères en l'Episcopat, avec, premier de tous, notre bien-aimé Primat. Je me rends en esprit près de tous les centres catholiques d'études supérieures, près de tous les séminaires, près de toutes les associations de jeunesse, recueillies dans leurs retraites spirituelles, dans le travail pour former l'homme nouveau en Jésus-Christ.

L'année 1979 est celle du jubilé de Saint Stanislas: le neuvième centenaire de son martyre. En vue du jubilé de ce patron des Polonais, au début de cette année jubilaire, je forme avant tout des vœux pour l'unité spirituelle. Saint Stanislas, par son sacrifice d'abord, sa canonisation ensuite, est devenu la source et l'inspiration de cette unité pour nos ancêtres. Aujourd'hui nous avons besoin de la même unité spirituelle de notre patrie, après toutes les épreuves qui ont marqué son histoire. Nous avons besoin de l'unité de l'esprit et de la force de l'esprit. Ce sont là mes vœux les plus chaleureux. Je désire que ces vœux parviennent à tous. Je souhaite que ceux qui sont au pouvoir puissent bien servir pour le bien commun de toute la nation. La nation pour laquelle de tout mon cœur je désire la paix; pour laquelle, en tant qu'un de ses fils, je désire tout le bien; elle mérite d'être respectée dans la grande famille des nations. Pendant un millénaire, cette Eglise a fidèlement et tenacement servi la nation et encore aujourd'hui elle sert la nation.

Dans la liturgie d'aujourd'hui le Prophète Isaïe parle du futur Messie, du Christ:

"Voici mon serviteur que Je soutiens, Mon élu en qui mon âme se complaît. J'ai mis mon esprit en lui. Il fera connaître aux nations un jugement. Il ne criera pas, il n'élèvera pas la voix, il ne fera pas entendre sa parole dans la rue. Il ne brisera pas le roseau ployé et n'éteindra pas la mèche qui faiblit. Il fera connaître le jugement selon la vérité. Il ne faiblira pas, il ne ploiera pas, jusqu'à ce qu'il ait imposé sur la terre le jugement et les îles entendront son enseignement" (Is 42, 1-4).

Je souhaite que le Christ, Jésus-Christ, soit avec vous tous pendant l'année qui vient de commencer, l'année 1979 après sa naissance. Anno Domini! Amen!

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

 

top