The Holy See
back up
Search
riga

ORDINATIONS SACERDOTALES EN LA BASILIQUE SAINT-PIERRE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN PAUL II

Dimanche 25 avril 1999,
Dimanche du «Bon Pasteur»
et Journée mondiale de prière pour les Vocations

 

1. «Je suis le bon pasteur..., je connais mes brebis et mes brebis me connaissent» (Chant lors de la lecture de l'Evangile).

Le dimanche d'aujourd'hui, tradi- tionnellement appelé du «Bon Pasteur», s'insère dans l'itinéraire liturgique du temps pascal que nous parcourons actuellement. Jésus applique à lui-même cette similitude (cf. Jn 10, 6), enracinée dans l'Ancien Testament et si chère à la tradition chrétienne. Le Christ est le Bon Pasteur qui, en mourant sur la croix, donne la vie pour ses brebis. Il s'établit ainsi une profonde communion entre le Bon Pasteur et son troupeau. L'Evangéliste écrit que Jésus, «les appelle [ses brebis] une à une et il les mène dehors... et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix» (Jn 10, 3-4). Une habitude confirmée, une connaissance réelle et une apparte- nance réciproque unissent le Pasteur et les brebis: il prend soin d'elles; elles se fient à lui et le suivent fidèlement. C'est pourquoi, les paroles que nous venons de répéter dans le Psaume responsorial retentissent de façon si réconfortante: «Le Seigneur est mon pasteur: je ne manque de rien».

2. Selon une belle tradition, j'ai la joie depuis plusieurs années, précisément lors du Dimanche du «Bon Pasteur», d'ordonner de nouveaux prêtres. Aujourd'hui, ils sont trente et un. Ils consacreront leur enthousiasme et leurs énergies nouvelles au service de la Communauté de Rome et de l'Eglise universelle.

Avec le Cardinal-Vicaire, les Evêques auxiliaires, les prêtres du diocèse et toutes les personnes présentes, je rends grâce au Seigneur pour ce grand don. Je partage de façon particulière votre joie, chers ordinands, ainsi que celle de vos formateurs, de vos familles et des nombreux amis qui vous entourent dans un moment aussi intense et émouvant, qui laissera en vous un sou- venir profond tout au long de votre vie.

En mentionnant vos formateurs, ma pensée se tourne, en ce moment, vers Mgr Plinio Pascoli, que le Seigneur a rappelé à Lui il y a quelques jours. Pendant de nombreuses années, il a été le Recteur du séminaire romain, puis Evêque auxiliaire, consacrant sa longue existence au soin des vocations et à la formation des prêtres. Puisse son exemple être pour tous un encouragement supplémentaire pour comprendre l'importance du don du sacerdoce.

3. Très chers ordinands, à travers le geste sacramentel ancien et suggestif de l'imposition des mains et la prière de consécration, vous deviendrez des prêtres pour être, à l'image du Bon Pasteur et à un titre nouveau et plus profond, des serviteurs du peuple chrétien. Vous participerez à la mission même du Christ, en répandant à pleines mains la semence de la Parole de Dieu. Le Seigneur vous a appelés afin que vous soyez les ministres de sa miséricorde et les dispensateurs de ses mystères.

L'Eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne, sera la source pure qui alimentera de façon permanente votre spiritualité sacerdotale. Vous pourrez y puiser la force inspiratrice de votre ministère quotidien, l'élan apostolique pour l'œuvre de l'évangélisation et le réconfort spirituel dans les inévitables moments de difficulté et de combat intérieur. En vous approchant de l'Autel, où se renouvelle le Sacrifice de la Croix, vous découvrirez toujours plus les richesses de l'amour du Christ et vous apprendrez à les traduire dans votre vie.

4. Très chers amis, il est plus que jamais significatif que vous receviez le sacrement de l'Ordre en ce dimanche du «Bon Pasteur», au cours duquel nous célébrons la Journée mondiale de prière pour les Vocations. En effet, la mission du Christ se prolonge au cours de l'histoire à travers l'œuvre des pas- teurs auxquels il confie le soin de son troupeau. Comme il le fit pour les premiers disciples, Jésus continue à choisir de nouveaux collaborateurs qui prendront soin de son troupeau, à travers le ministère de la Parole, des Sacrements et le service de la charité. L'appel au sacerdoce constitue un grand don et un grand mystère. Tout d'abord, il s'agit d'un don de la bienveillance divine, car il est le fruit de la grâce. Et c'est également un mystère, car la vocation est liée aux profondeurs de la conscience et de la liberté humaine. Avec celle-ci commence un dialogue d'amour qui, jour après jour, modèle la personnalité du prêtre à travers un chemin de formation commencé dans la famille, poursuivi par la suite au séminaire, et qui dure toute la vie. Ce n'est que grâce à cet itinéraire ascétique et pastoral ininterrompu que le prêtre peut devenir l'image vivante de Jésus, Bon Pasteur, qui se donne lui- même pour le troupeau qui lui est confié.

Les paroles que je vous adresserai d'ici peu, en vous remettant les offrandes pour le sacrifice eucharistique, retentissent dans mon esprit: «Vis le mystère qui est déposé entre tes mains». Oui, chers ordinands, ce mystère dont vous serez les dispensateurs est en définitive le Christ lui-même qui, à travers la communication de l'Esprit Saint, est source de sainteté et appel permanent à la sanctification. Vivez ce mystère: vivez le Christ, soyez le Christ! Que chacun de vous puisse dire avec saint Paul: «Et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi» (Ga 2, 20).

5. Très chers frères et sœurs, qui êtes venus à cette célébration! Prions pour que ces trentre et un nouveaux prêtres soient fidèles à leur mission, qu'ils renouvellent chaque jour leur «oui» au Christ et soient un signe de son amour pour chaque personne. En outre, nous demandons au Seigneur, en cette Journée mondiale de prière pour les Vocations, qu'il suscite des âmes généreuses, disposées à se placer totalement au service du Royaume divin.

Marie, Mère du Christ et de l'Eglise, c'est à Toi que je confie nos frères qui sont aujourd'hui ordonnés. Avec eux, je te confie les prêtres de Rome et du monde entier. Puisses-tu, Mère du Christ et des prêtres, accompagner ces fils dans leur ministère et dans leur vie.

Amen!

 

top