The Holy See
back up
Search
riga

CONCÉLÉBRATION EUCHARISTIQUE À L'OCCASION DE LA
Ve ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'UNION INTERNATIONALE
DES SUPÉRIEURES GÉNÉRALES (UISG)

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Chapelle Sixtine
Mercredi 14 novembre 1979

 

Chères sœurs dans le Seigneur,

C’est pour moi une grande joie de me trouver aujourd’hui avec vous qui êtes les déléguées particulièrement autorisées de la grande richesse que constitue la vie religieuse dans l’Église. En effet, grâce à elle, se trouve donné un témoignage particulièrement évident de ce que signifie le don total à l’amour et au service de Dieu. En même temps, je suis heureux de voir et de saluer en vous comme l’image de l’universalité de l’Église : vous représentez ici tous les continents, les différentes cultures, vous manifestez ensemble la réalisation multiforme de la réponse à l’appel du Seigneur. Par votre intermédiaire je désire réaffirmer à toutes les religieuses l’estime et la confiance que l’Église a en elles, en raison non seulement de leur apostolat intelligent, constant et généreux, mais, plus encore, de leur vie de consécration et de don, très souvent caché, d’acceptation joyeuse et courageuse des épreuves et des difficultés inévitables. Je vous demande de transmettre ma bénédiction très spéciale à toutes les Sœurs éprouvées ou fatiguées dans leur corps ou leur âme, à celles qui sont âgées, aux malades dont la vie d’abnégation et de sacrifice est pour l’Église, pour le Pape et pour le Peuple de Dieu une valeur très précieuse, irremplaçable, unique.

Je désire encore que cette célébration eucharistique avec le Pape constitue pour chacune de vous un moment salutaire d’encouragement et de réconfort dans l’accomplissement d’une tâche toujours exigeante, souvent accompagnée du signe de la croix et d’une douloureuse solitude et qui requiert de vous un sens profond des responsabilités, une générosité sans faiblesses et sans défaillances, un constant oubli de vous-mêmes. Vous devez, en effet, soutenir et guider vos consœurs en cette période postconciliaire, certainement riche d’expériences nouvelles, mais également si exposée aux erreurs et aux déviations que vous cherchez à éviter et à corriger. On sait quelle évolution positive a connu ces dernières années la vie religieuse, comprise dans un esprit plus évangélique, plus ecclésial et plus apostolique. On ne peut cependant ignorer que certains choix concrets, même suggérés par des intentions bonnes, bien que pas toujours éclairées, n’ont pas donné au monde l’image authentique du Christ que la religieuse doit rendre présent parmi les hommes.

En vous trouvant réunies autour de l’autel pour renouveler l’offrande du Christ au Père vous vous sentez intimement invitées à renouveler, en votre nom et aussi au nom de toutes vos consœurs, la consécration de vous-mêmes qui déjà commencée au baptême, a été rendue définitive et parfaite par les vœux religieux.

1. Accueillez donc ma première exhortation à la prière fervente et persévérante afin que l’importance de la vocation religieuse et la nécessité d’en approfondir la valeur essentielle deviennent toujours plus évidentes dans la vie de l’Église et de la société. En effet, la vie personnelle de chaque religieuse est centrée sur l’amour « sponsal » pour le Christ. C’est ainsi que, modelée par son esprit, elle lui donne toute sa vie, en faisant siennes ses sentiments, ses idéaux et sa mission de charité et de salut. Comme je l’ai déjà dit aux religieuses d’Irlande : « Aucun mouvement de la vie religieuse n’a de valeur s’il n’est en même temps un mouvement vers l’intérieur, vers le centre profond de votre vie, là où le Christ a sa demeure. Ce qui importe le plus, ce n’est pas ce que vous faites, c’est ce que vous êtes en tant que femmes consacrées au Seigneur. » (Discours aux prêtres, aux religieux et religieuses d’Irlande, 1er octobre 1979.)

— Priez pour que chaque sœur en vivant avec joie son rapport unique et fidèle au Christ, trouve dans sa consécration l’accomplissement le plus élevé de sa réalité caractéristique de femme, toute tendue vers le don d’elle-même.

— Priez avec confiance pour que chaque Institut puisse facilement dépasser ses propres difficultés de croissance et de persévérance et pour que votre réunion annuelle contribue à rendre toujours plus parfaite chacune des Congrégation auxquelles vous appartenez.

— Priez enfin, sans cesse, pour les vocations religieuses, pour que l’idéal de la vie consacrée, don immense et gratuit de Dieu, exerce un attrait toujours plus grand sur ces nombreux jeunes, qui aspirent à des réalisations plus hautes et plus nobles.

Que le thème choisi par la S. Congrégation pour les Religieux et les Instituts séculiers pour la prochaine réunion plénière : « la dimension contemplative de la vie religieuse », soit une occasion privilégiée d’approfondir la valeur fondamentale de la prière. À ce propos, je veux adresser une pensée chaleureuse et pleine de reconnaissance aux religieuses contemplatives, que je remercie de tout cœur de leur intense et constante prière qui constitue une aide irremplaçable dans la mission évangélisatrice de l’Église.

2. Ma seconde exhortation, maintenant, veut être une invitation à donner le témoignage religieux requis par notre époque.

Après les années d’expérience consacrées au renouveau de la vie religieuse selon l’esprit de chaque Institut, le moment est venu d’évaluer objectivement et humblement les essais qui ont été faits, pour en discerner les éléments positifs, les déviations éventuelles et, enfin, pour préparer une Règle de vie stable, approuvée par l’Église, qui devra stimuler toutes les religieuses à connaître plus profondément leurs engagements et à les vivre dans une joyeuse fidélité.

Que le premier témoignage soit celui d’une adhésion filiale et d’une fidélité à toute épreuve à l’Église, épouse du Christ. Ce lien avec l’Église doit se manifester dans l’esprit de votre Institut et dans ses tâches apostoliques, parce que la fidélité au Christ ne peut jamais être séparée de la fidélité à l’Église. « Votre adhésion avec générosité et amour au Magistère authentique de l’Église est la solide garantie de la fécondité de tout votre apostolat et la condition indispensable pour bien interpréter les « signes des temps ». (Discours aux religieuses des États-Unis, 7 octobre 1979.)

À l’imitation de Marie, Vierge au cœur toujours disponible à la parole de Dieu, vous devez trouver votre sérénité intérieure, votre joie, dans la disponibilité à la parole de l’Église et de Celui que le Christ a institué comme son Vicaire sur la terre.

Que le second témoignage soit celui de la vie communautaire. Celle-ci est, en effet, un élément important de la vie religieuse, elle est une caractéristique qui, depuis les origines, a été vécue par les personnes consacrées, car les liens spirituels ne peuvent se créer, se développer et se perpétuer que par des rapports quotidiens et prolongés. Une telle vie communautaire, dans la charité évangélique, est étroitement liée au mystère de l’Église, qui est un mystère de communion et de participation, et elle manifeste votre consécration au Christ. Mettez tout en œuvre pour que cette vie communautaire soit facilitée et aimée de sorte qu’elle devienne un moyen précieux d’aide réciproque et d’épanouissement personnel.

Enfin, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire en d’autres circonstances, un dernier témoignage, un témoignage particulier, est aussi celui de l’habit religieux. Celui-ci constitue, en effet, un signe évident de consécration totale à l’idéal du Royaume des Cieux, en considérant toujours les circonstances nécessaires, comme par exemple celles de la Tradition, des différents champs d’apostolat, du milieu, etc. Il est, en outre, le signe d’un détachement définitif des intérêts seulement humains et terrestres. Il est encore le signe d’une pauvreté joyeusement vécue et aimée, dans un abandon confiant à l’action de la providence de Dieu.

Très chères Supérieures générales, vous devez assumer la tâche délicate et parfois difficile mais aussi tellement précieuse, de promouvoir parmi les religieuses tout ce qui peut contribuer à l’union des esprits et des cœurs. Une vie fraternelle, fervente et authentique est indispensable pour que les religieuses puissent surmonter de manière durable les contraintes, les fatigues et les difficultés que comporte une vie de consécration et d’apostolat dans le monde d’aujourd’hui.

Votre tâche, dans l’heureuse réalisation d’une telle vie profondément enracinée dans les valeurs évangéliques, revêt une importance de premier ordre. L’exercice de l’autorité, dans un esprit de service et d’amour envers toutes vos consœurs est une tâche vitale, même si elle est difficile et si elle demande beaucoup de courage et de dévouement. La supérieure a le devoir d’aider la religieuse à réaliser toujours plus parfaitement sa vocation. Elle ne peut se soustraire à cette obligation, ardue, certes, mais indispensable.

L’accomplissement d’un tel devoir demande une prière constante, de la réflexion, des consultations, mais aussi des décisions courageuses dans la conscience de sa propre responsabilité devant Dieu vis-à-vis de l’Église et des religieuses elles-mêmes, qui attendent ce service. La faiblesse, tout comme l’autoritarisme, constituent des déviations également préjudiciables au bien des âmes et à l’annonce du Royaume.

3. Je vous dis enfin, affectueusement : ayez confiance. Soyez toujours courageuses dans votre religieux dévouement, ne vous laissez pas abattre par les difficultés éventuelles, par la diminution de personnel, par les incertitudes qui peuvent peser sur l’avenir. Ne doutez pas de la validité des formes éprouvées d’apostolat dans les domaines de l’éducation des jeunes, de l’action auprès des malades, des enfants, des personnes âgées et de tous ceux qui souffrent.

Soyez sûres que si vos Instituts s’emploient sincèrement à promouvoir parmi les religieuses une fidélité constante, généreuse et dynamique aux exigences de leur vie consacrée, le Seigneur, qui ne se laisse pas vaincre en générosité, vous enverra les vocations désirées, les vocations que vous attendez pour l’avènement de son règne.

Soyez attentives aux suggestions et aux paroles de la Sagesse comme il convient à des personnes qui sont appelées à exercer une haute responsabilité de gouvernement. Avec toutes vos consœurs, remerciez Dieu de la vocation particulière que vous avez reçue. Marchez dans une sereine confiance sur la voie où vous vous êtes engagées : la consécration totale au Christ et aux âmes. Que Marie très sainte, Mère et modèle de toutes les personnes consacrées, soit votre appui et votre soutien et que ma bénédiction apostolique vous accompagne avec une bienveillance particulière.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

top