The Holy See
back up
Search
riga

VISITE À L'ÉGLISE SAINT-ANTOINE-DES-PORTUGAIS

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

22 mai 1979

 

Monsieur le Cardinal Patriarche et vénérables Frères dans l'Episcopat,
Excellences,
Très aimés Fils et Filles du Portugal "très fidèle".

Que la grâce ou Seigneur Jésus soit avec vous tous !

Oui, nous vous saluons très cordialement, avec estime et gratitude dans la joie de cette rencontre. Et à travers vous, vous spécialement, chers frères évêques et vous messieurs les ambassadeurs, je salue le cher peuple portugais.

C'est l'amour du Christ qui nous a rassemblés ici pour louer et remercier Dieu. Et la raison en est un appel et une réponse que nous vivons depuis huit siècles Cet appel a été adressé au Portugal par mon prédécesseur Alexandre III, dans la Bulle Manifestis probatum, envoyée à votre premier roi Dom Alphonse Henriques. Il y est dit : "Soumis et dévoué à la Sainte Eglise romaine exerce-toi... à ne pas t'écarter des frontières de la foi chrétienne, reste lié au Siège apostolique en fils dévoué et fier et porte lui un amour fidèle" (1). Et la réponse a été donnée par le Portugal tout au long de son histoire.

En cette date significative, ici dans l'église de Saint-Antoine des Portugais, toute proche du tombeau de Saint-Pierre, parmi les motifs de joie commune — comme l'a souligné M. le Cardinal Patriarche — nous devons remercier Dieu surtout des relations qui ont existé entre le Portugal et le Siège apostolique, au cours de ces huit siècles d'histoire parcourus ensemble.

Ce qui caractérise ce cheminement commun peut sans doute se résumer ainsi: fidélité à l'Eglise, mère et maîtresse des peuples, de la part du Portugal, depuis que son premier roi, par la lettre Claves regni a fait hommage du Portugal (2) à l'Eglise romaine ; et bonne volonté de la part du Saint-Siège qui a accordé au Portugal le titre de "très fidèle", dans la personne de ses souverains (3).

Dans l'assemblée choisie, qui prie aujourd'hui avec le Pape, je vois l'héritage et l'identité du Portugal chrétien, avec ses fidélités anciennes et nouvelles, avec ses aspirations passées et présentes. En ce moment, il y a dans notre cœur, et elle est connue de Dieu, l'évocation respectueuse et la juste mention des personnes et des faits qui, dans votre patrie, ont marqué la vie de l'Eglise, une et unique, toujours et de toutes parts sollicitée par la vocation de l'homme dans le Christ (4).

Notre liturgie d'action de grâces au Seigneur cherchera à rappeler seulement trois coordonnées de la fidélité à Dieu et à l'Eglise dans la vie chrétienne et dans la piété du cher peuple portugais, ainsi que tant d'autres motifs de joie dans le Seigneur et de stimulation pour l'avenir. Et voici quelles sont ces coordonnées :

— le Christ, rédempteur et sauveur; ce n'est pas par hasard qu'il figure, symbole expressif, à l'angle du drapeau de votre patrie, et cette croix rappelait aux bateaux du XVIe siècle, lancés dans une glorieuse aventure, que c'était aussi pour un motif de "hardiesse chrétienne" (5).

— la Vierge très sainte, mère de Dieu et mère de l'Eglise, notre Dame, comme vous aimez l'appeler, celle qui dans la "Casa Lusitana" et la "Terre de Sainte Marie" est passée à un certain moment de l'appelation de "Dame" à celle de "Reine du Portugal (6) ;

— la vie d'une dimension essentielle à l'Eglise qui est celle d'être missionnaire par nature (7) : l'œuvre d'évangélisation réalisée constitue une des plus pures gloires religieuses du Portugal (8).

A la lumière du passé, cette belle rencontre d'aujourd'hui — le Portugal du présent et le présent de l'Eglise dans votre patrie qui rencontrent le successeur de Saint Pierre — est une proposition de continuité dans la ligne de vos fidélités. Plaise à Dieu que tous les Portugais à la recherche du bien commun — selon Dieu comme loi suprême de toute la société — s'engagent à cultiver les valeurs spirituelles, dans un climat social de moralité, de justice de paix et d'amour fraternel.

Oui, chers Portugais : cultivez la dignité personnelle, conservez le bon esprit de famille et respectez la vie et le Seigneur de la vie et le Seigneur de l'histoire ; que dans la vie et le témoignage de votre option pour le Christ, vous continuiez à entendre votre chevaleresque "et généreux exploit de sainte chrétienté" (9).

En vous ici présents, je bénis votre terre et votre peuple — les personnes, les familles et les communautés, ainsi que ceux dont vous répondez sans oublier vos immigrants et avec une particulière affection, nos frères évêques. Le Pape vous aime tous et a confiance en vous !

Tournons notre esprit et notre cœur vers le Christ "duquel procèdent toutes choses et pour qui sont toutes choses" (He 2, 10). Dans cette Eucharistie, par la faveur de Notre-Dame et des saints de votre pays, nous continuons a louer, à remercier, et à prier Dieu le Père, pour le Portugal, en l'unité de l'Esprit Saint" Amen.


1) Alexandre III, Bulle Manifestis probatum, 23-5-1179 : Lisbonne, Torre do Tombo, Cx das Bulas, m. 16 doc. 20.

2) Cf. Dom Afonso Enriques, Lettre Claves Regni adressée au Pape Lucien II, 13-12-1143.

3) Cf. Benoît XIV, Bulle Charissime in Christo, adressée au roi du Portugal Don Jean V, 17-12-1748 : Bullarium Romanum, Venise 1778, t. III. p. 1.

4) Cf. Enc. Redemptor hominis, n. 18.

5) Camoes-Luis de, Lusiadas, Chant VII, 14.

6) Cf. Acte d'acclamation de Notre Dame de Conception comme patronne du Portugal par la cour de Lisbonne, relaté par Oliveira P. Miguel, Histoire ecclésiastique du Portugal, Lisbonne 1958, page 333 ss.

7) Cf. Concile Vatican II, Décret Ad Gentes, n. 1: AAS 58, 1966, p. 964.

8) Cf. Pie XII, Enc. Saeculo exeunte octavo adressée aux évéques portugais du 13-6-1940.

9) Camoes-Luis de, Lusiadas, Chant VII, 3.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

top