The Holy See
back up
Search
riga

CHAPELLE PAPALE POUR L’ORDINATION DE 9 ÉVÊQUES
EN LA SOLENNITÉ DE SAINT JOSEPH

HOMÉLIE DE JEAN PAUL II

Lundi 19 mars 2001, 
solennité de la Saint Joseph


1. "Voilà donc l'intendant fidèle, avisé, que le maître a établi sur ses gens" (cf. Lc 12, 42).
C'est ainsi que la liturgie nous présente aujourd'hui saint Joseph, Epoux de la Bienheureuse Vierge Marie et Gardien du Rédempteur. Lui, le serviteur fidèle et sage, a accueilli avec une docilité obéissante la volonté du Seigneur, qui lui a confié "sa" famille sur terre, afin qu'il en prenne soin avec un dévouement quotidien.

Saint Joseph persévéra dans cette mission avec fidélité et amour. C'est pourquoi l'Eglise nous le montre comme un modèle particulier de service au Christ et à son mystérieux dessein de salut. Et elle l'invoque comme patron spécial et protecteur de toute la famille des croyants. Joseph nous est aujourd'hui proposé de façon particulière, le jour de sa fête, comme le saint sous la protection efficace duquel la Divine Providence a voulu placer les personnes et le ministère de ceux qui sont appelés à être, au sein du peuple chrétien, des "pères" et des "gardiens".


2. ""Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois! ton père et moi nous te cherchons angoissés" [....] "Pourquoi donc me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père?"" (Lc 2, 48, 49).

Au cours de ce dialogue simple et familier entre la Mère et le Fils, que l'Evangile vient de nous proposer, se trouvent les éléments de la sainteté de Joseph. Ils répondent au dessein divin sur lui, qu'il sut assumer avec une admirable fidélité, en homme juste qu'il était.

"Ton père et moi nous te cherchons angoissés", dit Marie. "Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père", réplique Jésus. Ce sont précisément ces paroles du Fils qui nous aident à comprendre le mystère de la "paternité" de Joseph. En rappelant à ses parents la primauté de Celui qu'il appelle "Mon Père", Jésus révèle la vérité du rôle de Marie ainsi que de Joseph. Celui-ci est véritablement l'"époux" de Marie et le "père" de Jésus, comme elle l'affirme lorsqu'elle dit:  "Ton père et moi nous te cherchons". Mais son caractère sponsal et sa paternité est pleinement relative à celle de Dieu. Voilà de quelle façon Joseph de Nazareth est appelé à devenir, à son tour, le disciple de Jésus:  en consacrant son existence au service du Fils unique du Père et de la Vierge Marie, sa Mère.

Il s'agit d'une mission qu'il poursuit à l'égard de l'Eglise, Corps mystique du Christ, à laquelle il ne cesse d'accorder son assistance providentielle, comme il l'a fait pour l'humble famille de Nazareth.


3. Dans ce contexte, il est facile d'orienter notre regard vers ce qui constitue aujourd'hui le centre de notre célébration. Je vais imposer les mains à neuf prêtres, qui sont appelés à assumer la responsabilité d'évêques dans l'Eglise. L'Evêque joue dans la communauté chrétienne un rôle qui possède de nombreuses analogies avec celui de saint Joseph. La Préface de la solennité d'aujourd'hui le souligne de manière particulière, en indiquant Joseph comme "un serviteur sage et fidèle placé à la tête de la Sainte Famille, pour protéger comme un père le Fils de Dieu". Les pasteurs de l'Eglise sont des "Pères" et des "gardiens" appelés à se comporter comme des "serviteurs" sages et fidèles. C'est à eux qu'est confié le soin quotidien du peuple chrétien qui, grâce à leur aide, peut avancer en sécurité sur le chemin de la perfection chrétienne.

Vénérés frères ordinands, l'Eglise se rassemble autour de vous et vous assure de sa prière, afin que vous puissiez accomplir avec une générosité fidèle, à l'image de saint Joseph, votre ministère pastoral. Ceux qui vous accompagnent en ce jour de fête vous assurent en particulier de leur prière:  vos familles, les prêtres, vos amis, ainsi que les communautés dont vous provenez et auxquelles vous êtes destinés.


4. Les ordinations épiscopales, que je confère généralement le jour de l'Epiphanie, ont été cette année repoussées en raison de la conclusion du grand Jubilé. J'ai ainsi l'opportunité d'accomplir ce rite en la fête d'aujourd'hui, si chère au peuple chrétien. Cela me permet de confier avec une insistance particulière chacun de vous à la protection permanente de saint Joseph, Patron de l'Eglise universelle.

Très chers amis, c'est avec un grand plaisir que je vous salue, et avec vous tous ceux qui s'unissent à votre joie. Je vous souhaite de tout coeur de poursuivre avec une générosité renouvelée le service que vous rendez déjà à la cause de l'Evangile.


5. A toi, Monseigneur Fernando Filoni, est confiée la mission de Nonce apostolique en Irak et en Jordanie, pour soutenir les communautés chrétiennes présentes dans ces terres:  je suis certain que tu sera pour eux un messager de paix et d'espérance. Toi, Monseigneur Henryk Józef Nowacki, après avoir longtemps travaillé à mes côtés, tu seras, en tant que Représentant du Siège apostolique en Slovaquie, un héraut diligent de l'Evangile dans ce pays d'antique tradition chrétienne. Et toi, Monseigneur Timothy Paul Broglio, à qui je suis reconnaissant de la fidèle coopération offerte au Cardinal-Secrétaire d'Etat, tu te rendras aux portes du continent américain en tant que Nonce en République dominicaine et Délégué apostolique à Porto-Rico:  sois parmi ces chères populations le témoin de l'affection du Successeur de Pierre.

A toi aussi, Monseigneur Domenico Sorrentino, je suis reconnaissant du service précieux accompli à la Secrétairerie d'Etat, et à présent, en te confiant la Prélature de Pompéi et son célèbre Sanctuaire marial, je place ton ministère sous le regard bénissant de la Vierge du Saint-Rosaire, en lui demandant de guider tes pas sur les traces de saint Paulin, Evêque de Nola, ta terre natale et gloire de la Campanie. Que la Très Sainte Vierge continue également à veiller sur tes pas, Mgr Tomasz Peta, appelé à prendre en charge l'Administration apostolique d'Astana, dans le Kazakhstan, où tu oeuvres déjà depuis plusieurs années avec un zèle apostolique louable.

Toi, Monseigneur Marcelo Sánchez Sorondo, tu poursuivras ton service apprécié de Chancelier de l'Académie pontificale des Sciences et de l'Académie des Sciences sociales, des institutions auxquelles j'attribue une grande importance pour le dialogue de l'Eglise avec le monde la culture. A toi, Monseigneur Marc Ouellet, j'ai voulu confier la charge de Secrétaire du Conseil pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens, une tâche d'une importance particulière pour la très noble finalité qui l'inspire et pour les espérances renouvelées que la célébration de l'Année jubilaire a suscitées dans l'âme de nombreux chrétiens.

Et toi, Monseigneur Giampaolo Crepaldi, tu assumeras le rôle de Secrétaire du Conseil pontifical "Justice et Paix", en poursuivant avec de plus grandes responsabilités ton service déjà méritoire dans ce dicastère. Enfin, je t'embrasse avec affection, Monseigneur Djura Dzudzar, que j'ai choisi comme Auxiliaire de l'Eparque de Mukacheve en Transcarpatie, en Ukraine, un pays que d'ici peu, si Dieu le veut, j'aurai la joie de visiter et auquel j'envoie dès à présent un salut cordial et mes meilleurs voeux.


6. Très chers amis, comme saint Joseph, modèle et guide de votre ministère, aimez et servez l'Eglise. Imitez l'exemple de ce grand saint, ainsi que celui de son Epouse, Marie. S'il vous arrive parfois de rencontrer des difficultés et des obstacles, n'hésitez pas à accepter de souffrir avec le Christ au bénéfice de son Corps mystique (cf. Col 1, 24),  afin  qu'avec  Lui  vous  puissiez jouir d'une Eglise parfaitement belle, sans tache ni ride, sainte et immaculée (cf. Ep 5, 27). Le Seigneur, qui vous comblera de sa grâce, vous consacre aujourd'hui et vous envoie comme apôtres dans le monde. Conservez ses paroles gravées dans votre coeur:  "Je suis avec vous pour toujours" (Mt 28, 20) et n'ayez pas peur. Comme Marie, comme Joseph, ayez toujours confiance en Lui. Il a vaincu le monde.

 

top