The Holy See
back up
Search
riga

MESSE POUR LES ENFANTS PREMIERS COMMUNIANTS

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

14 juin 1979

 

Très chers enfants,

Grande est ma joie à vous voir ici, si nombreux et si fervents, pour célébrer avec le Pape la fête liturgique du Corps et du Sang du Seigneur !

Je vous salue tous et chacun en particulier avec la plus profonde tendresse et je vous remercie de tout cœur pour être venus renouveler votre première communion avec le Pape et pour le Pape ; de même que je remercie les curés de vos paroisses, toujours dynamiques et zélés, et vos parents et familles qui vous ont préparés et accompagnés.

J'ai encore devant les yeux le spectacle impressionnait des innombrables multitudes rencontrées durant mon voyage en Pologne ; et voici maintenant le spectacle des petits enfants de Rome, voici votre merveilleuse innocence, vos yeux étincelants, vos sourires éclatants !

Vous êtes les favoris de Jésus : "Laissez venir à moi les petits enfants — disait le Divin Maître — ne les empêchez pas !" (Lc 18, 16). Vous êtes également mes préférés ! Chers garçonnets et fillettes ! Vous vous êtes préparés à votre première

Communion avec tant de sérieux et tant de zèle et votre première rencontre avec Jésus a été un moment d'intense émotion et de profond bonheur. Sou venez-vous toujours de ce jour béni de la première communion ! Rappelez-vous toujours votre ferveur et votre joie très pure !

Et aujourd'hui vous êtes venus ici pour renouveler votre rencontre avec Jésus. Vous ne pourriez me faire don plus beau, plus précieux !

De nombreux enfants avaient exprimé le désir de recevoir la première communion de la main du Pape. C'eut été, certes, une grande consolation pastorale pour moi de donner pour la première fois Jésus aux garçonnets et fillettes de Rome. Mais ce n'était pas possible, puis il est préférable que chaque enfant reçoive la première communion dans sa propre paroisse, de la main de son propre curé. Mais il m'est au moins possible aujourd'hui, dans ce vaste et magnifique cénacle, de donner la sainte communion à un groupe d'enfants qui vous représentent, englobant tous les autres dans mon amour. Et ceci est pour moi et pour vous une joie immense que vous n'oublierez jamais plus ! En même temps je veux vous laisser quelques pensées qui pourront vous servir pour maintenir votre foi toujours limpide, votre amour pour Jésus-Eucharistie toujours fervent, votre vie toujours innocente.

1. Jésus est présent parmi nous. Voilà la première pensée. Jésus est ressuscité, il est monté au ciel ; mais il a voulu rester avec nous et pour nous, en tous lieux de la terre. L'Eucharistie est vraiment une invention divine !

Avant de mourir sur la Croix, offrant sa vie au Père dans un sacrifice d'adoration et d'amour, Jésus institua l'Eucharistie, transformant le pain et le vin en sa propre personne et donnant aux apôtres et à leurs successeurs, les évêques et les prêtres, le pouvoir de le rendre présent dans la Sainte Messe.

Jésus a donc voulu rester avec nous pour toujours ! Jésus a voulu s'unir intimement à nous dans la sainte communion afin de nous démontrer, directement et personnellement, son amour. Chacun peut se dire "Jésus m'aime ! J'aime Jésus".

Rappelant le jour de sa première communion, sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus a écrit : "Oh, comme il fut doux le premier baiser que Jésus a donné à mon âme...! C'était un baiser d'amour, je me sentais aimée et je dis à mon tour : 'Je vous aime... je me donne à vous pour toujours' ...Thérèse avait disparu comme la goutte d'eau qui se perd au sein de l'océan. Restait seulement Jésus ; le maître, le Roi" (Thérèse de Lisieux, Histoire d'une âme, chapitre IV).

Et elle se mit à pleurer des larmes de joie et de consolation, au grand étonnement de ses compagnes.

Jésus est présent dans l'Eucharistie pour être abordé, aimé, reçu, consolé. Partout où il y a le prêtre, là Jésus est présent, parce que la mission et la grandeur du sacerdoce est précisément la célébration de la Sainte Messe.

Jésus est présent dans les grandes villes et dans les petits pays, dans les églises de montagne et dans les lointaines paillotes d'Afrique et d'Asie, dans les hôpitaux et dans les prisons ; même dans les camps de concentration était présent Jésus-Eucharistie !

Chers enfants ! Recevez souvent Jésus ! Demeurez en lui ; laissez-vous transformer par lui !

2. Jésus est votre plus grand ami. Voilà la deuxième pensée. Ne l'oubliez jamais ! Jésus veut être le plus intime de nos amis, notre compagnon de route.

Vous avez certainement beaucoup d'amis ; mais vous ne pouvez pas être toujours avec eux et ceux-ci ne peuvent pas toujours vous aider, vous écouter, vous consoler.

Jésus, par contre, est l'ami qui ne vous abandonne jamais ; Jésus vous connaît un à un, personnellement; il connaît votre nom, il vous suit, il vous accompagne, il marche avec vous chaque jour ; il prend part à vos joies et vous console dans les moments de tristesse, de douleur. Jésus est l'ami dont on ne peut plus se passer quand on l'a rencontré et que l'on a compris qu'il nous aime et demande notre amour.

Avec Lui, vous pouvez parler; vous pouvez vous confier à Lui, vous adresser à Lui avec affection et confiance. Jésus est mort sur la Croix directement par amour pour nous ! Faites un pacte d'amitié avec Jésus et ne le rompez jamais ! Dans toutes les situations de vote vie, tournez-vous vers l'Ami Divin, présent en nous avec sa "Grâce" présent avec nous et en nous dans l'Eucharistie.

Et soyez aussi les messagers et les témoins joyeux de l'ami Jésus dans vos familles, parmi vos compagnons, aux lieux de vos jeux et de vos vacances, dans cette société moderne souvent si triste et insatisfaite.

3. Jésus nous attend !

Voilà la dernière pensée.

La vie, longue ou brève, est un voyage vers le Paradis ; c'est là qu'est notre patrie ; c'est là qu'est notre vraie demeure ; là que nous avons rendez-vous !

Jésus nous attend au Paradis ! N' oubliez jamais cette suprême et réconfortante vérité. Et la Communion, qu'est-elle sinon une anticipation du Paradis ? En effet, dans l'Eucharistie, c'est le même Jésus qui nous attend et que nous rencontrerons un jour ouvertement dans les cieux.

Recevez souvent Jésus pour ne jamais oublier le Paradis, pour être toujours en marche vers la maison du Père céleste et avoir déjà un avant-goût du Paradis !

C'est ce qu'avait compris Domenico Savio qui eut la permission de recevoir la première communion à l'âge de sept ans et qui ce jour-là mit ses intentions par écrit : "Premièrement, je me confesserai très souvent et ferai la communion toutes les fois que mon confesseur m'en donnera la permission. Deuxièmement je veux sanctifier les jours de fête. Troisièmement : mes amis seront Jésus et Marie. Quatrièmement : la mort mais pas le péché".

Ce que le petit Domenico écrivait il y a bien longtemps (en 1949) a gardé toute sa valeur aujourd'hui et la gardera toujours.

Très chers petits, je conclus en vous disant, garçons et filles, de demeurer dignes de Jésus que vous recevez ! Soyez innocents et généreux ! Efforcez-vous de rendre la vie belle à tous avec l'obéissance, avec la gentillesse, avec la bonne éducation ! Le secret de la joie est la bonté !

Quant à vous, chers, parents et famille, je vous dis avec anxiété et confiance : aimez vos enfants, respectez-les, édifiez-les ! Soyez dignes de leur innocence et du mystère enclos dans leur âme créée... directement par Dieu ! Ils ont besoin d' amour, de délicatesse, de bon exemple, de maturité. Ne les négligez pas ! Ne les trahissez pas !

Je vous confie tous à la Très Sainte Vierge Marie, notre Mère du ciel, Etoile de la mer de notre vie : priez-la tous les jours, vous enfants ! Donnez-lui, à la Très Sainte Vierge, la main pour qu'elle vous conduise à recevoir saintement Jésus.

Et j'adresse également une pensée d'affection et de solidarité à tous les enfants souffrants, à tous les petits qui ne peuvent pas recevoir Jésus parce qu'ils ne le connaissent pas, à tous les parents qui ont été douloureusement privés de leurs enfants, ou amèrement déçus dans leurs expectatives.

Dans votre rencontre avec Jésus, priez pour tous, invoquez grâces et assistance pour tous !

Et priez aussi pour moi, vous qui êtes mes préférés.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

top