The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
AU CAP VERT, GUINÉE BISSAU, MALI, BURKINA-FASO ET TCHAD

MESSE DANS LE STADE DE SARH

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Sarh (Tchad)
Mercredi, 31 janvier 1990

 

Chers Frères et Sœurs,

La paix du Christ soit avec vous!
Lapia yasi malang
(Paix à tous)!

1. Votre hospitalité, digne du peuple tchadien, me touche. Merci à Monseigneur Henri Véniat pour ses paroles de bienvenue, prononcées au nom de Monseigneur Mathias N’Garteri, votre évêque, et pour sa présentation de l’Eglise qui est à Sarh.

Je salue cordialement les Autorités civiles qui ont facilité ce rassemblement. Et j’adresse aussi un salut amical aux représentants d’autres communautés ecclésiales et d’autres religions.

Et vous tous, qui formez ici le Peuple de Dieu, le successeur de Pierre vous dit sa joie d’être au milieu de vous! Merci d’être venus de plus de mille communautés de baptisés et de catéchumènes, souvent après des journées de marche! Merci de votre foi vivante!

Tchadiens, mes amis, soyez heureux de votre foi! Il y a tout juste soixante ans que la Parole de Dieu vous a été confiée comme un précieux, « talent ». Et vous avez su faire valoir ce don. Avec vous, je rends grâce à Dieu.

2. Jeunes chrétiens, et vous tous, les nombreux jeunes de ce pays, l’Eglise compte sur vous, la nation compte sur vous. Je suis venu vous dire: courage, ayez confiance! Vous aspirez à une société plus juste et plus fraternelle, vous pouvez la construire ensemble.

Soyez réalistes, ne rêvez pas d’un monde sans problèmes! Commencez par le sérieux de votre formation, à l’école, dans les champs ou à l’usine. Appuyez-vous sur vos aînés, et épaulez-vous les uns les autres! Tendez la main aux plus faibles et respectez tout être humain! Gardez les qualités de votre peuple, sa vieille patience et son habileté, son sens de la fraternité, du dialogue, de l’accueil. Alors vous pourrez mieux le servir!

Jeunes chrétiens, des mouvements vous offrent un soutien pour avancer dans votre formation spirituelle et humaine. Entrez dans les groupes qui vous aideront à prendre ensemble votre place dans l’Eglise, entraînés par vos aînés. Jouez votre rôle dans les communautés du village ou du quartier. Ecoutez la parole de Jésus: à chacun de vous, des « talents » sont confiés; chacun peut les faire fructifier.

3. Jeunes étudiants, depuis l’école jusqu’à l’université, vous recevez le « talent » de l’étude et de la réflexion pour devenir compétents. Vous ne pouvez en garder le profit pour vous seuls. Il vous sera demandé compte des fruits de votre formation intellectuelle et technique, à la mesure des services que vous rendrez.

Respectez votre peuple et rejetez toute tentation d’exploiter vos frères. Au contraire, mettez tout votre cœur à épanouir ses valeurs authentiques, et que votre foi chrétienne féconde votre patrimoine ancestral!

Jeunes paysans, aimez cette terre qui est la vôtre. Votre vie au village est dure et le travail des champs exige tant de soins! Votre « talent », c’est de savoir faire produire la terre, pour qu’elle reste nourricière. Apprenez les techniques anciennes et nouvelles, participez à la création d’exploitations productives et résistez à la tentation d’abandonner l’agriculture pour un sort incertain en ville.

Jeunes ouvriers, dans le pays, votre nombre augmente peu à peu. De vous aussi, la nation attend beaucoup. Faites avec goût votre travail, comme Jésus à Nazareth, comme Joseph le charpentier. Votre habileté et votre conscience professionnelle, et aussi votre sens de la solidarité, vous donneront la satisfaction d’être utiles à tous.

4. Chers jeunes, vous pensez à fonder un foyer. Il faut vous y préparer. Une famille se bâtit sur l’amour authentique, sur le don de soi, sur la fidélité, et, quand cela est nécessaire, sur le sacrifice pour ceux qu’on aime (cf. Jn 15, 13). L’engagement digne et sérieux dans le mariage exclut que l’on envisage le divorce ou que l’on enlève sa vie à un enfant déjà conçu.

Dieu a créé l’homme et la femme en leur donnant de merveilleux « talents »: la capacité de s’aimer fidèlement toute leur vie, la capacité de donner la vie à des enfants, la responsabilité de les élever. Accueillez avec joie ces dons que Dieu consacre par le sacrement de mariage, dès le premier jour de votre vie commune. La réussite de votre couple et celle de l’éducation de vos enfants en seront les meilleurs fruits.

5. Chers jeunes, parmi vous, il y a des séminaristes qui se préparent au sacerdoce, et aussi des jeunes filles qui se destinent à la vie religieuse. Ils prennent cette voie pour répondre à l’appel du Seigneur: c’est à Lui qu’ils consacrent leur vie, et, en même temps, ils la consacrent à la mission de l’Eglise sous toutes ses formes. Ils sont encore peu nombreux, mais j’ai confiance. D’autres entendront le Christ leur dire: « Viens, suis-moi », sois mon témoin, donne tout ton amour à Dieu et à tes frères, tu seras au service du Peuple de Dieu. Tu renonceras au mariage, à être père ou mère, mais tu auras la joie d’ouvrir tes frères et tes sœurs à la Bonne Nouvelle, de les rassembler en mon Nom, de leur transmettre ma grâce par les sacrements que j’ai confiés à mon Eglise. En quittant ta famille pour te réserver tout entier au ministère sacerdotal ou à la vie religieuse, tu seras un signe de ma présence.

Frères et Sœurs, si votre Eglise vit et grandit, vous le devez aux prêtres, aux religieux et aux religieuses qui sont venus de loin. Je les salue avec gratitude. Ils ont permis que, désormais, des fils du Tchad soient les prêtres de leurs communautés, et que l’un d’eux devienne votre évêque. Louons le Seigneur! Et prions-le pour qu’il donne au Tchad des prêtres plus nombreux, des religieux et des religieuses témoins de la prière et animateurs de l’apostolat. Prions aussi pour les catéchistes nombreux qui accomplissent avec générosité une part si importante du labeur de l’évangélisation, en répondant à la vocation et à la mission des fidèles laïcs.

6. Je sais que les centaines de communautés que vous représentez n’ont pas encore la possibilité de se rassembler chaque dimanche autour de la table de l’Eucharistie. Il n’y a pas encore assez de prêtres. Et pourtant, vous savez toute l’importance de la Messe, au centre de la vie de l’Eglise. Vous avez médité cette année sur le don admirable que nous a fait le Christ, à la veille de sa Passion, en instituant l’Eucharistie.

Toutes les fois que cela vous est possible, prenez part à l’assemblée eucharistique: c’est le Seigneur qui vous unit, de tous les âges, de toutes les vocations. C’est dans la communauté rassemblée en son Nom que le Seigneur offre son Sacrifice, qu’il continue de livrer sa Vie pour tous les hommes. C’est avec Lui et par Lui que nous pouvons recevoir la Parole de Dieu vivante et vraie. C’est avec Lui et par Lui que nous rendons grâce à notre Père des cieux pour tous ses dons. C’est guidés par sa parole que nous faisons monter notre humble supplication.

Quand il nous est donné de recevoir le Corps du Seigneur, nous sommes davantage: unis à Lui et entre nous. Saint Paul nous l’a dit: « Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain » (1 Co 10, 17). Partout où nous sommes réunis au nom du Seigneur, il est présent. Mais c’est dans le sacrement de l’Eucharistie que nous faisons le plus fortement l’expérience de sa présence. Il a fait de son corps le pain de vie, la nourriture de la vie éternelle. Remercions sans cesse le Seigneur pour ce don admirable!

7. Chers Frères et Sœurs de l’Eglise qui est à Sarh et dans les diocèses proches, en ce beau jour de rassemblement au nom du Seigneur, autour du successeur de Pierre, rendons grâce pour le don de la foi!

Tous, nous allons renouveler notre profession de foi, en union avec la foi de l’Eglise universelle. C’est un « talent » précieux qu’avec la grâce de Dieu nous ferons fructifier dans toute notre vie.

Et je m’adresse de nouveau spécialement aux jeunes. Avec votre évêque, je vais vous demander de vous engager dans la foi. Baptisés dans le Christ, vous êtes envoyés dans le monde pour répandre son amour, pour annoncer son Evangile. Il compte sur vous pour faire fructifier les « talents » multiples qu’il vous confie. Marchant à sa suite, vous pourrez bâtir au Tchad une Eglise toujours plus vivante et une société où il fait bon vivre.

Que Notre-Dame du Tchad vous précède sur la route de votre foi!

Que Dieu vous aide!
Ad bo nan o tar o kem sol o rosn do nang!
(Que la communion, l’amour et la paix remplissent la terre!)

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top