The Holy See
back up
Search
riga

HOMÉLIE DE SA SAINTETÉ JEAN PAUL II

CANONISATIONS DE 27 NOUVEAUX SAINTS

Dimanche 21 mai 2000




1. "N'aimons ni de mots ni de langue, mais en actes et en vérité" (1 Jn 3, 18). Cette exhortation, tirée de l'Apôtre Jean dans le texte de la seconde lecture de cette célébration, nous invite à imiter le Christ en vivant dans le même temps en étroite union avec Lui. Jésus lui-même nous l'a dit dans l'Evangile qui vient d'être proclamé:  "De même que le sarment ne peut de lui-même porter du fruit s'il ne demeure sur la vigne, ainsi vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi" (Jn 15, 4).

A travers l'union profonde avec le Christ, commencée dans le Baptême et alimentée par la prière, par les sacrements et par la pratique des vertus évangéliques, des hommes et des femmes de toutes les époques, en tant que fils de l'Eglise, ont atteint l'objectif de la sainteté. Ils sont saints car ils ont placé Dieu au centre de leur vie et ont fait de la recherche et de la diffusion de son Royaume la raison de leur existence; saints car leurs oeuvres continuent à parler de leur amour total pour le Seigneur et leurs frères, portant des fruits abondants, grâce à leur foi vivante en Jésus-Christ et à leur engagement à aimer, même leurs ennemis, comme Il nous a aimés.


2. Au cours du pèlerinage jubilaire des Mexicains, l'Eglise est heureuse de proclamer saints ces fils du Mexique:  Cristóbal Magallanes et 24 compagnons martyrs, prêtres et laïcs; José María de Yermo y Parres, prêtre fondateur des Religieuses servantes du Sacré-Coeur de Jésus, et María de Jesús Sacramentado Venegas, fondatrice des Filles du Sacré-Coeur de Jésus.

Pour participer à cette célébration solennelle, honorant ainsi la mémoire de l'Eglise et de votre patrie, vous, pèlerins mexicains, êtes venus en grand nombre, accompagnés d'un groupe nombreux d'évêques. Je vous salue tous avec une grande affection. L'Eglise qui est au Mexique se réjouit de pouvoir compter sur ces intercesseurs dans le ciel, modèles de charité suprême, ayant suivi les traces de Jésus-Christ. Tous donnèrent leur propre vie à Dieu et à leurs frères, à travers le martyre ou le chemin de l'offrande généreuse au service des indigents. La fermeté de leur foi et l'espérance les soutinrent dans les diverses épreuves auxquelles ils furent confrontés. Ils constituent un héritage précieux, fruit de la foi enracinée dans les terres mexicaines, qui, à l'aube du troisième millénaire du christianisme, doit être conservée et revitalisée afin que vous puissiez continuer à être fidèles au Christ et à son Eglise, comme vous l'avez fait par le passé. Mexique, sois toujours fidèle!


3. Dans la première lecture, nous avons entendu la façon dont Paul agissait à Jérusalem:  "prêchant avec assurance au nom du Seigneur. Il s'adressait aussi aux Hellénistes et discutait avec eux; mais ceux-ci machinaient sa perte" (Ac 9, 28-29). Avec la mission de Paul se prépare l'oeuvre de propagation de l'Eglise, qui apporte le message évangélique en chaque lieu. Dans cette oeuvre, les persécutions et les violences contre les annonciateurs de la Bonne Nouvelle n'ont jamais manqué. Toutefois, au-delà des adversités humaines, l'Eglise peut compter sur la promesse de l'assistance divine. C'est pourquoi nous  avons  entendu que "les Eglises jouissaient de la paix... elles s'édifiaient et vivaient dans la crainte du Seigneur, et elles étaient comblées de la consolation du Saint-Esprit" (Ac 9, 31).

Nous pouvons appliquer ce passage des Actes des Apôtres à la situation que durent vivre Cristóbal Magallanes et ses 24 compagnons, martyrs au cours des trente premières années du XXème siècle. La majeure partie appartenait au clergé séculier et trois d'entre eux étaient des laïcs profondément engagés dans l'assistance  aux  prêtres.  Ils  n'abandonnèrent pas le courageux exercice de leur ministère lorsque la persécution religieuse s'accrut sur la terre mexicaine bien-aimée, déchaînant la haine contre la religion catholique. Tous acceptèrent librement et sereinement le martyre comme témoignage de leur propre foi, pardonnant de façon explicite à leurs persécuteurs. Fidèles à Dieu et à la foi catholique enracinée dans les communautés ecclésiales qu'ils servaient, promouvant également leur bien-être matériel, ils sont aujourd'hui un exemple pour toute l'Eglise et pour la société mexicaine en particulier.

Après les dures épreuves que l'Eglise subit au Mexique au cours de ces années tourmentées, les chrétiens mexicains, encouragés par le témoignage de ces témoins de la foi, peuvent aujourd'hui vivre en paix et en harmonie, en apportant à la société la richesse des valeurs évangéliques. L'Eglise croît et progresse, étant le creuset où naissent d'abondantes vocations sacerdotales et religieuses, où se forment les familles selon le plan de Dieu et où les jeunes, partie considérable du peuple mexicain, peuvent grandir dans l'espérance d'un avenir meilleur. Que le lumineux exemple de Cristóbal Magallanes et de ses compagnons martyrs vous pousse à un engagement renouvelé de fidélité à Dieu, capable de continuer à transformer la société mexicaine afin qu'y règnent la justice, la fraternité et l'harmonie entre tous!


4. "Or voici son commandement:  croire au nom de son Fils Jésus-Christ et nous aimer les uns les autres comme il nous en a donné le commandement" (1 Jn 3, 23). Le mandat par excellence que Jésus a donné aux siens est de s'aimer fraternellement comme il nous a aimés (cf. Jn 15, 12). Dans la seconde lecture que nous avons entendue, le commandement possède un double aspect:  croire dans la personne de Jésus-Christ, Fils de Dieu, en le professant à chaque instant, et nous aimer les uns les autres, car le Christ lui-même nous l'a prescrit. Ce commandement est si important pour la vie du croyant qu'il se transforme en condition nécessaire afin qu'ait lieu l'inhabitation divine. La foi, l'espérance et l'amour conduisent à accueillir Dieu de façon existentielle, comme le chemin sûr vers la sainteté.

On peut dire que ce fut le chemin entrepris par José María de Yermo y Parres, qui vécut son don sacerdotal au Christ en adhérant à Lui de toutes ses forces, et, dans le même temps, en se distinguant par son attitude fondamentale de prière et de contemplation. Dans le Coeur de Jésus, il trouva l'orientation de sa spiritualité, et considérant son amour infini pour les hommes, il voulut l'imiter en faisant de la charité sa règle de vie.

Le nouveau saint fonda les religieuses Servantes du Sacré-Cæur de Jésus et des Pauvres, réunissant ainsi ses deux grands amours, qui expriment dans l'Eglise l'esprit et le charisme du nouveau saint. Chères Filles de saint José María de Yermo y Parres:  vous vivez avec générosité le riche héritage de votre fondateur, à commencer par la communion fraternelle en communauté, et en l'étendant à l'amour miséricordieux envers vos frères, avec humilité, simplicité et efficacité, et, au-dessus de tout, en parfaite union avec Dieu.


5. "Demeurez en moi, comme moi en vous... Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit" (Jn 15, 4-5). Dans l'Evangile que nous  avons  entendu,  Jésus  nous  a exhortés à demeurer en Lui, pour conduire à Lui tous les hommes. Cette invitation exige de mener à bien notre engagement baptismal, de vivre dans son amour, de s'inspirer de sa Parole, de s'alimenter de l'Eucharistie, de recevoir son pardon et, lorsque cela est nécessaire, de porter la croix avec Lui. La séparation de Dieu est la tragédie la plus grande que l'homme puisse vivre. La lymphe qui parvient au sarment le fait croître; la grâce qui provient du Christ nous rend adultes et mûrs, afin que nous portions des fruits de vie éternelle.

Sainte María de Jesús Sacramentado Venegas, première Mexicaine canonisée, sut rester unie au Christ au cours de sa longue existence terrestre et c'est pourquoi elle porta des fruits abondants de vie éternelle. Sa spiritualité fut caractérisée par une singulière piété eucharistique, car il est clair que le chemin par excellence pour s'unir au Seigneur est de le chercher, de l'adorer, de l'aimer dans le très saint mystère de sa présence réelle dans le Sacrement de l'Autel.

Elle voulut prolonger son oeuvre par la fondation des Filles du Sacré-Coeur de Jésus, qui poursuivent aujourd'hui dans l'Eglise son charisme de la charité envers les pauvres et les malades. De fait, l'amour de Dieu est universel, il désire parvenir à tous les hommes; c'est pourquoi la nouvelle sainte comprit que son devoir était de le diffuser, en prodiguant ses attentions à l'égard de tous jusqu'à la fin de ses jours, même lorsque son énergie physique diminua et que les dures épreuves traversées au cours de son existence affaiblirent ses forces. Très fidèle dans l'observance des constitutions, respectueuse envers les évêques et les prêtres, attentive aux séminaristes, sainte María de Jesús Sacramentado constitue un témoignage éloquent de consécration absolue au service de Dieu et de l'humanité qui souffre.

6. Cette célébration solennelle nous rappelle que la foi comporte une relation profonde avec le Seigneur. Les nouveaux saints nous enseignent que les fidèles et les disciples véritables de Jésus sont ceux qui accomplissent la volonté de Dieu et qui sont unis à Lui à travers la foi et la grâce.

Ecouter la Parole de Dieu, rendre sa propre existence harmonieuse, en mettant le Christ à la première place, a pour effet que la vie de l'être humain se configure à Lui. L'expression "demeurer en moi et moi en vous" continue à être l'invitation de Jésus, qui doit retentir sans cesse en chacun de nous et dans notre milieu. Saint Paul, accueillant ce même appel, put s'exclamer:  "Ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi" (Ga 2, 20). Que la Parole de Dieu, proclamée au cours de cette liturgie, fasse en sorte que notre vie soit authentique en restant existentiellement unis au Seigneur, en aimant non seulement en paroles mais dans les faits et dans la vérité (cf. 1 Jn 3, 18)! Ainsi notre vie sera réellement "pour le Christ, avec le Christ et dans le Christ".

Nous sommes en train de vivre le grand Jubilé de l'An 2000. Parmi ses objectifs se trouve celui de "susciter en chaque fidèle une aspiration véritable à la sainteté" (Tertio millennio adveniente, n. 42). Que l'exemple de ces nouveaux saints incite les fidèles, par tous les moyens qui sont à leur disposition et surtout avec l'aide de la grâce de Dieu, à rechercher avec courage et décision la sainteté!

Que la Vierge de Guadalupe, invoquée par les martyrs au moment suprême du don d'eux-mêmes, pour laquelle saint José María de Yermo et sainte María de Jesús Sacramentado Venegas professèrent une si tendre dévotion, accompagne de sa protection maternelle les bonnes intentions de ceux qui honorent aujourd'hui les nouveaux saints et aide ceux qui suivent leur exemple; qu'Elle guide et protège également l'Eglise afin que, par son action évangélisatrice et le témoignage chrétien de ses enfants, elle illumine le chemin de l'humanité au cours du troisième millénaire chrétien! Amen!

 

top