The Holy See
back up
Search
riga

CHAPELLE PAPALE POUR LA BÉATIFICATION DE 44 SERVANTS DE DIEU

HOMÉLIE DU PAPE JEAN PAUL II

Dimanche 5 mars 2000


1. "Je vais te rendre grâce [...] Dieu, mon Sauveur. Je rends grâce à ton nom car[...] tu as été mon soutien, et tu m'as délivré" (Si, 51, 1-2).

Toi, Seigneur, tu as été mon soutien! Je sens résonner dans mon coeur ces paroles du Livre du Siracide, tandis que je contemple les prodiges accomplis par Dieu dans l'existence de ces frères et soeurs dans la foi, qui ont reçu la palme du martyre. Aujourd'hui, j'ai la joie de les élever à la gloire des autels, en les présentant à l'Eglise et au monde comme un témoignage lumineux de la puissance de Dieu dans la fragilité de la personne humaine.

Toi, Dieu, tu m'as libéré! C'est ce que proclama André de Soveral, Ambrósio Francisco Ferro et vingt-huit compagnons, prêtres diocésains, laïcs et laïques; Nicolas Bunkerd Kitbamrung, prêtre diocésain; Maria Stella Adela Mardosewicz et ses dix consoeurs, soeurs professes de l'Institut de la Sainte Famille de Nazareth; Pedro Calungsod et André de Phú Yên, laïcs catéchistes.

Oui, le Tout-Puissant a été pour eux un soutien précieux dans les moments d'épreuve et ils ressentent aujourd'hui la joie de la récompense éternelle. Ces dociles serviteurs de l'Evangile, dont les noms sont pour toujours inscrits dans les cieux, bien qu'ayant vécu à des époques différentes de l'histoire et dans des milieux culturels très divers, sont unis par une expérience identique de fidélité au Christ et à l'Eglise. La même confiance inconditionnelle au Christ et à l'Eglise et la même passion profonde pour l'Evangile les unissent.

Je vais te rendre grâce, Dieu, mon Sauveur! A travers leur vie offerte pour la cause du Christ, ces nouveaux bienheureux, les premiers de l'Année jubilaire, proclament que Dieu est "Père" (cf. ibid., v. 10). Dieu est "protecteur" et "soutien" (cf. v. 2); c'est notre sauveur, qui accueille la prière de ceux qui se remettent à lui de tout leur coeur (cf. v. 11).

André de Soveral, Ambrósio Francisco Ferro et vingt-huit compagnons (Brésil)

2. Tels  sont les sentiments qui envahissent notre coeur, en évoquant le souvenir significatif de la célébration des cinq cents ans de l'évangélisation du Brésil, qui a lieu cette année. Dans cet immense pays, l'implantation de l'Evangile se heurta à de nombreuses difficultés. La présence de l'Eglise s'est affirmée lentement à travers l'action missionnaire des divers ordres et congrégations religieuses et de prêtres du clergé diocésain. Les martyrs qui sont béatifiés aujourd'hui proviennent des communautés de Cunhaú et Uruaçu do Rio Grande do Norte, à la fin du XVII siècle. André de Soveral, Ambrósio Francisco Ferro, prêtres, et vingt-huit compagnons laïcs, appartiennent à cette génération de martyrs qui ont irrigué la terre de leur patrie, la rendant fertile pour les générations des nouveaux chrétiens. Ils sont les prémices de l'oeuvre missionnaire, les proto-martyrs du Brésil. L'un d'entre eux, Mateus Moreira, était encore vivant lorsqu'on lui arracha le coeur de la colonne vertébrale, mais il eut encore la force de proclamer sa foi dans l'Eucharistie en disant:  "Loué soit le Très Saint Sacrement".

Aujourd'hui, une fois de plus, résonnent ces paroles du Christ, rappelées dans l'Evangile:  "Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme" (Mt 10, 28). Le sang des catholiques sans défense, dont un grand nombre anonymes, - enfants, personnes âgées et familles entières - servira d'encouragement pour renforcer la foi des nouvelles générations de Brésiliens, en rappelant surtout les valeurs de la famille comme éducatrice de la foi et génératrice de valeurs morales.

Nicolas Bunkerd Kitbamrung (Thaïlande)

3. Je louerai ton nom continuellement, je le chanterai dans la reconnaissance" (Si 51, 10). La vie sacerdotale du Père Nicolas Bunkerd Kitbamrung fut un authentique hymne de louange au Seigneur. Homme de prière, le Père Nicolas se distingua par sa façon d'enseigner la foi, de chercher les non-pratiquants et dans sa charité envers les pauvres. Recherchant constamment à faire connaître le Christ à ceux qui n'avaient jamais entendu son nom, le Père Nicolas entreprit une difficile mission à travers les montagnes jusqu'en Birmanie. La force de sa foi apparut de façon visible lorsqu'il pardonna ceux qui l'avaient faussement accusé, privé de ses libertés et fait tant souffrir. En prison, le Père Nicolas réconforta ses compagnons de cellule, enseigna le catéchisme et administra les sacrements. Son témoignage du Christ illustra les paroles de saint Paul:  "Nous sommes pressés de toute part, mais non pas écrasés; ne sachant qu'espérer, mais non désespérés; persécutés, mais non abandonnés;  terrassés,  mais  non annihilés. Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de mort de Jésus, pour que la vie de Jésus soit, elle aussi, manifestée dans notre corps" (2 Co 4, 8-10). A travers l'intercession du Bienheureux Nicolas, puisse l'Eglise qui est en Thaïlande être bénie et renforcée dans l'oeuvre d'évangélisation et de service.

Maria Stella Mardosewicz et dix consoeurs (Pologne)

4. Dieu a été un véritable "soutien et protecteur" également pour les martyres de Nowogródek - pour la bienheureuse Maria Stella Mardosewicz et ses dix consoeurs, soeurs professes de la Congrégation de la Sainte Famille de Nazareth. Il fut pour elles un soutien durant toute leur vie, puis, au moment de la terrible épreuve, lorsque, pendant une nuit entière, elles attendirent la mort; il le fut surtout le long du chemin vers le lieu de l'exécution, et, à la fin, au moment où elles furent fusillées.

D'où puisèrent-elles la force de se donner en échange du salut des condamnés de la prison de Nowogródek? D'où tirèrent-elles l'audace d'accepter avec courage la condamnation à mort si cruelle et injuste? Dieu les avait préparées peu à peu à ce moment d'épreuve suprême. La semence de la grâce, plantée dans leur coeur au moment du saint baptême, puis cultivée avec un grand soin et responsabilité, s'enracina et donna le fruit le plus beau qui est le don de la vie. Le Christ dit:  "Nul n'a plus grand amour que celui-ci:  donner sa vie pour ses amis" (Jn 15, 13). Non, il n'y a pas d'amour plus grand que celui-ci:  être prêt à donner sa vie pour ses frères.

Nous vous remercions, ô bienheureuses martyres de Nowogródek, pour votre témoignage d'amour, pour votre exemple d'héroïsme chrétien et pour votre confiance dans la force de l'Esprit Saint. "C'est le Christ qui vous a choisis et qui vous a établis afin que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure" (cf. Jn 15, 16). Vous êtes le plus grand héritage de la Congrégation de la Sainte Famille de Nazareth. Vous êtes l'héritage de toute l'Eglise du Christ pour toujours!

Pedro Calungsod (Philippines)

5. "Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les cieux" (Mt 10, 32). Depuis son enfance, Pedro Calungsod s'est déclaré sans hésitation pour le Christ et a répondu avec générosité à son appel. Les jeunes d'aujourd'hui peuvent puiser un encouragement et une force de l'exemple de Pedro, dont l'amour de Jésus l'inspira à consacrer ses années d'adolescent à enseigner la foi en tant que catéchiste laïc. Quittant sa famille et ses amis, Pedro accepta le défi que lui proposa le Père Diego de San Vitores de le rejoindre à la Mission des Chamorros. Dans un esprit de foi, marqué par une profonde dévotion eucharistique et mariale, Pedro entreprit la tâche difficile qui lui était demandée et affronta avec courage les obstacles et les difficultés qu'il rencontra. Face au danger immédiat, Pedro n'abandonna pas le Père Diego, mais, en tant "que bon soldat du Christ", il préféra mourir aux côtés du missionnaire. Aujourd'hui,  le  bienheureux  Pedro Calungsod intercède auprès des jeunes, en particulier ceux de sa terre natale des Philippines, et il leur lance un défi. Chers amis, n'hésitez pas à suivre l'exemple de Pedro, qui est "devenu agréable à Dieu, [...] a été aimé" (Sg 4, 10) et qui, devenu parfait en si peu de temps, fournit une longue carrière (cf. ibid., v. 13).

André de Phú Yên (Viêt-nam)

6. "Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux" (Mt 10, 32). Cette parole du Seigneur, André, de Phú Yên, au Viêt-nam, l'a faite sienne avec une intensité héroïque. Depuis le jour où il reçut le Baptême, à l'âge de seize ans, il s'attacha à développer une profonde vie spirituelle. Au milieu des difficultés auxquelles étaient soumis ceux qui adhéraient à la foi chrétienne, il a vécu en témoin fidèle du Christ ressuscité et, sans relâche, il a annoncé l'Evangile à ses frères au sein de l'association des catéchistes "Maison Dieu". Par amour pour le Seigneur, il a consacré toutes ses forces au service de l'Eglise, assistant les prêtres dans leur mission. Il persévéra jusqu'au don du sang, pour demeurer fidèle à l'amour de Celui à qui il s'était donné totalement. Les paroles qu'il répétait en s'avançant résolument sur le chemin du martyre sont l'expression de ce qui anima toute son existence:  "Rendons amour pour amour à notre Dieu, rendons vie pour vie".

Le bienheureux André, proto-martyr du Viêt-nam, est aujourd'hui donné en modèle à l'Eglise de son pays. Puissent tous les disciples du Christ trouver en lui force et soutien dans l'épreuve, et avoir le souci d'affermir leur intimité avec le Seigneur, leur connaissance du mystère chrétien, leur fidélité à l'Eglise et leur sens de la mission!

"Soyez donc sans crainte"

7. "Soyez donc sans crainte" (Mt 10, 31). Telle est l'invitation du Christ. Telle est l'exhortation des nouveaux bienheureux, restés forts dans leur amour pour Dieu et pour leurs frères, même parmi les épreuves. L'invitation nous arrive comme un encouragement au cours de l'Année jubilaire, temps de conversion et de profond renouveau spirituel. Que les épreuves et les difficultés ne nous effrayent pas; que les obstacles ne nous ralentissent pas pour accomplir des choix courageux et cohérents avec l'Evangile!

Que pouvons-nous craindre si Dieu est avec nous? Pourquoi douter si nous restons du côté du Christ et prenons l'engagement et la responsabilité d'être ses disciples? Puisse la célébration du Jubilé nous renforcer dans cette volonté ferme de suivre l'Evangile. Les nouveaux bienheureux sont pour nous des exemples et nous offrent leur aide.

Que Marie, Reine des Martyrs, qui au pied de la Croix, à partagé jusqu'au bout le sacrifice de son Fils, nous soutienne dans le témoignage courageux de notre foi!

 

top