The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
AU CAP VERT, GUINÉE BISSAU, MALI, BURKINA-FASO ET TCHAD

MESSE POUR LES FAMILLES CHRÉTIENNE AU STADE DE LA CONCORDE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

N’Djamena (Tchad)
Jeudi, 1er février 1990

 

Chers Frères et Sœurs,

1. Nous avons écouté aujourd’hui les paroles que le Christ a adressées aux Apôtres dans le Cénacle, à la veille de sa passion et de sa mort sur la Croix. « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure ». (Jn 15, 16)

Le Christ s’adresse ainsi aux Apôtres par qui il veut construire l’Eglise, de génération en génération. Il adresse ces paroles à ceux qui étaient autour de lui, dans le Cénacle à Jérusalem; il les adresse en même temps a leurs successeurs, et particulièrement aux générations de ceux qui ont construit l’Eglise sur cette terre africaine, au Tchad. Et le Christ s’adresse aussi à ceux qui sont aujourd’hui les successeurs des Apôtres dans votre Eglise, vos évêques.

L’Evêque de Rome les salue cordialement par un baiser de paix fraternel et, avec eux, les prêtres, les religieux et les religieuses, et tous ceux qui participent au sacerdoce royal du Christ par leur baptême.

2. Je salue particulièrement les familles rassemblées ici, de même que toutes celles qui habitent votre pays. Les paroles du Rédempteur au Cénacle s’appliquent aussi à vous. Car vous avez un rôle irremplaçable dans l’apostolat de l’Eglise. Vous aussi, le Christ vous choisit afin que vous partiez et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. (Jn 15, 16)

Dans le sacrement du mariage, il choisit deux baptisés, un homme et une femme, qui se promettent un amour mutuel, la fidélité et une vie matrimoniale digne. Ils se choisissent l’un l’autre pour vivre toute leur vie dans une communauté unie, afin de parcourir ensemble le chemin de la vie et de donner les fruits qui correspondent à leur vocation d’époux et de parents dans l’Eglise et dans la société.

Le Seigneur Jésus accueille leur don mutuel généreux et leur engagement. Consacré par la grâce du sacrement, « leur lien d’amour devient l’image et le symbole de l’Alliance qui unit Dieu et son peuple ». (Familiaris consortio, 12) Le Christ bénit les époux et leur dit: « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres ».

3. L’Apôtre Paul, comme s’il voulait faire écho à ce commandement du Christ, exhorte ses frères: « Par-dessus tout, qu’il y ait l’amour, c’est lui qui fait l’unité dans la perfection ». (Col 3, 14) Les consignes que donne saint Paul dans sa belle Lettre aux Colossiens tracent comme le portrait d’un couple uni par le don de Dieu: « Vivez dans l’action de grâce... Chantez à Dieu vos cœurs ». Col 3, 15-16) Oui, votre mariage, votre communauté de vie, votre unité sont « comme un " signe " de cette communauté interpersonnelle d’amour qui constitue le mystère de la vie intime du Dieu unique et trinitaire ». (Christifideles laici, 52) Epoux chrétiens, vous reflétez merveilleusement la vie même de Dieu qui est amour!

«Que dans vos cœurs règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés pour former en Lui un seul corps». (Col 3, 15) Vous n’avez pas à craindre les exigences de votre engagement mutuel, car ce sont les exigences d’un amour que Dieu a mis en vos cœurs et que Jésus fortifie par sa présence de paix. Restez proches de lui: « Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ». Sa parole est une parole d’amour pour guider votre amour. Sa parole de vérité, prenez-la pour en faire votre parole, pour mettre en commun sa lumière: « Instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres avec une vraie sagesse ». (Col 3, 16)

La vraie sagesse, c’est celle du Créateur qui a fait l’homme et la femme à sa ressemblance. La vraie sagesse, elle est encore dans sa parole: « L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un ».  (Gn 2, 24) 

La vraie sagesse, c’est celle du Rédempteur: il a fondé le commandement de l’amour sur l’amour divin qui le conduit à livrer sa vie pour nous: « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». (Jn 15, 12)

4. Chers amis, certains trouvent sans doute qu’il est bien audacieux pour un homme et une femme de s’engager pour la vie sur le chemin d’une fidélité aussi pure que la fidélité même de Dieu. Les circonstances éprouvantes traversées par votre peuple ont bouleversé bien des choses. Des traditions familiales ont été rompues par les changements d’habitation ou de manière de vivre. De nouvelles tentations apparaissent et la stabilité du couple et de la famille est ébranlée.

Je comprends ces difficultés et les souffrances qu’elles entraînent. Mais vous ne devez pas renoncer à la grandeur et à la beauté du mariage. Avec saint Paul, je vous dis: « Supportez-vous mutuellement ». (Col 3, 13) Il ne s’agit pas seulement d’être patient, il s’agit d’aimer tellement l’autre qu’on l’aide, qu’on le soutienne. Dans le mariage, vous ne cesserez pas de découvrir les qualités et les défauts de votre conjoint, vous l’aiderez à faire grandir les unes et diminuer les autres. Et puis: « Pardonnez si vous avez des reproches à vous faire. Agissez comme le Seigneur: il vous a pardonné, faites de même ». Ayez assez d’amour pour vous réconcilier si une crise menace votre union. Car briser votre fidélité mutuelle, c’est aussi rompre avec Dieu qui est toujours fidèle, qui ne cesse jamais d’aimer.

Vivez en confiance l’un avec l’autre. Au jour le jour, apportez du bois dans le feu de votre amour, par les actes ordinaires de la vie commune; votre respect mutuel et votre générosité sont comme une trace de la présence de Dieu en votre foyer. La grâce du sacrement de mariage ne vous fera pas défaut. Le Seigneur vous a choisis comme des amis, et non comme des serviteurs à qui on impose de pesants fardeaux. « Ce que vous demanderez au Père au nom du Christ, il vous l’accordera » (cf. Jn 15, 16) Obéir au commandement de l’amour fidèle, ce n’est pas une exigence impossible, c’est vivre en communion avec le Christ qui laisse à ses amis sa joie et sa paix.

5. Epoux, votre fidélité mutuelle est étroitement liée à l’amour que vous portez à vos enfants. Votre bonheur d’aimer et votre capacité de donner la vie font de vous des témoins de l’amour du Créateur. Respectez les dons de Dieu en devenant père et mère de manière responsable et spécialement en honorant la vocation de la femme à être mère, ce qui est inscrit au fond de son être.

Au long de l’éducation, ce sera votre joie de partager votre amour avec vos enfants. Leur avenir peut vous inquiéter parfois, vous pouvez trouver difficile de leur transmettre les valeurs auxquelles vous êtes attachés depuis des générations, parce qu’ils écoutent d’autres voix que la vôtre et subissent des influences qui vont en sens contraire. Il vous revient tout de même de leur apprendre le bon usage de la liberté, dans un climat de dialogue. Vous éclairerez leur route plus par votre exemple et par votre amour qu’en leur imposant sans explications des interdits. Prenez exemple sur Jésus: il avait fait de ses disciples ses amis, il corrigeait leurs erreurs, mais il savait les délivrer de la crainte et il leur a montré sa confiance en les envoyant en mission.

Vos enfants partiront sur d’autres routes que les vôtres; ils feront peut-être des détours dangereux; mais ils garderont l’empreinte durable de l’esprit de leur famille et les qualités acquises auprès de vous. A leur tour, ils deviendront des époux et des parents. Sachez accepter leur départ: les jeunes ne vous renient pas, mais ils sont devenus adultes. C’est là, pour vous, « le fruit qui demeure » promis par Jésus. (cf. Jn 15, 16)

6. Chers Frères et Sœurs, je vous parle de votre vocation d’époux et de parents au milieu de la communauté chrétienne rassemblée. Et c’est juste, parce que les familles ont un rôle primordial dans le Peuple de Dieu.

Vous êtes des témoins de l’amour de Dieu pour tout être humain. Vous êtes des témoins de l’Evangile du salut, et d’abord auprès de vos enfants. Ouvrez-les à la foi, en union avec vos pasteurs et avec les éducateurs. Vous êtes les premiers éveilleurs de la foi de vos fils et de vos filles. Préparez-les à accueillir ce don, en insérant bien votre famille dans la vie ecclésiale.

Que votre générosité et votre esprit de communion fraternelle ne s’arrêtent pas à la porte de votre foyer! S’il vous est donné de vivre heureux en famille, sachez accueillir ceux qui sont seuls, pauvres, étrangers, et aussi les hommes et les femmes au cœur blessé par des abandons cruels. Grâce à des foyers qui, dans la simplicité des gestes de chaque jour, rayonnent l’amour vrai, l’Eglise pourra refléter dans la société le visage du Christ.

7. Venu au milieu de vous, le successeur de Pierre est heureux de vous dire que l’Eglise compte sur vos familles pour porter témoignage de la joie d’être disciples du Christ, hommes et femmes dans leur égale dignité, dans leurs rôles complémentaires.

Je vous redis encore le dernier message de Jésus: « Mon commandement, le voici: aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». (Jn 15, 12) 

Aimez-vous les uns les autres, vous les maris et les femmes, « revêtez l’homme nouveau... puisque vous avez été choisis par Dieu ». (Col 3, 10- 12)

Aimez vos enfants, avec générosité, sans chercher à les retenir. Dans la famille tout entière, parents, aimez vos enfants; enfants, aimez vos parents, frères et sœurs, aimez-vous comme les fils et les filles de mêmes parents. Aimez tous les membres de votre grande famille, de toutes les générations.

Au nom du Christ, priez le Père pour que les familles montrent la fidélité de Dieu à tout être. Priez pour que vos familles portent les fruits de la bonne éducation des enfants, pour que ces fruits demeurent par les nouvelles générations dans la vie de tout le peuple et de l’Eglise.

Pour cela, je prie aujourd’hui avec vous. L’Eglise prie avec vous. «La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant». (saint’Irénée, Adversus haereses, IV, 20, 7) La gloire de Dieu, c’est que l’homme vive dans la plénitude de la vie, de la vérité et de l’amour, et qu’ainsi il parvienne au salut et à la vie en Dieu!

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top