The Holy See
back up
Search
riga

CHAPELLE PAPALE POUR LA BÉATIFICATION DE CINQ SERVITEURS DE DIEU

HOMÉLIE DE JEAN PAUL II

Dimanche 29 avril 2001


1. "Or, le matin déjà venu, Jésus se tint sur le rivage" (Jn 21, 4). Vers l'aube, le Ressuscité apparut aux Apôtres, qui avaient passé une nuit de travail vain sur le Lac de Tibériade. L'évangéliste précise qu'au cours de cette nuit "ils ne prirent rien" (Jn 21, 3), et il ajoute qu'ils n'avaient rient à manger. A l'invitation de Jésus:  "Jetez le filet à droite du bateau et vous trouverez" (Jn 21, 6) ils obéirent sans hésiter. Ils répondirent avec promptitude et leur récompense fut grande, car ce filet, qui était resté vide pendant la nuit, "ils n'avaient plus la force de le tirer, tant il était plein de poissons" (Jn 21, 6).

Comment ne pas voir dans cet épisode, que saint Jean rapporte dans l'épilogue de son Evangile, un signe éloquent de ce que le Seigneur continue à accomplir dans l'Eglise et dans le coeur des croyants, qui ont en Lui une confiance sans limite? Les cinq serviteurs de Dieu, que j'ai aujourd'hui eu la joie d'élever aux honneurs des autels, sont des témoins singuliers du don extraordinaire que le Christ ressuscité accorde à chaque baptisé:  le don de la sainteté.

Bienheureux sont ceux qui font fructifier ce don mystérieux, en laissant l'Esprit Saint conformer leur existence au Christ mort et ressuscité! Bienheureux êtes-vous, vous qui, comme des astres lumineux, brillez aujourd'hui au firmament de l'Eglise:  Manuel González García, Evêque, Fondateur de la Congrégation des Missionnaires eucharistiques de Nazareth; Carlos Manuel Cecilio Rodríguez Santiago, laïc; Marie-Anne Blondin, vierge, Fondatrice de la Congrégation des Soeurs de Saint-Anne; Catherine Volpicelli, vierge, Fondatrice des Servantes du Sacré-Coeur; Catherine Cittadini, vierge, Fondatrice des Soeurs ursulines de Somasca.

Chacun de vous, en se consacrant au Christ, a fait de l'Evangile la règle de sa propre existence. Vous êtes ainsi devenus ses fidèles disciples, ayant puisé cette nouveauté de vie, qui a été inaugurée par le mystère de sa résurrection, à la source intarissable de son amour.


[en espagnol]

2. "Le disciple que Jésus aimait dit alors à Pierre:  "C'est le Seigneur!"" (Jn 21, 7). Dans l'Evangile nous avons entendu, devant le miracle accompli, un disciple reconnaître Jésus. Les autres le feront eux aussi par la suite. Le passage évangélique, en nous présentant Jésus qui "vient, prend le pain et le leur donne" (Jn 21, 13), nous indique comment et quand nous pouvons rencontrer le Christ ressuscité:  dans l'Eucharistie, où Jésus est réellement présent sous les espèces du pain et du vin. Il serait triste que cette présence pleine d'amour du Seigneur, après autant de temps, ne soit pas encore connue de l'humanité.

Telle fut la grande passion du bienheureux Manuel González García, Evêque de Málaga, puis de Palencia. L'expérience vécue à Palomares del Río devant un Tabernacle abandonné le marqua pour toute sa vie, et il se consacra à partir de ce moment à diffuser la dévotion à l'Eucharistie, en proclamant la phrase qu'il désira ensuite comme épitaphe:  "Jésus est là! Il est là! Ne l'abandonnez pas!". Fondateur des Missionnaires eucharistiques de Nazareth, le bienheureux Manuel González est un modèle de foi eucharistique, dont l'exemple continue à parler à l'Eglise d'aujourd'hui.
3. "Aucun des disciples n'osaient lui demander:  "Qui es-tu?", sachant que c'était le Seigneur" (Jn 21, 12). Lorsque les disciples le reconnaissent sur les rives du Lac de Tibériade, leur foi dans le fait que le Christ est ressuscité et présent parmi les siens se renforce. L'Eglise, depuis des millénaires, ne se lasse pas d'annoncer et de répéter cette vérité fondamentale de la foi.

L'expérience du mystère pascal rend toutes les choses nouvelles, car comme nous l'avons chanté dans l'Annonce pascale:  "Il vainc le mal, lave les fautes, rend l'innocence aux pécheurs, la joie aux affligés". Cet esprit anima l'existence tout entière de Carlos Manuel Rodríguez Santiago, premier portoricain élevé à la gloire des autels. Le nouveau bienheureux, illuminé par la foi dans la résurrection, partageait avec chacun la profonde signification du Mystère pascal, en répétant souvent:  "Nous vivons pour cette nuit", la nuit de Pâques. Son apostolat fécond et généreux consista principalement à faire en sorte que l'Eglise de Porto Rico prenne conscience de ce grand événement de notre salut.

Carlos Manuel Rodríguez a mis en évidence l'appel universel à la sainteté pour tous les chrétiens et à quel point il est important que chaque baptisé réponde à celui-ci de façon consciente et responsable. Que son exemple aide toute l'Eglise de Porto Rico à être fidèle, en vivant avec une ferme cohérence les valeurs et les principes chrétiens reçus lors de l'évangélisation de l'île!


[en français]

4. Fondatrice des Soeurs de Sainte-Anne, Marie-Anne Blondin est le modèle d'une existence livrée à l'amour et traversée par le mystère pascal. Cette jeune paysanne canadienne proposera à son évêque de fonder une congrégation religieuse pour l'éducation des enfants pauvres des campagnes, afin de vaincre l'analphabétisme. Dans un grand esprit d'abandon à la Providence dont elle bénira "la conduite toute maternelle", elle acceptera humblement les décisions de l'Eglise et accomplira jusqu'à la mort d'humbles travaux pour le bien de ses Soeurs. Les épreuves n'altéreront jamais son grand amour pour le Christ et pour l'Eglise, ni son souci de former de véritables éducatrices de la jeunesse. Modèle d'une vie humble et cachée, Marie-Anne Blondin trouva sa force intérieure dans la contemplation de la Croix, nous montrant que la vie d'intimité avec le Christ est le plus sûr moyen de porter mystérieusement des fruits et d'accomplir la mission voulue par Dieu. Puisse son exemple donner aux religieuses de son Institut et à de nombreux jeunes le goût de servir Dieu et les hommes, en particulier la jeunesse, à laquelle il importe d'offrir les moyens d'un authentique développement spirituel, moral et intellectuel!


[en italien]

5. "Digne est l'Agneau égorgé de recevoir  [...]  l'honneur,  la  gloire  et  la louange" (Ap 5, 12). Ces paroles, tirées du Livre de l'Apocalypse et proclamées dans la seconde Lecture, s'adaptent également bien à l'expérience mystique de la bienheureuse Catherine Volpicelli. Dans sa vie, entièrement consacrée au coeur de l'Agneau immolé, trois aspects significatifs se détachent:  une profonde spiritualité eucharistique, une fidélité indéfectible à l'Eglise, une surprenante générosité apostolique.

L'Eucharistie, longtemps adorée et devenue le centre de sa vie au point qu'elle forma le voeu de victime expiatoire, fut pour elle une école d'obéissance docile et aimante à Dieu. Elle fut, dans le même temps, une source d'amour tendre et miséricordieux pour le prochain:  c'est dans les plus pauvres et les laissés-pour-compte qu'elle aimait son Seigneur, longtemps contemplé dans le Très Saint Sacrement.

C'est aussi de l'Eucharistie qu'elle sut tirer l'ardeur missionnaire qui la poussa à exprimer sa vocation dans l'Eglise, docilement soumise aux pasteurs et prophétiquement attentive à promouvoir le laïcat et de nouvelles formes de vie consacrée. Sans délimiter de zones d'action, ni donner origine à des institutions spécifiques, elle voulut, comme elle l'affirmait elle-même, trouver la solitude dans les occupations et un travail fécond dans la solitude. Elle fut la première "zélatrice" de l'Apostolat de la prière en Italie et elle laisse en héritage, en particulier aux Servantes du Sacré-Coeur, une singulière mission apostolique qui doit continuer à s'alimenter sans cesse à la source du Mystère eucharistique.


6. "Seigneur, tu sais que je t'aime" (Jn 21, 15; cf. vv. 16.17). La triple déclaration d'amour que, selon, la page de l'Evangile d'aujourd'hui, Pierre fait au Seigneur, nous conduit à penser à Catherine Cittadini. Au cours de son existence difficile, la nouvelle bienheureuse manifesta un amour sans limite pour le Seigneur. Sa profonde capacité d'aimer, soutenue par un grand équilibre affectif, est soulignée par ceux qui ont eu l'occasion de la connaître. Orpheline dès son plus jeune âge, elle devint elle-même une mère pleine d'amour pour les orphelines. Elle voulut que ses filles spirituelles soient des "mères" dans les écoles et au contact avec les enfants.

Catherine s'efforçait d'"être du Christ, pour conduire au Christ". Le secret fut également pour elle l'union avec l'Eucharistie. Elle recommandait à ses premières collaboratrices de cultiver une intense vie spirituelle dans la prière et, surtout, un contact vital avec Jésus-Eucharistie. Cette consigne spirituelle est plus que jamais actuelle, également pour ceux qui sont appelés à être des maîtres dans la foi et qui veulent transmettre aux nouvelles générations, à une époque de grands changements sociaux, les valeurs de la culture chrétienne!


7. "Nous sommes témoins de ces choses, nous et l'Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent" (Ac 5, 32). Avec joie nous faisons nôtres les paroles tirées du Livre des Actes des Apôtres, qui ont résonné dans notre assemblée. Oui, nous sommes les témoins des prodiges que Dieu opère en ceux "qui lui obéissent".

Nous constatons la vérité de cette affirmation dans votre existence, ô nouveaux bienheureux que nous vénérons et invoquons à partir d'aujourd'hui comme intercesseurs. Votre fidélité héroïque à l'Evangile est la preuve de l'action féconde de l'Esprit Saint.

Aidez-nous à parcourir, à notre tour, le chemin de la sainteté, en particulier lorsque celui-ci devient difficile. Soutenez-nous pour conserver le regard tourné vers Celui qui nous a appelés. A votre voix, à celle de la Vierge Marie et de tous les saints, nous unissons également la nôtre pour chanter:  "A Celui qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau, la louange, l'honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles!" (Ap 5, 13). Amen!

 

top